Paris Match Belgique

Pourquoi Jake Gyllenhaal est l’acteur américain le plus passionnant du moment

Jake Gyllenhaal, le 28 octobre 2017 à Rome. | © BELGA/Alessia Paradisi/ABACAPRESS.COM

Cinéma et Docu

À l’affiche de Stronger dans lequel il interprète Jeff Bauman, victime des attentats de Boston, Jake Gyllenhaal méritait une citation à l’Oscar pour sa performance. Comme chaque année ou presque.

 

« Jake est mon héros, il est incroyable. C’est un grand artiste ». Quand le compliment vient de la bouche de celui que vous venez d’interpréter sur grand écran -en l’occurrence Jeff Bauman dans Stronger– il doit vous aller droit dans le cœur. Révélé en 2001 dans l’excellent film fantastique Donnie Darko de Richard Kelly, aux côtés de sa sœur actrice Maggie Gyllenhaal, Jake Gyllenhaal s’est imposé au fil des années comme une valeur sûre du cinéma américain. Ses choix l’ont progressivement éloigné des blockbusters sans âme et il n’a jamais enfilé le moindre collant de super-héros, une sacré performance et un signe d’intégrité artistique. Bref, le fond vert, il ne connaît pas. Ce qui intéresse le brun aux yeux clairs, c’est d’incarner physiquement son personnage, de modeler son corps et son âme pour être au plus proche du rôle qu’il joue devant la caméra.

Il faut dire que Jacob Benjamin Gyllenhaal a de qui tenir : un papa réalisateur et poète, une maman scénariste nommée aux Oscars en 1989, une sœur actrice, donc, Jamie Lee Curtis pour marraine et Paul Newman pour parrain. Bref, la marmite du cinéma, il est tombé dedans à la naissance et a tenu un premier rôle dès l’âge de 11 ans dans La Vie, l’Amour, les Vaches de Ron Underwood. En vingt ans de carrière, il a tourné avec le gratin du cinéma américain : Ang Lee (Le Secret de Brokeback Mountain), Sam Mendes (Jarhead : la fin de l’innocence), David Fincher (Zodiac), David O. Russell (L’Amour par accident) ou encore Tom Ford (Nocturnal Animals). Il a également collaboré à deux reprises avec le cinéaste canadien Denis Villeneuve, sur Prisoners et Enemy, réalisateur qu’il retrouvera prochainement dans le polar The Son. Cette année, Jake Gyllenhaal a fait un crochet par le Festival de Cannes (il a été membre du jury de la compétition en 2015) pour la projection d’Okja de Bong Joon-ho, dans lequel il interprète un vétérinaire d’un genre particulier…

Producteur, un jour réalisateur?

Même s’il n’a jamais cédé aux sirènes du star-systeme, Jake Gyllenhaal sait mettre sa notoriété au profit du cinéma qu’il aime et défend. Il a ainsi produit ce qui est peut-être son meilleur film à ce jour, le noir Night Call de Don Gilroy et a créé sa propre société, Nine Stories Productions, que l’on retrouve au générique de Stronger. Jake Gyllenhaal est tombé amoureux du livre de Jeff Bauman, de cette formidable leçon de résilience qui ne cherche jamais à glorifier les victimes des attentats, mais à les accompagner vers une nouvelle étape de leur vie.

Jake Gyllenhaal et Jeff Bauman au Festival international du film de Rome en octobre 2017. © BELGA/MAXPPP

Jeff Bauman se souvient pour Paris Match de sa première rencontre avec Jake : « Cela s’est passé il y a environ deux ans et demi, lorsque j’ai rencontré le réalisateur David Gordon Green. Jake s’est joint à nous. On s’est instantanément bien entendus, on est très similaires, on pourrait pratiquement être frères –je plaisante régulièrement en disant qu’il est mon grand frère car il est un peu plus vieux que moi. Il est comme mon grand frère, il aime mon histoire, il était très passionné à l’idée de me jouer, tout en étant complètement respectueux envers moi. Je pense que tout le monde l’a accueilli à bras ouvert : c’est vraiment un type bien, une belle âme et une belle personne. J’étais ravi qu’il me joue ».

Lire aussi > Mais que devient Josh Hartnett ?

Soucieux de ne pas « sur-jouer » l’handicapé, Jake Gyllenhaal a accompagné Jeff Bauman dans sa vie de tous les jours. « Il a beaucoup réfléchi à mon handicap, ne pas avoir mes jambes, le travail qu’il m’a fallu accomplir pour me bouger, remarcher », souligne encore Jeff Bauman. Etre un super-héros du quotidien qui ne sauve qu’une seule âme, la sienne, voilà le projet artistique de l’acteur, que l’on imagine bien passer derrière la caméra un jour, comme son ami Ryan Gosling (Lost River), avec qui il partage le même goût pour les rôles complexes et les films qui remuent les tripes.

CIM Internet