Paris Match Belgique

Roger Federer, en pleurs, s’incline pour le dernier match de sa carrière

Une soirée riche en émotions. | © Belga

Sport

Roger Federer, légende du tennis, a mis un terme à sa fabuleuse carrière par une défaite en double lors de la Laver Cup, vendredi, à Londres.

Le Suisse et son éternel rival espagnol, et ami, Rafael Nadal ont été battus 4-6, 7-6 (7/2), 11/9 par les Américains Jack Sock et Frances Tiafoe. Federer remontait sur un court pour un match pour la première fois depuis son élimination en quarts de finale de Wimbledon en juillet 2021 contre Hubert Hurkacz. Pour l’occasion, il était associé à Nadal, 36 ans, désormais détenteur du record de victoires en Grand Chelem avec 22 titres. Les deux hommes se sont affrontés à 40 reprises sur le circuit, avec 24 victoires de l’Espagnol.

Lire aussi > La photo qui fait le buzz: Nadal, Murray, Djokovic et Federer réunis à Londres

©Belga

Leur association commençait bien. Un break, dans le dernier jeu, leur suffisait pour gagner le premier set (4-6). Dans le deuxième, ils perdaient leur service à 1-1 mais débreakait pour revenir à 3-3. Ils sauvaient six balles de break dans le onzième jeu. Sock et Tiafoe remportaient le set au jeu décisif (7/2). Dans un super tiebreak intense, Federer envoyait une première balle de match dans le filet. Sock ne laissait lui pas passer cette chance et remportait le match avec Tiafoe (11/9). Ce qui n’empêchait pas une dernière ovation du O2 pour Roger Federer, ému.

Le Maestro suisse va ranger sa raquette après avoir remporté 103 tournois, dont 20 du Grand Chelem. A l’issue de cette première journée, l’équipe Europe et l’équipe Monde sont à égalité 2 victoires partout. Le Norvégien Casper Ruud, vainqueur 6-4, 5-7, 10/7 de l’Américain Jack Sock, et le Grec Stefanos Tsitsipas, dominateur 6-2, 6-1 de l’Argentin Diego Schwartzman, avaient donné un double avantage à l’Europe. L’Australien Alex de Minaur avait offert le premier point à l’équipe monde en battant le Britannique Andy Murray 5-7, 6-3, 10/7.

 

« Je ne suis pas triste, je suis heureux », assure un Federer en larmes

Quelques minutes après la fin du match qui a mis fin à ses 25 ans de carrière, samedi à Londres, Roger Federer a assuré qu’il était « pas triste » mais « heureux », malgré l’émotion qui l’a submergé, notamment en évoquant sa famille. « On va y arriver d’une façon ou d’une autre, hein ? », a-t-il glissé, la gorge serrée, à l’ancien joueur Jim Courrier, qui l’a interrogé sur le court et devant le public sur ses premiers sentiments d’ex-tennisman professionnel.

©Belga

« Cela a été une journée merveilleuse, je l’ai dit aux gars, je suis heureux, je ne suis pas triste, c’est merveilleux d’être ici », a-t-il assuré, malgré des yeux déjà brillants. « Je n’ai pas tellement été stressé », a-t-il assuré, même si, après un an et demi sans jouer et avec un genou droit qui l’a contraint à cette retraite, à 41 ans, il craignait « un pépin au mollet ou un dos bloqué pendant le match, donc je suis vraiment content de l’avoir fini », malgré la défaite 6-4, 6-7 (2/7), 9-11, en double avec son rival mais ami Rafael Nadal, contre les Américains Jack Sock et Frances Tiafoe, pour la Laver Cup, match annuel qui oppose Europe et Reste du Monde, qu’il a contribué à créer. Se penchant sur son parcours exceptionnel, il a assuré qu’il le « recommencerait sans rien y changer ».

Cela n’aurait jamais dû être comme ça, j’aimais juste jouer au tennis et passer du temps avec mes amis. Je n’aurais jamais pensé que ça terminerait ici, ça a été un parcours parfait ». Le plus dur pour lui a été d’évoquer sa famille présente dans les tribunes. « On doit vraiment en passer par là ? », a-t-il demandé, avant de se raviser, « non, ça va, je m’en tire pas trop mal jusqu’ici, j’ai l’impression, au moins j’arrive à parler. Dans mes visions, je n’arrivais même pas à parler », a-t-il plaisanté. Il a notamment rendu hommage à son épouse, Mirka, rencontrée il y a 22 ans, qui l’a « tellement soutenu ». « Elle aurait pu m’arrêter il y a bien, bien longtemps. Mais elle ne l’a pas fait, elle m’a laissé continuer et m’a permis de continuer, c’était incroyable, merci », a-t-il réussi à glisser avant d’être submergé par les sanglots.

Par Belga 

©Belga
CIM Internet