Paris Match Belgique

Petites et grandes histoires des Oscars

Ce dimanche 4 mars a lieu la 90e cérémonie des Oscars, un rendez-vous devenu incontournable pour tous les amoureux de cinéma. | © Reporters / Abaca

Cinéma

À l’occasion de la 90e cérémonie qui a lieu ce dimanche 4 mars, nous vous racontons l’histoire des Oscars du cinéma, où se sont croisés les destins de nombreuses stars. 

D’après un article Paris Match France de Klhoé Dominguez

 

Hautes de 34 centimètres, les statuettes dorées des Oscars sont les plus grandes récompenses du cinéma. Chaque année, elles sont décernées aux meilleurs films, aux meilleurs acteurs, aux meilleurs réalisateurs par l’Academy of Motion Picture Arts and Sciences, depuis la première édition en 1929. Retour sur l’Histoire de cette cérémonie en 20 dates marquantes.

1934 : Les Academy Awards deviennent les Oscars
C’est Walt Disney qui utilise pour la première fois le terme « Oscars »  alors qu’il reçoit une statuette pour Les trois petits cochons. La cérémonie sera ainsi rebaptisée, auparavant appelée « Academy Awards » en référence à l’association Academy of Motion Picture Arts and Sciences qui l’organise. Le créateur de Mickey Mouse a reçu 26 récompenses sur l’ensemble de sa carrière, toutes catégories confondues. Plus sept mini-Oscars qui lui sont remis en 1939 alors qu’il est récompensé pour Blanche Neige et les sept nains.

Lire aussi > Oscars: Ce qu’il y a dans les pochettes cadeaux à 100 000 dollars

1935 : Une frenchie aux États-Unis
Claudette Colbert est la première française, même si elle est naturalisée américaine, à remporter l’Oscar de la meilleure actrice pour son rôle dans New York-Miami de Frank Capra. Simone Signoret l’a elle reçu en 1960, pour Les Chemins de la Haute Ville, de Jack Clayton, et Marion Cotillard en 2008, pour La Môme, d’Olivier Dahan.

1940 : Première actrice noire récompensée
Hattie McDaniel est la première actrice noire à remporter un Oscar. Elle obtient l’Award du meilleur second rôle féminin pour son jeu dans Autant en emporte le vent, de Victor Fleming, film qui bat le record de statuettes avec 10 récompenses

1961 : « Il était une fois Hollywood »
Elizabeth Taylor remporte son premier Oscar (elle en recevra trois au total) pour son rôle dans La Venus au vison, de Daniel Mann, sur fond de scandale : l’actrice a eu une liaison avec Eddie Fisher alors que celui-ci était marié à la populaire Debbie Reynolds. L’acteur a finalement divorcé pour épouser Elizabeth Taylor en 1959. Mais le public voit d’un mauvais œil leur relation, et tique quand ils jouent ensemble dans La Venus au vison. Atteinte d’une pneumonie, Elizabeth Taylor regagne la sympathie des spectateurs. C’est le souffle court, toujours pas guérie de sa maladie, que l’actrice monte sur scène pour récupérer sa récompense.

Elizabeth Taylor a reçu trois Oscars durant sa carrière. © DPA / Reporters

Marlon Brando refuse son Oscar

1964 : Oscars (not) so white ?
Sidney Poitier, pour son rôle dans Le Lys des Champs, de Ralph Nelson, est le premier comédien noir à recevoir l’Oscar du meilleur acteur. Ce n’est que 38 ans plus tard qu’un autre acteur noir recevra cette même récompense : Denzel Washington pour Training Day en 2001. L’année suivante, Sidney Poitier reçoit l’Oscar d’honneur.

1969 : Égalité
Surprise inédite : en ouvrant l’enveloppe, Ingrid Bergman n’a pu cacher sa stupéfaction… deux comédiennes remportent ex-aequo l’Oscar de la meilleure actrice. Katharine Hepburn pour Le lion en hiver et Barbra Streisand pour Funny Girl. Seule la deuxième montera sur scène pour faire un discours, Katharine Hepburn étant absente (comme à chaque cérémonie des Oscars).

1973 : Comme dans un western avec John Wayne
Quand l’Oscar du meilleur acteur est décerné à Marlon Brando pour son rôle dans Le Parrain, de Francis Ford Coppola, ce n’est pas le comédien qui se présente sur scène mais l’activiste Sacheen Littlefeather. « Je représente Marlon Brando ce soir, et il m’a demandé de vous dire… qu’il regrette de ne pas pouvoir accepter cette généreuse récompense. La raison : le traitement des Indiens d’Amérique par l’industrie du cinéma ». Plus tard, elle commentera ce moment ainsi : « John Wayne était prêt à me faire sortir de scène à tout moment ».

Sacheen Littlefeather a été envoyée par Marlon Brando pour refuser son Oscar au nom des luttes amérindiennes. © Reporters / Everett

Lire aussi > Le menu « spécial Oscars » des étoiles d’Hollywood 

1986 : Mon truc en plume
Plumes et paillettes. Alors qu’elle venait décerner l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle, Cher a fait sensation dans une tenue extravagante. « Comme vous pouvez le voir, j’ai bien reçu la brochure de l’Academy expliquant comment s’habiller comme une actrice sérieuse », a-t-elle commenté avec humour.

