Paris Match Belgique

5 raisons qui prouvent que David Goffin est (déjà) un grand champion

David Goffin enchaine les exploits et fait rêver les Belges plus que jamais. | © BELGA PHOTO LAURIE DIEFFEMBACQ

Sport

Le numéro un belge vient de signer un nouvel exploit à Tokyo et se rapproche toujours plus des étoiles – du tennis mondial.

« Je ne calcule pas », déclarait samedi à Tokyo David Goffin. Pourtant, si nos calculs sont bons, le numéro un du tennis belge vient de réaliser une sacrée performance et de briser un nouveau record : sa qualification pour la finale du tournoi ATP 500 sur dur fait de lui le recordman belge absolu de victoires ATP et notre seul compatriote à en avoir gagné deux consécutivement sur le circuit. Il s’agit de la plus grande victoire de sa déjà longue carrière, tandis qu’il s’assure désormais de remonter dans le top 10 ATP.

Des années après son grand « débarquement » dans le milieu belge professionnel, ses matchs font toujours l’effet d’un vent de fraicheur, et ce même si David Goffin n’est plus un espoir : à 26 ans, c’est un athlète confirmé, désormais expérimenté, fièrement classé. Et tout ça, « C’est dans l’attitude », explique le tennisman. Si certains restent encore à convaincre, voici cinq raisons qui prouvent que David Goffin est un bel et bien un grand champion.

©AFP PHOTO / Toru YAMANAKA – David Goffin à Tokyo.

1. Il est déjà virtuellement qualifié pour le Masters

Remporter son premier ATP 500 constitue pour le joueur belge un pas très intéressant vers une qualification pour les ATP Finals, le Masters, qui réunira à Londres, du 12 au 19 novembre, les huit meilleurs joueurs de l’année 2017. David Goffin a engrangé 500 points au classement ATP grâce à sa victoire au Japon.

Mieux encore, le N.1 belge a surtout effectué une remontée fantastique à l’ATP Race To London, le classement depuis le 1er janvier 2017 qui qualifie les joueurs pour le Masters. Treizième après sa victoire au tournoi ATP 250 de Shenzhen, il vient de gagner cinq places, dépassant Andy Murray (ATP 3), le Sud-Africain Kevin Anderson (ATP 16), l’Américain Sam Querrey (ATP 15), l’Américain Sam Querrey (ATP 15), Novak Djokovic (ATP 6) et Pablo Carreno Busta. Avec ses 2 740 points, David Goffin occupe même aujourd’hui la septième place de la Race, vu que Novak Djokovic et le Suisse Stan Wawrinka (ATP 9), devant le Liégeois au classement, sont out pour le restant de la saison. Et le natif de Rocourt possède désormais 305 points d’avance sur Sam Querrey, le premier joueur non-qualifié. Bref, alors qu’il reste quatre tournois à disputer, il est tout prêt de monter dans l’Eurostar direction l’O2 Arena de la capitale anglaise.

2. Premier belge

Dire que David Goffin porte haut les couleurs de son pays est un euphémisme. De même l’Histoire du tennis belge se souviendra de lui comme le premier à avoir atteint un tel niveau dans la compétition.

©BELGA PHOTO LAURIE DIEFFEMBACQ

3. Il a reconquis le top 10

Sa victoire à Tokyo permet à David Goffin, ce lundi, de faire son retour dans le top 10 du classement, à la dixième place, qu’il avait déjà occupée du 24 avril au 21 mai dernier. Il dépassera ainsi l’Espagnol Pablo Carreno Busta (ATP 10), demi-finaliste de l’US Open.

Voir aussi > David Goffin : 6 photos pour un top 10 mondial

4. Il est prêt à affronter la France en coupe Davis

À un mois de la finale de la coupe Davis, qui verra s’affronter fin novembre l’équipe belge aux coq français, la victoire du tennisman liégeois est de bon augure : David Goffin a déjà battu trois joueurs susceptibles de se retrouver face à lui sur le dur du stade Pierre-Mauroy à Villeneuve-d’Ascq. Nicolas Mahut, Pierre-Hugues Herbert et Richard Gasquet – dont l’échec sur courts a permis à Goffin d’atteindre la demi-finale à Tokyo – ont ainsi du soucis à se faire. Néanmoins, le Belge n’est pas encore parvenu à s’imposer face Tsonga ou Lucas Pouille, également pressentis.

©BELGA PHOTO LAURIE DIEFFEMBACQ

Bonus pour les supporters : le stade se trouve à seulement 10 kilomètres de la frontière belge, soit l’occasion d’aller encourager le champion, qui pourrait bien soulever la coupe à l’issue de la rencontre.

5. Après une blessure, il s’est accroché

Pour David Goffin, tout « est dans l’attitude », explique-t-il. « Il faut continuer à toujours avancer, à croire en mon jeu, croire en mon plan de jeu ». Pourtant, le mental a dû en prendre un coup, en juin dernier à Roland-Garros, quand le joueur belge s’est pris les pieds dans le tapis : le tennisman chutait lourdement et se blessait la cheville, alors qu’il menait 5-4 au premier set contre l’Argentin Horacio Zeballos. Un événement terrible à 26 ans.

« J’ai bien tenu », a-t-il assuré après la demi-finale tokyoïte, « ce qui est encore un signe que je suis bien dans la tête et le jeu ». « Je suis bien mentalement, je ne refuse pas le combat », a-t-il encore ajouté.

Avec Belga

CIM Internet