Paris Match Belgique

Belgian dream en Ryder Cup : le drapeau du golf belge n’a jamais flotté aussi haut

Thomas Detry et Thomas Pieters (ici en 2016) ont grandi ensemble. Et s’ils se retrouvaient au sein de l’équipe européenne de Ryder Cup ? | © @FilleRoelantsPhotography

Sport

Thomas Pieters et Thomas Detry figurent parmi les candidats à la sélection européenne pour l’édition 2023, qui aura lieu en septembre à Rome.


Par Miguel Tasso

Le rêve de voir Thomas Pieters et Thomas Detry participer de concert à l’édition 2023 de la Ryder Cup fait tout doucement son chemin. Les deux champions belges sont en tout cas dans les bons papiers de Luke Donald, capitaine de l’équipe européenne. Ils ont d’ailleurs disputé, le week-end dernier, la Hero Cup d’Abu Dhabi, répétition générale avant le duel face aux Américains. À neuf mois du grand rendez-vous romain, il est bien sûr trop tôt pour spéculer sur les noms des douze heureux élus. Mais le « Belgian dream » est en marche.

Thomas Pieters a déjà des planches en Ryder Cup. En 2016, sur le parcours américain du Hazeltine, il avait apporté quatre points à sa formation, un record pour un « rookie ». Il avait notamment formé une paire remarquée avec Rory McIlroy. Après quelques saisons mi-figue mi-raisin, l’Anversois a retrouvé l’an passé la grande forme. À nouveau membre du top 50 mondial, il n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. « En 2022, j’ai réussi six top 10 et remporté l’Abu Dhabi Championship. Le travail effectué avec mon coach Jérôme Theunis, notamment dans le petit jeu, a clairement porté ses fruits. J’espère à présent gravir de nouveaux échelons, lors des tournois du Grand Chelem notamment. »

La naissance de sa deuxième fille ne lui a pas permis de jouer les tournois de fin de saison. « Ce sont des moments familiaux magiques que je ne voulais rater pour rien au monde. » Bien dans son swing, il n’a jamais semblé aussi bien sa tête. Apaisé et mature, il rayonne. Qu’elle semble loin l’époque où il râlait et jetait ses clubs après chaque mauvais coup !

Thomas Detry, lui, n’a pas (encore) le même CV. Mais le Bruxellois, qui vient de fêter son trentième anniversaire, est l’une des valeurs montantes du golf mondial. Désormais membre du PGA Tour américain, il cultive aussi les plus grandes ambitions. « Cette année, j’évoluerai prioritairement aux États-Unis. C’est la Champions League pour un joueur. Mon objectif premier sera d’intégrer le top 50 mondial, qui donne accès à tous les grands tournois. Et si la Ryder Cup est au bout du chemin, ce sera un fabuleux bonus », confie-t-il, conscient d’avoir franchi un cap très important dans sa carrière.

Lors de la Hero Cup, les deux joueurs belges ont contribué au succès final de la sélection d’Europe continentale face à son homologue britannique. L’épreuve se jouait en match-play (15 doubles et 10 simples), dans un format très proche de la Ryder Cup. Curieusement, les deux -Thomas – qui avaient remporté la Coupe du monde par équipe en 2018 à Melbourne – n’ont pas joué ensemble en double. Mais ils ont apporté quelques précieux points (2 pour Detry, 1 ½ pour Pieters) avant de céder lors des simples.

À présent, retour aux compétitions individuelles. Sitôt la Hero Cup terminée, Thomas Detry s’est envolé pour la Californie, où il dispute cette semaine l’American Express Championship sur le prestigieux parcours de La Quinta. De son côté, Thomas Pieters est resté aux Émirats arabes unis où il défendra, dès ce jeudi, son sacre de 2022 lors de l’Abu Dhabi Championship.

Le drapeau du golf belge n’a jamais flotté aussi haut sur le mât du golf mondial.

 

CIM Internet