Paris Match Belgique

Le Don Quichotte maudit de Terry Gilliam a enfin sa bande-annonce

Vidéo Cinéma

La sortie en salles de L’homme qui tua Don Quichotte, film très attendu de Terry Gilliam, est bloquée par un conflit judiciaire qui oppose le célèbre réalisateur britannique au producteur portugais Paulo Branco. Comme un pied de nez, on en découvre (enfin) aujourd’hui le premier trailer.

 

Udpate : Cet article, initialement publié le 5 avril, a été mis à jour pour faire apparaitre la nouvelle bande annonce du film, diffusée quelques heures après la première parution.

Le timing de l’annonce permet d’assurer à la vidéo une attention certaine : au lendemain du procès qui oppose Terry Gilliam au producteur Paulo Branco, voilà que sort le tout premier trailer de L’homme qui tua Don Quichotte, un film qui au-delà de sa probable qualité cinématographique, restera comme l’un des plus compliqués à sortir de l’Histoire du cinéma. Bien qu’il n’ait toujours pas de date de sortie officielle, on en découvre ainsi les premières images, avec Jonathan Pryce (à la place de Jean Rochefort), Adam Driver, Olga Kurylenko, Stellan Skarsgård et Joana Ribeiro.

Tôt ou tard

C’est une étonnante « malédiction » qui frappe L’homme qui tua Don Quichotte, projet cinématographique de Terry Gilliam maintes fois enterré et ressuscité. En 2000 déjà, soit il y a près de 20 ans, Terry Gilliam avait dû abandonner le tournage de sa libre adaptation du célèbre ouvrage de Miguel de Cervantès, avec Jean Rochefort, Johnny Depp et Vanessa Paradis, en raison de multiples problèmes. Il avait par la suite tenté plusieurs fois de ressusciter son projet, échouant à chaque fois faute de financements.

Lire aussi > Jean Rochefort, Don Quichotte forever

Aujourd’hui, le réalisateur est à nouveau aux abois avec un nouvel épisode de son échec, cette fois judiciaire. Une bataille oppose désormais depuis des mois le cinéaste britannique de 77 ans au producteur portugais Paulo Branco, qui lui a racheté ses droits d’auteur-réalisateur, via sa société Alfama Films basée en France. En échange de quoi, M. Branco s’engageait à faire preuve de transparence financière, à maintenir la date de tournage à octobre 2016 et à respecter les choix artistiques de M. Gilliam.

©AFP PHOTO / STEPHANE DE SAKUTIN – Terry Gilliam en mars 2018 à Paris.

Mais durant la préproduction, de nombreux désaccords ont opposé MM. Gilliam et Branco, au point que ce dernier a décidé de ne pas débuter le tournage. Terry Gilliam s’est alors tourné vers la société espagnole de production Tornasol, avec qui il a pu tourner son film entre mars et juin 2017. Entre-temps, le réalisateur a lancé une procédure auprès de la justice française pour faire résilier le contrat de cession de ses droits au profit de Paulo Bronco.

Le volet principal de cette affaire a été examiné mercredi par la Cour d’appel de Paris, qui rendra sa décision le 15 juin. Le 19 mai 2017 déjà, le TGI de Paris s’était prononcé en première instance en faveur de M. Branco tout en rejetant la demande du producteur portugais de stopper le tournage, alors en cours.

Avec Belga

CIM Internet