Paris Match Belgique

Coupe du monde 2022 : Jan Vertonghen se dit « mal à l’aise » face à l’interdiction du brassard inclusif « One Love »

jan vertonghen donne son avis sur le brassard one love

Jan Vertonghen lors de la conférence de presse tenue à Doha, ce mardi 22 novembre 2022. | © BELGA PHOTO / BRUNO FAHY.

Sport

Le refus par la FIFA, la fédération internationale de football, d’autoriser le brassard inclusif One Love lors de la Coupe du monde au Qatar a mis mal à l’aise Jan Vertonghen qui n’a pas échappé, comme Roberto Martinez, à la question lors du point presse des Diables Rouges à la veille de leur entrée en lice contre le Canada.

 

Le défenseur belge a expliqué ne pas trop savoir s’il était « trop tard pour faire une déclaration », mais qu’en tout état de cause, il en arrivait à « ne plus oser dire quelque chose sous peine d’être sanctionné ».

« J’ai peur de dire quoi que ce soit. Je ne me sens pas à l’aise, c’est assez révélateur, que nous sommes sous pression. C’est une situation regrettable que je n’ai jamais connue dans le football et j’espère ne plus revivre. C’est dire que nous sommes contrôlés même si je n’aime pas spécialement faire des déclarations politiques. Mais si vous ne pouvez même pas porter un brassard de capitaine avec des messages normaux comme ‘non au racisme’ ou ‘non à la discrimination’… Je ne devrais rien dire sur le sujet juste parce que demain je veux être au match. C’est dommage d’être mis dans cette situation-là. »

Lire aussi > BD, livres, encyclopédie… Les Diables rouges à l’honneur en ce mois de coupe du monde 2022

Le sélectionneur espagnol des Diables Rouges, Roberto Martinez, a été plus direct, expliquant que la fédération belge avait réagi et communiqué clairement la veille. Il a surtout souligné que « depuis deux ans, les joueurs et la fédération ont été proactifs. Ce n’est pas comme si nous arrivions là maintenant et qu’il fallait rattraper ce qu’il se passe. Nous avons parlé entre nous, nous avons respecté les points de vue de chacun, travaillé avec des professionnels qui connaissaient les situations (au Qatar). Maintenant, nous voulons juste parler football et sommes impatients de monter sur le terrain. »

Avec Belga

CIM Internet