Paris Match Belgique

Les musées de Vienne ouvrent un compte OnlyFans, une idée pas si folle

La Vénus de Willendorf ne peut-t-elle exister en ligne que sur OnlyFans ? | © Maxime Daix

Culture

Les musées de Vienne ont décidé d’ouvrir un compte OnlyFans, un service d’abonnement au contenu photo et vidéo en grande partie à caractère pornographique. Une idée qui peut paraître étrange de prime abord, mais qui fait sens.


Aujourd’hui tous les grands musées du monde se trouvent sur les réseaux sociaux. Du Louvre, au Guggenheim en passant par le Tate, tous ces musées prestigieux partagent tous les jours certaines de leurs oeuvres sur les réseaux sociaux pour promouvoir leurs collections ou expositions temporaires. Le hic ? C’est que Facebook et Instagram censurent constamment toutes les images impliquant de la nudité, même les œuvres de nus.

Les règles de communauté de Facebook et Instagram interdisent en effet toute démonstration de nudité, même celles qui sont « de nature artistique ou créative ». Pour contourner cette censure absurde, l’office de tourisme de Vienne, a annoncé la création d’un compte OnlyFans, un réseau social où la nudité n’est pas censurée, pour faire la promotion de ses œuvres de nus

Une réelle lassitude des musées

Derrière cette opération de communication se cache une réelle lassitude pour les musées. Voir toutes leurs oeuvres d’art impliquant de la nudité constamment censurées sur Facebook et Instagram en devient presque absurde. Comme le souligne Guardian, de nombreuses censures du géant californien frise avec le ridicule, comme quand ils ont décidé de retirer de Facebook une photo de la statuette de Willendorf, vieille de 25 000 ans, jugée pornographique

Cette campagne « Vienne se déshabille sur OnlyFans » devrait aussi servir à interpeller les utilisateurs sur l’aberration de la censure sur les réseaux sociaux qui empêche de nombreux artistes d’y publier leur travail.

« Notre initiative marketing n’est pas la solution ultime à cette relation problématique qui existe entre le monde de l’art et les réseaux sociaux, mais nous nous battons pour nos valeurs et nos convictions » explique Helena Hartlauer, porte-parole de l’office de tourisme de Vienne.

CIM Internet