Paris Match Belgique

Wimbledon : Trois Belges s’expriment avant leur premier tour à Londres

Wimbledon commence ce lundi 3 juillet. | © AFP PHOTO / Adrian DENNIS

Sport

Que ce soit pour la première fois ou non, les joueurs belges Elise Mertens, Maryna Zanevska et Steve Darcis participent au tournoi de Wimbledon qui débute ce lundi. Leurs impressions avant le premier tour, entre pression et challenge. 

Elise Mertens (WTA 54) s’apprête à participer pour la première fois de sa jeune carrière à Wimbledon en simple. Et pour son baptême, la Limbourgeoise, 21 ans, n’a pas été gâtée par le tirage au sort. Lundi, elle retrouvera en effet sur le court n°1 Venus Williams (WTA 11), quintuple lauréate du tournoi, qui l’a battue 6-3, 6-1, au troisième tour à Roland-Garros, et a été impliquée dans un accident mortel le 9 juin en Floride.

Lire aussi : Cinq faits étonnants sur Rafael Nadal

« Ce n’est pas un cadeau, mais à choisir, mieux vaut rencontrer Venus au premier tour d’un tournoi du Grand Chelem plutôt qu’au troisième, comme à Roland Garros », a-t-elle confié à l’agence Belga. « À Paris, elle était déjà dans le rythme et cela avait été compliqué. Maintenant, j’ai pu voir comment elle joue globalement. Je sais donc à quoi m’attendre. Le rythme des échanges sera très élevé et je sais que je devrai mettre beaucoup de qualité dans mes frappes pour la déstabiliser. Je me réjouis d’affronter une légende de Wimbledon. Ce sera un beau défi ».

Je n’aurai rien à perdre. Je devrai être agressive, jouer près de ma ligne de fond.

Elise Mertens est en tout cas ravie d’être à Wimbledon, qu’elle avait découvert en juniores et où elle avait disputé le double l’an dernier avec An-Sophie Mestach. Les deux s’étaient d’ailleurs inclinées au deuxième tour contre les sœurs Williams. « Wimbledon est l’un des plus beaux tournois du circuit. J’ai un petit faible pour la tradition qui y règne, le fait de jouer entièrement en blanc. Cela en fait un événement unique ! Cela avait été une belle expérience l’an dernier avec An-Sophie. J’ai réussi à hausser mon niveau cette semaine à Eastbourne, après Rosmalen et Majorque. J’ai passé le premier tour et j’ai disputé un bon match contre Pavlyuchenvkova. Je n’aurai rien à perdre. Je devrai être agressive, jouer près de ma ligne de fond. Ce sera le premier match de Venus sur gazon. Il faudra essayer d’en profiter », conclut-elle.

Lire aussi : Roland-Garros, partenaire de ton échec scolaire

BELGA PHOTO BENOIT DOPPAGNE

Maryna Zanevska, plus chanceuse

Même chose pour Maryna Zanevska (WTA 119), elle participe, elle aussi pour la première fois à ce tournoi. La Namuroise, d’origine ukrainienne, a été plus chanceuse que Mertens sur le tirage au sort, elle affrontera lundi, en dernier match sur le court n°2, la Britannique Heather Watson (WTA 102), 25 ans, bénéficiaire d’une invitation et qui reste sur une demi-finale au tournoi d’Eastbourne. « C’est super », a confié Maryna Zanevska à la veille de son duel. « Je m’étais rendue à Londres pour jouer les qualifs, mais j’ai appris au dernier moment que je rentrais directement dans le tableau final. J’étais surprise, mais trop contente. J’ai bénéficié d’une semaine pour me préparer et je me réjouis d’en découdre. Wimbledon est un événement très particulier. On joue en blanc, sur gazon… Je me rappelle, quand j’étais juniore, de cette fameuse finale que Nadal avait remportée contre Federer à la tombée de la nuit (en 2008, ndlr). Nous étions tous rivés devant les écrans de télévision. Wimbledon, c’est l’histoire du tennis ».

Je vais pouvoir jouer sur un grand court et c’est elle qui aura la pression.

BELGA PHOTO BENOIT DOPPAGNE

Il s’agit de la première confrontation entre Maryna Zanevska et Heather Watson, qui arrive en confiance au All England Club et pourra bénéficier du soutien de nombreux supporters britanniques. La tâche ne sera pas facile, mais elle n’est pas insurmontable. « Je connais Watson, même si je ne l’ai pas vue jouer à Eastbourne. Je vais peut-être encore jeter un coup d’œil sur YouTube, pour avoir l’une ou l’autre info supplémentaire. De toute façon, comme le dit Philippe (Dehaes, son coach), je dois surtout me concentrer sur moi-même. Ce ne sera pas facile, mais je ne suis pas mécontente de ce tirage. Je vais pouvoir jouer sur un grand court et c’est elle qui aura la pression. Je sais que je peux bien jouer sur gazon, avec mes frappes à plat. Je vais tout faire pour gagner ce premier match en Grand Chelem », a ajouté Maryna Zanevska.

Steve Darcis, le retour

Steve Darcis (ATP 59) effectue son retour à Wimbledon cette année après avoir dû faire l’impasse l’an dernier en raison d’un poignet douloureux. En l’absence de David Goffin (ATP 13), le Sprimontois, 33 ans, sera le joueur belge à suivre dans le tableau masculin. Il défiera mardi le Lituanien Ricardas Berankis (ATP 194), 27 ans, ancien numéro 1 mondial chez les juniors, qu’il a déjà battu trois fois en autant de confrontations sur le circuit Challenger.

BELGA PHOTO BENOIT DOPPAGNE

Mon tennis est bien en place. Je me sens bien.

« Je pense que ce sera du 50-50. C’est un joueur qui revient de blessure (il a manqué les quatre premiers mois de l’année à la suite d’une opération à la hanche, ndlr), mais qui peut être dangereux sur surface rapide », a expliqué Steve Darcis. « Il a un service correct, mais il retourne surtout très bien et bouge aussi très bien, ce qui est un avantage sur gazon. Il faudra bien commencer le match et beaucoup varier. À Roland Garros, je n’avais rien pu faire contre Raonic. Ici, le match est ouvert. J’ai clairement ma chance et je vais la jouer à fond ».

Steve Darcis n’a gagné qu’un seul match en trois tournois de préparation à Wimbledon, contre l’Ouzbek Denis Istomin (ATP 71), dimanche dernier à Antalya. Mais cela ne l’empêche pas d’entrevoir la situation avec optimisme. « Il faut dire qu’avec Dolgopolov à Rosmalen, Berdych au Queen’s et Verdasco à Antalya, je ne suis pas tombé sur des manchots (sic) », a ajouté le Liégeois, qui a notamment tapé la balle avec le Britannique Andy Murray, numéro 1 mondial vendredi. « Cela ne s’est pas super bien mis jusqu’à présent, mais ce n’est pas grave. Contre Verdasco, en outre, je traînais une petite gêne au dos. Je n’ai pu jouer à fond, mais tout est rentré dans l’ordre. Mon tennis est bien en place. Je me sens bien. Wimbledon est un tournoi que j’apprécie et le gazon est une surface qui se prête assez bien à mon jeu. Je serai très motivé ».

(Avec Belga)

CIM Internet