Paris Match Belgique

Shia Labeouf relance son live anti-Trump à Albuquerque

L'acteur Shia Labeouf | © Instagram @shialabeoufdaily

Cinéma et Docu

Après avoir été viré de New York, l’acteur américain a déplacé son projet artistique « He Will Not Divide Us » à Albuquerque au Nouveau-Mexique.

 

Le 20 janvier 2017, Shia Labeouf et deux de ses amis, Nastja Säde Rönkkö et Luke Turner, lançaient un livestream à New York qui devait durer tout le long du mandat présidentiel de Donald Trump, soit quatre ans sans interruption. Baptisé « He Will Not Divide Us » (« Il ne nous divisera »), le projet artistique avait pour vocation de démontrer “un acte de résistance ou d’insistance, une opposition ou un optimisme, guidé par l’esprit de chaque participant et de la communauté” . N’importe qui qui passait devant cette caméra installée sur un mur à l’extérieur du Museum of the Moving Image (musée du cinéma) pouvait donc prononcer la phrase « He Will Not Divide Us ». Les images étaient ensuite retransmises en direct sur le site créé pour l’occasion. Mais quelques jours à peine après l’inauguration de son installation, le lieu étant devenu le terrain de prédilection des trolls de l’extrême droite, l’acteur se faisait arrêter par les forces de l’ordre new-yorkaises suite à l’agression d’un néo-nazi.

Lire aussi > Shia Labeouf arrêté après qu’un passant lui ait dit « Hitler n’a rien fait de mal »

Lire aussi > Shia Labeouf : clap de fin pour son projet artistique anti-Trump

Clap de fin le 28 janvier dernier ! Le musée new-yorkais décide de démanteler l’installation après « des dizaines de menace de violences et de nombreuses arrestations (…) Si l’installation a démarré de manière constructive, elle s’est progressivement détériorée après l’arrestation de l’un des artistes sur le site. Une décision était nécessaire ». Une décision qui n’a pas plu au trio à l’origine du projet, qui a expliqué dans un communiqué que le musée ne les avait de toute façon jamais soutenu : « En fait, il a montré un manque évident d’engagement – et de courtoisie pour nous en tant qu’artistes – en négligeant de nous consulter quand ils ont organisé un rassemblement politique sur le site de notre œuvre d’art le 29 janvier 2017. À de nombreuses reprises, nous avons fait part de sérieuses inquiétudes au musée au sujet du discours haineux survenu sur le site de notre projet, et nous avons demandé à ce que le musée agisse de manière responsable pour modérer cela et fournisse au public un moyen de signaler ces incidents. Nos requêtes n’ont même pas été entendues, et encore moins traitées. Nous avons cru comprendre que le musée avait cédé à la pression politique et cessé de participer à notre projet. Nous avons été seulement mis au courant via un e-mail de leur avocat, Brendan O’Rourke, qui représente d’ailleurs le président actuel. Il est donc clair que le musée n’est pas à apter à parler de notre intention en tant qu’artistes ».

C’est  au théâtre El Rey, à Albuquerque que Shia Labeouf a déplacé le projet depuis le 18 février, à plus de 3 000 kilomètres de New York et de 400 kilomètres d’El Paso, là où Donald Trump a prévu de construire son mur frontalier.

Lire aussi > Mexique : levée de boucliers contre la politique de Donald Trump

CIM Internet