Paris Match Belgique

JO 2022 : Ces sports d’hiver improbables qui ont disparu du programme olympique (VIDEOS)

JO 2022 : Ces sports d'hiver improbables qui ont disparu du programme olympique

Le ski ballet est... étonnant ! | © Olympic chanel

Sport

Retour sur ces sports improbables ou ceux que l’on regrette de ne plus avoir aux JO.

 

Tous les quatre ans, de nouveaux sports font leur apparition aux jeux olympiques d’hiver… et d’autres disparaissent à tout jamais. Avant qu’ils ne finissent au placard, cette exposition mondiale permet tout de même de découvrir des sports parfois insolites. Alors que les JO d’hiver de 2022 commencent dans seulement deux jours à Beijing, retour sur 6 sports originaux qui ont disparu des jeux olympiques.

Lire aussi > Les images impossibles des pistes de compétition des JO de Pékin choquent la toile

1 – Ski ballet

Mélangez des skis et de la danse, et vous obtiendrez le sport le plus improbable. Sport de démonstration en 1988 à Calgary et en 1992 à Albertville, le ski ballet (ou acroski) est une sorte de ballet sur neige sur une piste de 30 m de largeur sur 200 m de longueur avec un pente de 11 à 16 degrés. Comme au patinage artistique, l’acroskieur réalise un programme artistique en s’appuyant notamment sur ses bâtons pour faire des figures au rythme d’un thème musical. Et bien que les petits froufrous sur la combinaison de ski prêtent à sourire, on ne peut qu’admirer la difficulté acrobatique de certains mouvements.

2 – Ski joëring

Une seule apparition au programme olympique pour ce sport scandinave, en 1928 à Saint-Moritz, où les Suisses font la loi. Et pour cause, ils sont les seuls en lice dans cette course sur un circuit qui met aux prises des skieurs tirés par des chevaux.

3 – Eisstock

C’est le cousin germanique du curling qui mérite plus encore que le curling le surnom de « pétanque des glaces ». Chaque équipe est composée de trois joueurs qui lancent des disques de 4,3 kg surmontés d’une grande poignée. Trois compétitions sont au programme, précision, longueur et « pétanque » donc, où il faut se rapprocher d’un palet en caoutchouc qui sert de cochonnet. L’eisstock n’a figuré que deux fois au programme des JO, en 1936 à Garmisch-Partenkirchen (Allemagne) puis en 1964 à Innsbruck (Autriche).

4 – Course de chiens de traineau

En 1932, à Lake Placid, les organisateurs introduisent une course de chiens de traineau sur 40 km à couvrir sur deux manches avec un attelage composé de six chiens. Seules deux nations y ont participé : les États-Unis et le Canada. Un sport que l’on aimerait bien voir revenir aux JO !

5 – Bandy

Ce mélange de hockey sur glace et de football est toujours très pratiqué en Scandinavie et en Russie. Deux équipes de onze joueurs, chaussés de patins, s’affrontent sur un terrain de football en frappant une balle en liège avec des crosses. La Suède remporte le seul titre olympique de l’histoire décerné en 1952 à Oslo.

6 – Ski de vitesse

Le ski de vitesse, ou kilomètre lancé, a fait une seule apparition aux JO, en 1992 à Albertville, mais a fait forte impression. Sur une pente de 1 740 mètres avec une déclivité maximale de 70% et un dénivelé de 565 mètres, le Français Michaël Prüfer avec son casque profilé, avait atteint une vitesse de 229,299 km/h.

CIM Internet