Paris Match Belgique

Après un contrôle « anormal », Chris Froome rattrapé par la brigade antidopage

Christopher Froome, le 20 septembre 2017. | © BELGA PHOTO YORICK JANSENS

Sport

Le champion cycliste britannique Christopher Froome a été contrôlé positif lors du Tour d’Espagne 2017. C’est une enquête du Monde et du Guardian qui a révélé cette information. 

 

Christopher Froome va-t-il tomber comme tant avant lui ? Une enquête conjointe menée par le Monde et le Guardian révèle ce mercredi que le cycliste britannique a subi un contrôle antidopage en marge du Tour d’Espagne 2017. Contrôle dont les résultats se sont révélés «anormaux». Chris Froome, quadruple vainqueur du Tour de France, a été contrôlé positif au bronchodilatateur salbutamol sur la Vuelta, qu’il a par ailleurs remporté. Face à ces révélations, l’Union cycliste internationale a publié un communiqué dans laquelle elle confirme la nouvelle, expliquant que « l’analyse de l’échantillon B a confirmé le résultat de l’échantillon A du coureur ».

Lire aussi > Les ravages du Tour de France sur les jambes des coureurs (Photos)

Le Guardian rapporte que le coureur de la Sky a dépassé le niveau autorisé de ce médicament contre l’asthme, dont la limite est établie à 1000 nanogrammes par millilitre. C’est le double qui a été retrouvé dans  les analyses d’urine du champion de 32 ans. Le quotidien britannique indique en outre que les avocats de Froome et l’équipe Sky tentent de contester ces résultats, « c’est pourquoi ils n’avaient pas encore été rendus public officiellement jusqu’à maintenant ».

Un risque de suspension

Ce n’est pas la première fois que Christopher Froome, et plus encore l’équipe Sky, font scandale à cause de ces fameux traitements pour l’asthme. En septembre 2016, le collectif de hackers russes « Fancy Bears » a révélé les dossiers médicaux de nombreux sportifs, dont ceux de Chris Froome et de son coéquipier Bradley Wiggins. Ces données confidentielles conservées par l’Agence Mondiale Antidopage faisaient état de prescriptions de produits illicites aux deux champions. Entre 2013 et 2015, Christopher Froome a obtenu quatre ordonnances de Prednisolone, un produit dont les vertus sont proches de celles de la cortisone. Bradley Wiggins, lui, s’est vu prescrire en 2008 et 2009 du Salbutamol, du Formoterol et du Budesonide, des inhalateurs qui permettent de mieux respirer. Dans les deux cas, ces prescriptions ont été autorisées par l’Agence Mondiale Antidopage pour soigner de l’asthme. Un asthme d’effort chez Christopher Froome, un autre dû aux allergies au pollen pour Bradley Wiggins.

Lire aussi > « Icarus », le nouveau documentaire au cœur du scandale de dopage russe

Cette fois-ci, si Christopher Froome n’est pas capable d’expliquer son contrôle antidopage positif, il risque de perdre son titre obtenu sur la Vuelta et encourt même une suspension qui pourrait le priver de Tour de France l’été prochain.

CIM Internet