Paris Match Belgique

Palmarès, « Insyriated », Reynders comparé à Dark Vador : Ce qu’il faut retenir des Magritte du cinéma

magritte

L'équipe d"Insyriated", le grand gagnant des Magritte du cinéma. | © BELGA PHOTO LAURIE DIEFFEMBACQ

Cinéma

Les Magritte du cinéma récompensaient à nouveau les représentants du 7e art belge. Le grand gagnant de cette huitième édition est sans conteste, « InSyriated » de Philippe Van Leeuw qui repart avec six statuettes.

« Notre cinéma est riche, riche de la diversité de notre plat pays », a déclaré la présidente de cérémonie et comédienne Natacha Régnier lors de son discours d’ouverture. Cette 8e édition des Magritte du Cinéma, présentée par Fabrizio Rongione, déjà maître de cérémonie en 2013 et 2014, a démarré avec les Meilleurs espoirs du cinéma belge. Côté femme, c’est Maya Dory qui est repartie avec la première récompense de la soirée pour son rôle dans Mon Ange. Le Magritte du « Meilleur espoir masculin » a lui été attribué à Soufiane Chilah pour Dode hoek. L’acteur a été découvert dans le film Black de Adil El Arbi et Bilall Fallah.

Lire aussi > Magritte du cinéma : Une édition qui se répète

Insyriated, grand gagnant

Insyriated a réalisé un carton plein avec six récompenses sur les six nominations, dont le Magritte du meilleur film. Mais aussi : le Magritte du meilleur scénario, de la meilleure musique, du meilleur son et de la meilleure image. Philippe Van Leeuw a reçu pour ce film le Magritte du meilleur réalisateur. C’est une récompense de plus que Bouli Lanners avec Les premiers les derniers en 2017.

« Ce qui était très important c’était que le film ne prenne pas partie pour un camp contre l’autre« , estime Philippe Van Leeuw. « C’était important pour que le film soit accueilli par le public le plus large possible, mais c’était important aussi pour les Syriens qui sont dans le film. (…) En ce qui me concerne, Bachar doit partir tout de suite ».

Le réalisateur s’est imposé de nombreuses contraintes pour réaliser ce huis clos tourné en langue arabe à l’étranger. Mais en traitant d’une guerre qui lui est lointaine, il est revenu avec un message sur les réfugiés dans nos pays européens : « Le film donne un élément de compréhension sur les raisons pour lesquelles ces gens sont arrivés jusqu’à chez nous, parce qu’ils ont été obligés de tout quitter, de partir et de tout laisser derrière et ils ont pris des risques insensés pour arriver jusqu’ici. Ca, c’est une réalité et on a un petit peu du mal à la comprendre quand on ne voit que les gens qui sont groupés devant le bure au de l’immigration ou ailleurs. Mais, ils sont là pour une raison essentielle. Ils n’ont pas ailleurs où aller ».

Le Magritte du « Meilleur acteur » a été attribué à Peter Van den Begin pour son rôle dans « King of the Belgians ». Il concourrait contre Jérémie Renier (L’amant double), Matthias Schoenaerts (Le fidèle) et François Damiens (Otez-moi d’un doute).

magritte
BELGA PHOTO LAURIE DIEFFEMBACQ

Emilie Dequenne a à nouveau été consacrée « Meilleure actrice » pour son rôle dans le film Chez nous. Elle faisait face à Cécile de France (Otez-moi d’un doute), Fiona Gordon (Paris pieds nus) et Lucie Debay (King of the Belgians). Dans Chez nous, l’actrice endosse le rôle de Pauline, une infirmière à domicile appréciée de ses concitoyens qui pratique dans le nord de la France. Elle se voit enrôlée en politique par un parti d’extrême droite et nous en fait découvrir ses coulisses et ses manigances électorales. À travers son parcours initiatique, ce sont les motivations des électeurs et leurs difficultés face à la vie qui transparaissent.

Suite du palmarès

Noces de Stephan Streker (8 nominations) repart avec deux statuettes. L’actrice Aurora Marion a décroché le Magritte de la « Meilleure actrice dans un second rôle » pour ce film largement inspiré d’un crime d’honneur perpétré en 2007 en Belgique. Il a également remporté le Magritte des « Meilleurs costumes » par le travail de Sophie Van Den Keybus.

Lire aussi > « Noces » de Stefan Streker : Tragédie grecque façon belgo-pakistanaise

Le Magritte du « Meilleur film flamand » a récompensé Home de Fien Troch. Le Magritte du « Meilleur premier film » a été attribué à Faut pas lui dire de Solange Cicurel. Celui du « Meilleur montage » est allé à Sandrine Deegen pour Paris pieds nus de Dominique Abel & Fiona Gordon.

Le film Grave de Julia Ducournau a été par deux fois récompensé. Il s’est vu attribuer le Magritte du « Meilleur film étranger en coproduction » et celui pour les « Meilleurs décors » de Laurie Colson. Jean-Benoît Ugeux a reçu le Magritte du Meilleur acteur dans un second rôle pour son interprétation dans Le Fidèle.

Burning out a été reconnu comme le « Meilleur documentaire » de cette édition. Le « Meilleur court-métrage de fiction » est allé à Avec Thelma de Ann Sirot & Raphaël Balbon. Le Lion et le singe de Benoît Feroumont a lui reçu le Magritte du « Meilleur court-métrage d’animation ».

La comédienne et réalisatrice Sandrine Bonnaire a reçu par ailleurs un Magritte d’honneur pour l’ensemble de sa carrière. « Ce prix vous me l’offrez à moi, mais vous honorez aussi tous ces gens qui m’ont construite, qui ont fait de moi cette identité, celle de l’actrice ». Elle s’est déclarée « touchée par ce très bel accueil ». « Le cinéma, c’est ça : l’émotion absolue. Ce sont les rires, les larmes, les sourires. Et c’est ce que je ressens là. Vous m’avez donné cette émotion-là en 30 secondes », a-t-elle ajouté visiblement très émue.

magritte
BELGA PHOTO LAURIE DIEFFEMBACQ

Les ministres Reynders et Greoli chambrés

Durant la cérémonie des Magritte, les politiques présents dans la salle se font souvent charrier par les représentants du 7ème art. Cette année, les ministres Didier Reynders et Alda Gréoli étaient dans leur collimateur. Au début de la cérémonie, Fabrizio Rongione, le Maître de cérémonie, a gentiment charrié le vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères et européennes, chargé des Institutions culturelles fédérales, en le comparant à Dark Vador. « Vous êtes comme Dark Vador, vous avez rejoint le côté obscur de la force », a-t-il déclaré en parlant de l’alliance NV-A/MR.

La ministre de la Culture s’est aussi fait charrier lors de cette soirée, à propos de la baisse de popularité de son parti, le cdH.

Mots-clés:
magritte du cinéma
CIM Internet