1993 : Bannis à vie… jusqu’à la prochaine cérémonie
Alors qu’ils remettaient l’Oscar du meilleur montage, Susan Sarandon et Tim Robbins ont profité de la tribune que leur offrait la cérémonie pour interpeller sur le traitement des séropositifs en Haïti. Ce qui n’a pas vraiment plu à l’Academy qui les a bannis à vie… Enfin, jusqu’en 1996 pour Susan Sarandon qui a été nommée pour l’Oscar de la meilleure actrice, et jusqu’en 2004 pour Tim Robbins, nommé pour l’Oscar du meilleur acteur dans un second rôle. Lors de la même soirée, Richard Gere a également abordé un sujet politique qui lui tient à cœur : l’invasion de la Chine au Tibet. Bannissement immédiat. Mais rien n’explique pourquoi l’acteur a finalement pu assister à la cérémonie en 2003 ou encore en 2013.

Angelina Jolie embrasse son frère sur le tapis rouge

1995 : Jamais deux sans trois ? 
En 1994, Tom Hanks a reçu l’Oscar du meilleur acteur pour son rôle dans Philadelphia, de Jonathan Demme. L’année suivante, il est de nouveau nommé, pour Forrest Gump, de Robert Zemeckis. Et il l’emporte. En 1999, il est encore nommé, pour le film Il faut sauver le soldat Ryan, de Steven Spielberg, mais c’est Roberto Benigni qui l’emporte.

1998 : King of the Oscars
« Je suis le roi du monde », crie James Cameron sur la scène des Oscars alors qu’il remporte la statuette du meilleur réalisateur pour Titanic. Ce soir-là, le film remporte 11 Oscars (sauf celle du meilleur acteur pour Leonard DiCaprio…), égalisant le record de Ben Hur en 1960.

1999 : Hors de contrôle
Alors qu’il remporte l’Oscar du meilleur acteur pour La vie est belle, Roberto Benigni ne cache pas son euphorie. Il grimpe sur les sièges rouges du Dorothy Chandler Pavilion (avec l’aide de Steven Spielberg) et lève le point haut, puis saute de siège en siège pour rejoindre l’allée qui l’amène à la scène. Son film remporte également le prix du meilleur film en langue étrangère.

Lire aussi > 5 choses que vous ne saviez pas sur… Angelina Jolie

2000 : Frère et sœur 
Moment étrange : sur le tapis rouge des Oscars, Angelina Jolie embrasse à pleine bouche son frère, James Haven, qui l’accompagne. Lors de son discours de remerciements pour l’Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour Une vie volée, de James Mangold, elle déclare : « Je suis choquée et je suis pleine d’amour pour mon frère actuellement… Il m’a pris dans ses bras et m’a dit qu’il m’aimait et je sais qu’il est heureux pour moi ».

2003 : Baiser volé
À 29 ans, Adrien Brody est le plus jeune acteur à remporter l’Oscar du meilleur acteur pour son rôle dans Le pianiste de Roman Polanski. Sous le choc, il monte sur scène et… embrasse Halle Berry, qui s’apprêtait à lui remettre la statuette. Plus tard, l’actrice raconte qu’elle n’a pas compris ce qu’il se passait, mais s’est laissée faire, connaissant l’émotion incontrôlable que procure l’attribution d’un Oscar (elle a été sacrée meilleure actrice pour À l’ombre de la haine en 2002).

Quand Faye Dunaway et Warren Beatty annonce le mauvais gagnant

2011 : F-word 
Il a fallu attendre la 83eme cérémonie des Oscars avant que le mot « fuck » soit prononcé. La fautive : Melissa Leo, prise par l’émotion, alors qu’elle reçoit l’Oscar du meilleur second rôle pour The Fighter.

2012 : French Cancan
Jean Dujardin est le premier français à recevoir l’Oscar du meilleur acteur, pour son rôle (muet) dans The Artist, de Michel Hazanavicius. Le film est également récompensé de la plus prestigieuse des statuettes : meilleur film, une première pour un long-métrage français.

2013 : Falling ovation
Et c’est la chute. Jennifer Lawrence, sacrée meilleure actrice pour son rôle dans Hapiness Therapy, de David O. Russell, se prend les pieds dans sa robe alors qu’elle monte sur scène. Aidée par Hugh Jackman, elle atteint finalement le pupitre sous une standing ovation, et plaisante : « Vous êtes tous debout simplement parce que vous vous sentez mal que je sois tombée ». Puis ajoute : « C’est embarrassant… »

Lire aussi > Jennifer Lawrence fait une pause dans sa carrière d’actrice 

2014 : « Best photo ever« 
« Si seulement les bras de Bradley Cooper était plus longs… Meilleure photo de tous les temps », commente Ellen DeGeneres qui présentait les Oscars en 2014. L’animatrice, avec l’aide de l’acteur a pris le selfie réunissant le plus de stars et le plus retweeté de l’histoire. Sur la photo : Bradley Cooper et Ellen DeGeneres donc, mais aussi Meryl Streep, Jennifer Lawrence, Brad Pitt, Angelina Jolie, Lupita Nyong’o ou encore Julia Roberts.

2017 : Problème d’enveloppes
L’annonce du meilleur film est le moment culminant de la soirée de remise des Oscars. Et Faye Dunaway et Warren Beatty ont trouvé un moyen de faire durer le suspens quelques minutes de plus : annoncer le mauvais gagnant. Ce n’est pas La La Land, de Damien Chazelle, qui remporte la prestigieuse statuette mais Moonlight, de Barry Jenkins. L’erreur vient d’un problème d’enveloppe : c’est celle de la meilleure actrice, Emma Stone, qui a été donnée aux deux présentateurs. « Je suis désolé, il y a une erreur. « Moonlight », c’est vous qui avez gagné », rectifie le producteur de La La Land, Jordan Horowitz. Faye Dunaway et Warren Beatty, remettront de nouveau en 2018 l’Oscar du meilleur film, mais ils ont promis de ne pas faire la même erreur.

CIM Internet