Paris Match Belgique

Les Diables corrigés par les Pays-Bas: « Une défaite peut-être nécessaire », estime Martinez

L'entraîneur des Diables Rouges ne se cherche pas d'excuse. | © Belga

Sport

La Belgique s’est lourdement inclinée 1-4 devant les Pays-Bas, perdant le 128e derby des plats pays lors de la première journée du groupe A4 de la Ligue des Nations, vendredi au stade Roi Baudouin.

 

C’est la plus grosse défaite belge contre les Néerlandais depuis le 0-3 subit en décembre 1996 lors des éliminatoires pour le Mondial 1998. Michy Batshuayi a sauvé l’honneur belge dans les arrêts de jeu, évitant à l’équipe nationale sa plus lourde défaite depuis 2009. La Belgique, débutant avec Kevin De Bruyne en faux neuf ainsi que Romelu Lukaku et Eden Hazard sur les ailes, comme lors contre le Brésil au Mondial 2018, s’est procuré les premières occasions du match. C’est d’ailleurs sur un mouvement impliquant Hazard et Lukaku que Castagne a hérité d’un ballon aux abords de la surface. Le latéral de Leicester a poussé son ballon avant de décocher un tir du gauche repoussé par le montant de Jasper Cillessen (13e).

Lire aussi > Qatar 2022 : Les Diables rouges héritent d’un goupe abordable mais…

Tranquille jusqu’ici, Simon Mignolet a brillamment détourné le premier tir cadré de la partie, venu des pieds de Steven Berghuis, profitant d’une perte de balle belge (16e). Dans la foulée, Memphis Depay aurait aussi pu ouvrir le score mon son envoi a frôlé le montant (17e). Orpheline de Lukaku, sorti blessé à la 26e, la Belgique a subi la suite du premier acte contre des Oranje portés par la maestria de Depay. Après les tentatives de Daley Blind (30e) et Davy Klaassen (36e), les Néerlandais ont ouvert le score sur une frappe lointaine de Steven Bergwijn, bénéficiant d’une défense noire-jaune-rouge laxiste (0-1, 40e). Avec Dries Mertens et Amadou Onana, pour sa première chez les Diables, montés au jeu pour Hazard et Vanaken à la mi-temps, la Belgique se devait de montrer un autre visage devant un stade comble.

©Belga

Mais le plan de Roberto Martinez a pris du plomb dans l’aile quand Dedryck Boyata a perdu le cuir en sortie de défense. Lancé dans la foulée par Steven Berghuis, Depay n’en demandait pas tant pour doubler le score (0-2, 51e), inscrivant pour l’occasion son 40e but international. Quelques secondes plus tard, Jan Vertonghen et Leandro Trossard auraient pu relancer le match mais la volée du premier a filé au-dessus du goal de Cillessen (53e) et le tir du second a été repoussé (61e). Les Diables ont ensuite sombré en l’espace de quelques minutes. Denzel Dumfries a converti un second ballon bien négocié par Daley Blind (0-3, 61e) et Depay a ponctué son festival d’un enchaînement limpide (0-4, 65e). La Belgique a cru marquer via Castagne mais le goal a été refusé, après intervention du VAR, pour une position de hors-jeu (77e). Mertens, remuant, a aussi touché le poteau (80e).

La Belgique, en difficulté dans la plupart des secteurs de jeu, aura dû attendre la dernière minute du temps additionnel pour voir Michy Batshuayi, monté au jeu, rendre l’addition un peu moins salée (1-4, 90e+3). Cette défaite, la première contre les Pays-Bas depuis septembre 1997, pourrait laisser des traces. Pour inverser la tendance, Roberto Martinez devra remobiliser ses troupes en vue du match de mercredi contre la Pologne, toujours à Bruxelles. Il restera ensuite les déplacements au pays de Galles, à Cardiff le 11 juin (20h45), puis en Pologne, le 14 juin à Varsovie (20h45), avant de tirer un trait sur la saison 2021-2022.

Roberto Martinez réaliste 

Roberto Martinez n’a pas cherché d’excuse vendredi après la lourde défaite (1-4) subie vendredi contre les Pays-Bas à l’occasion de la 1re journée du groupe A4 de la Ligue des Nations. « C’est peut-être le résultat dont nous avions besoin pour nous réveiller », a estimé le sélectionneur national, qui ne veut pas s’inquiéter outre mesure. « Mon but est de préparer l’équipe au Mondial. » « Je dois permettre à tous mes joueurs d’être prêts pour le Qatar », a dit Martinez, estimant qu’il a commencé le match avec des joueurs en manque de rythme ou sur le retour, à l’image d’Eden Hazard, Thomas Meunier ou encore Axel Witsel.
©Belga

« On a bien débuté pendant une vingtaine de minutes mais la sortie de Romelu Lukaku a perturbé nos plans, notamment en perte de balle. Par la suite, nous n’avons pas pu répondre au tempo imprimé par nos adversaires, plus forts physiquement. » Martinez a ensuite évoqué plusieurs joueurs en particulier, notamment Amadou Onana, qui a fêté sa première. « Il peut être très utile à l’équipe. Il a une très forte personnalité, il est doté d’une bonne technique et peut équilibrer l’équipe. Il ne se cache jamais. Son profil est très intéressant pour nous », a ajouté le Catalan en évoquant le milieu de terrain de Lille. Estimant que la prestation d’Eden Hazard était « encourageante », Martinez a aussi parlé de Dedryck Boyata, coupable de plusieurs imperfections. « Il a vécu une saison faite de hauts et de bas et s’est finalement maintenu avec le Hertha. Il va apprendre de ce match. Je ne suis pas spécialement inquiet par la défense mais plus par d’autres aspects, comme la manière dont nous avons défendu en général. »

Lire aussi > Face à la Tchéquie, les Diables rouges retrouvent leur public et peuvent se rapprocher du Mondial 2022

Les Diables vont devoir montrer un tout autre visage lors de la réception de la Pologne mercredi puis lors des déplacements au pays de Galles le 11 juin et en Pologne trois jours plus tard. D’abord pour encore espérer pouvoir revendiquer à la première place du groupe, ensuite et surtout pour se rassurer avant le Mondial qatari prévu en cette fin d’année. « Nous devons construire nos joueurs lors de ce rassemblement. Il nous reste du travail dans beaucoup de secteurs pour atteindre notre meilleur niveau et nous avons reçu de nombreuses informations ce soir afin de bâtir l’équipe pour la Coupe du monde. »

Par Belga

CIM Internet