Paris Match Belgique

On a rencontré Alex-Imé, l’espoir du neuvième art

BD

Case issue de la bande dessinée Le Dernier Refuge. | © Glénat / Le dernier refuge

Culture

La dessinatrice française a remporté le prix Saint-Michel de la bande dessinée de l’Avenir 2019. Elle nous raconte son parcours pas toujours évident.

 

Comme les autres arts, la bande dessinée a elle aussi sa remise de prix. Le prix Saint-Michel est le deuxième plus ancien prix d’Europe de bande dessinée, et il est « Made in Belgium ». La cérémonie avait lieu vendredi soir à Bruxelles, et comme chaque année, sept prix différents ont été décernés pour récompenser les meilleurs bédéistes de l’année 2019. Parmi tous les lauréats, une seule lauréate : Alex-Imé pour le Prix Saint-Michel de l’Avenir. La dessinatrice a été récompensée pour sa bande dessinée Le Dernier Refuge (publiée chez Glénat) qu’elle a réalisé avec Pierre-Roland Saint-Dizier.

bande dessinée
Couverture. © Glénat / Le dernier refuge

Le Dernier Refuge raconte l’histoire de Corentin, employé dans un cimetière, qui s’occupe plus particulièrement du secteur où les animaux sont inhumés. Alors que la première guerre mondiale approche, cette section du cimetière est réquisitionnée par l’armée, laissant planer la question de savoir où les animaux pourront bien être enterrés.

À la vue du sujet, dessiner des animaux était une affaire prédestinée pour Alex-Imé. « Je connaissais bien l’éditrice, et c’est elle qui m’a proposé ce projet car je dessinais déjà beaucoup d’animaux », raconte la jeune femme. La dessinatrice n’est pas une novice dans ce milieu, elle y travaille depuis déjà plus de 10 ans, surtout dans des projets collectifs. Avant Le Dernier Refuge, elle avait déjà réalisé les dessins pour Lili & Colin, une bande dessinée jeunesse avec Delphine-Laure Thiriet au scénario.

Publiée par Alex-Imé Dessinatrice sur Jeudi 4 juillet 2019

On perçoit beaucoup d’émotions chez Alex-Imé qui ne réalise toujours pas d’avoir obtenu ce prix. « J’ai un peu le syndrome de l’imposteur », nous confie-t-elle. Pourtant, il n’y a pas de doute : Alex-Imé mérite certainement son prix aux vues des différentes embûches qu’elle a pu rencontrer. « C’est un parcours difficile, et c’est un véritable soulagement quand un album est fini », nous raconte-t-elle. « J’ai participé à beaucoup de projets collectifs, et malheureusement ils n’aboutissent pas tous. » Le Dernier Refuge lui a pris un an de travail pour dessiner les 45 pages. « C’est beaucoup de stress durant tout le processus et de remise en question. Quand on finit, on est content, mais on attend avec une certaine appréhension le retour du public. »

Lire aussi > Il détourne les bandes dessinées de notre enfance pour sensibiliser à l’abandon des animaux

Pour son prochain projet, Alex-Imé signe une bande dessinée qu’elle a réalisé en intégralité intitulée L’Or des Fous. Dans une forme fantastique, elle s’inspire d’un sujet très réel sur l’orpaillage en Guyane (la recherche et l’exploitation artisanale de l’or), et ses ravages sur la population. D’abord publiée aux éditions Aymara, cette bande dessinée sera rééditée chez Plume Verte cette fois, avec une couverture cartonnée.

dessin
Alex-Imé nous a fait une petite dédicace. © DR

Les Lauréats
– Grand Prix Saint-Michel : François Boucq
– Prix Saint-Michel Avenir 2019 : Alex-Imé et Pierre-Roland Saint-Dizier pour Le Dernier Refuge (Tome 1). Glénat
– Prix Saint-Michel Jeunesse : Tebo pour La belle et l’affreux (Raowl). Dupuis
– Prix Saint-Michel Humour : Ptiluc et Bernard Swysen pour Hitler (La véritable histoire vraie). Dupuis
– Prix Saint-Michel du Meilleur Scénario : Vincent Perriot pour Negalyod. Casterman
– Prix Saint-Michel du Meilleur Dessin : Laurent Astier pour Déluge de feu (La Venin). Rue de Sèvres
– Prix Saint-Michel du Meilleur Album : Christophe Simon et Jean Van Hamme pour Kivu. Le Lombard

CIM Internet