Paris Match Belgique

Nelson Monfort, l’amour des sportifs et les « fléaux sociaux »

Nelson Monfort à Budapest, en juillet 2017. | © AFP PHOTO / CHRISTOPHE SIMON

Sport

Jusqu’au 13 août, Nelson Monfort couvre les Championnats du monde d’athlétisme à Londres. Il se confie sur sa vision de son métier et sur son avenir dans une interview donnée au Parisien.

L’enthousiasme de Nelson Monfort est presque aussi légendaire que ses questions d’une longueur à faire peur à un coureur de fond. Depuis 1987, il est une figure indissociable des grands événements sportifs diffusés sur France Télévisions. Jusqu’au 13 août, il couvre les Championnats du monde d’athlétisme à Londres. Son interview du Français Pierre-Ambroise Bosse, champion du monde du 800 mètres, est l’une des plus mémorables de la compétition.

Au cours des 30 ans de carrière télévisuelle, Nelson Monfort a habitué les téléspectateurs à son style inimitable qui ne laisse personne indifférent et qui lui attire parfois moqueries et critiques. Lui assume et ne considère pas en faire trop. « Je ne me force pas. Ça vient naturellement. Il faut ajouter un peu d’humour pour que ce ne soit pas banal. Je mets beaucoup d’amour dans le regard pour faire sentir à mes interlocuteurs que je suis heureux de les recevoir », a-t-il expliqué dans une interview au Parisien publiée jeudi.

Il a rebaptisé les réseaux sociaux les « fléaux sociaux »

Les critiques, le journaliste sportif de 64 ans a appris à les encaisser, surtout celles qui abondent sur les réseaux sociaux qu’il surnomme les « fléaux sociaux ». « Il y a trop de commentaires anonymes et vulgaires, truffés de fautes d’orthographes. Ce ne sont jamais les plus nobles sentiments humains qui s’expriment. Et je ne dis pas cela simplement pour moi », dit encore celui qui précise qui n’a pas « de problème avec la dérision ni avec les imitations ».

Interrogé sur la fin de sa carrière, Nelson Monfort explique qu’il ne sait pas quand il tirera sa révérence, même si, arrêter après les Jeux Olympiques de Paris en 2024 serait pour lui « une jolie porte de sortie ».

CIM Internet