Paris Match Belgique

De « La Ligne verte » à « 3 Billboards », cinq rôles inoubliables de Sam Rockwell

Sam Rockwell dans "Three Billboards, les panneaux de la vengeance". | © DR

Cinéma et Docu

L’acteur américain Sam Rockwell a décroché l’Oscar du meilleur second rôle masculin pour sa performance dans le magnifique «Three Billboards, les Panneaux de la vengeance» de Martin McDonagh.

Comment survivre à Hollywood quand vous n’êtes ni Apollon ni Thor ?  En se glissant dans la peau des personnages que vous interprétez, tel un caméléon, quitte à ce que le grand public ignore votre nom et votre filmographie. Sam Rockwell fait partie de cette caste d’immenses acteurs – Billy Bob Thornton, Ralph Fiennes, Stanley Tucci – que l’on retrouve souvent au palmarès des prix dans la catégorie meilleur second rôle.

Lire aussi > Le triomphe de « La Forme de l’Eau », les discours engagés… Ce qu’il faut retenir des Oscars 2018

Il « vole les scènes » aux stars, signe des performances majuscules dans des films d’auteur hélas souvent méconnus, mais c’est pour son rôle de méchant dans Iron Man 2 qu’il a touché son plus gros cachet à Hollywood – pour la petite histoire, il figurait dans la short-list pour interpréter Tony Stark, rôle finalement dévolu à Robert Downey Jr. Golden Globe du meilleur second rôle pour Three Billboards, les panneaux de la vengeance de Martin McDonagh, Sam Rockwell a été être couronné aux Oscars, en toute logique, dédié son prix à Philip Seymour Hoffman. Voici en images ses cinq performances les plus remarquables.

« La Ligne verte » de Frank Darabont (1999)

Souvent, à Hollywood, le premier rôle « important » vous caractérise à vie… Pas de chance pour Sam Rockwell, ce sera celui d’un psychopathe, le serial-killer William « Wild Bill » Wharton, dans le film adapté de Stephen King.

« Confession d’un homme dangereux » de George Clooney (2003)

Le rôle qui aurait pu lancer définitivement sa carrière. Génial dans la peau de l’animateur de radio Chuck Barris qui croyait mener une double-vie d’espion pour la CIA, Sam Rockwell obtient l’Ours d’argent du Festival de Berlin pour sa performance. Las, le film essuie un cuisant échec commercial.

« Choke » de Clark Clegg (2008)

Peut-être son rôle le plus impressionnant. En interprétant l’escroc et obsédé sexuel Victor Mancini, dans l’adaptation du roman de Chuck Palahniuk, Sam Rockwell livre une performance à sa démesure, injustement boudé par les Oscars.

« Moon » de Duncan Jones (2009)

Malgré son absence de sortie dans les salles françaises, les amoureux de science-fiction réservent un petit culte à ce film malin de Duncan Jones, dans lequel Sam Rockwell tient le rôle de Sam Bell, simple astronaute.

« Three Billboards, les Panneaux de la vengeance » (2017)

Totalement dément dans le rôle d’un flic attardé et violent, impossible à haïr malgré ses actes, Sam Rockwell éclabousse de son talent le très beau film de Martin McDonagh, réalisateur avec qui il avait déjà tourné «Sept psychopathes».

CIM Internet