Paris Match Belgique

Après le Festival de Cannes, Steven Spielberg attaque les films Netflix

steven spielberg

Steven Spielberg. | © AFP PHOTO / Alberto PIZZOLI

Cinéma

Pour le réalisateur américain, les films Netflix ne devraient pas pouvoir être éligibles aux Oscars. Une opinion qui fait écho à la récente décision du Festival de Cannes de bannir les productions du géant du streaming. 

La guerre entre l’industrie du cinéma traditionnelle et Netflix est loin d’être terminée. Et Steven Spielberg a choisi son camp. Si ses films semblent évoluer avec leur temps – la preuve encore avec les prouesses techniques de son dernier Ready Player One -, il n’en va pas de même pour le célèbre cinéaste. Dans une interview accordée à ITV News, le créateur d’E.T. a préféré défendre la distribution de films à l’ancienne. « Une fois que vous acceptez le format de la télévision, vous êtes un téléfilm », a déclaré la légendu du 7e art. « Si vous êtes un programme de qualité, vous avez certainement droit à un Emmy Award, mais pas à un Oscar. Je ne pense pas que les films qui reçoivent le droit de sortir dans quelques salles moins d’une semaine sont qualifiés pour être nommés par l’Académie des Oscars ».

La télévision est vraiment en train de progresser en qualité et au niveau artistique, mais je crois que cela pose un danger réel et tout à fait actuel pour les cinéphiles.

Lire aussi > Les géants du streaming s’apprêtent-ils à signer la fin de l’industrie traditionnelle du cinéma ?

Facilité

Pour le réalisateur de 71 ans, les plateformes de streaming telles que Netflix, Hulu et Amazon risquent de devenir l’option de la facilité. « Les cinéastes vont de moins en moins lutter pour récolter de l’argent, et entrer en compétition dans des festivals comme celui de Sundance, qui met en avant le meilleur du cinéma indépendant », a déclaré Steven Spielberg, cité par le Point. « Beaucoup d’entre eux vont finir par se diriger vers les entreprises de SVOD pour financer leurs films, avec l’espoir peut-être d’une sortie d’une semaine dans les salles obscures », a-t-il ajouté, même s’il accorde que c’est une solution idéale pour les petits films indépendants qui n’ont pas beaucoup de moyens.

Festival de conservateurs

Sa prise de position rappelle la polémique qui a animé la dernière édition du Festival de Cannes. La sélection de deux films Netflix en compétition officielle, Okja et The Meyerowitz Stories, avait été fortement critiquée par les membres du jury. Le président Pedro Almadovar avait à l’époque déclaré : « Je ne crois pas que la Palme d’or ou n’importe quel autre prix devrait être décerné à un film qui ne sera pas vu sur grand écran ».

Pour ne pas raviver la polémique, le président du Festival de Cannes, Thierry Frémaux, a décidé de bannir Netflix de la compétition. « Dorénavant, tout film qui souhaitera concourir en compétition à Cannes devra préalablement s’engager à être distribué dans les salles françaises », explique le président. « Cette disposition nouvelle s’appliquera dès l’édition 2018 du Festival International du Film de Cannes ».

CIM Internet