Paris Match Belgique

Accusé de plagiat pour The Shape of Water, Guillermo del Toro trébuchera-t-il aux Oscars ?

The Shape of Water, de Guillermo del Toro. | © DR

Cinéma

Après les héritiers de Paul Zindel, c'était au tour de Jean-Pierre Jeunet d'accuser le cinéaste mexicain de plagiat.

 

Avec treize nominations, le monstre aquatique de The Shape of Water (La Forme de l'eau, en français) part grand favori aux prochains oscars. Mais à une semaine du tapis rouge, une ombre pourrait bien venir noircir le tableau de Guillermo del Toro.

S'il fait indubitablement partie des films à ne pas manquer en 2018, The Shape of Water - qui a déjà remporté le prestigieux Lion d'or à la Mostra de Venise ainsi qu'un Golden Globe - pourrait perdre quelques statuettes et faire trébucher dans le même temps son réalisateur. Fin janvier, le réalisateur du Labyrinthe de Pan était en effet accusé de plagiat par le fils d'un auteur lauréat du prix Pulitzer en 1971.

Deux histoires d'amour étrangement similaires

Le réalisateur a ainsi été attaqué en justice par David Zindel, ayant pointé les similitudes entre La forme de l'eau et la pièce Let Me Hear You Whisper, écrite en 1969 par son père le dramaturge Paul Zindel. « Nous sommes choqués qu'un grand studio puisse faire un film aussi visiblement dérivé du travail de mon défunt paternel sans que personne ne le reconnaisse ou ne vienne vers nous pour obtenir les droits », déclarait-il alors dans le Guardian.

Lire aussi > Les 5 inattendus des Oscars 2018

Sur les planches de théâtre de l'époque, le spectateur assistait à une histoire d'amour entre Helen, une femme de ménage excessivement timide et un dauphin enfermé dans un aquarium servant d'expérimentations à un laboratoire maritime des années 60. Sur grand écran, difficile de ne pas faire le lien entre Helen et Elisa, muette et nettoyeuse dans une base gouvernementale qui héberge un étrange pensionnaire... marin lui aussi. Une comparaison qui ne se limite pas aux personnages principaux puisqu'elle concerne aussi l'histoire d'amour similaire entre ces deux couples extraordinaires.

Fiction, triche ou vérité

Si le studio Fox Searchlight avait aussitôt balayé ces accusations d'un revers de la main, le réalisateur mexicain s'était exprimé sur le sujet quelques temps plus tard. Parce qu'il a toujours présenté son film comme une création originale, Guillermo del Toro assure qu'il ne s'est pas inspiré de la pièce de Zindel, adapté à l'écran dès 1973. Dans une interview pour le magazine Written By, il explique que l'idée lui était venu d'une conversation avec son producteur exécutif Daniel Kraus. Ce dernier lui aurait soufflé l'histoire d'« une concierge qui kidnappe un homme-amphibien retenu dans un établissement gouvernemental secret », appuyant ainsi le synopsis sur sur le film d'horreur L'Étrange Créature du lac Noir de Jack Arnold. Plus récemment, dans les colonnes de Deadline, le cinéaste continue de nier en bloc. "Notre histoire est très complexe, elle fait appel à des espions russes, à la guerre froide, à une amitié féminine très importante et complètement originale", s'est-il justifié. "D'autant plus que ces accusation de Mr. Zindel coïncident avec la période de vote de l'Academy Award, de manière a faire pression sur nos studios pour qu'ils règlent l'affaire au plus vite", poursuit-il avant d'avouer être "soulagé d'être entendu par la justice plutôt que d'être livré à l'opinion publique".

Lire aussi > Séisme à Mexico : Guillermo del Toro s'improvise porte-voix pour les personnes en détresse

Sortie dans les salles belges depuis le 31 janvier dernier, The Shape of Water semble avoir la cote auprès du public. À voir néanmoins si la polémique finira par entacher la réputation du réalisateur, déjà accusé de plagiat quelques semaines plus tard par le réalisateur Jean-Pierre Jeunet. Ce dernier accuse Guillermo del Toro d’avoir « copié-collé » son Delicatessen.

CIM Internet