Paris Match Belgique

Les dents de l’amer : les requins, méconnus et mal-aimés

Les requins suscitent fascination et effroi, mais restent méconnus du grand public | © Belga

Cinéma et Docu

Au palmarès des délits de sale gueule, les requins occupent le devant de l’affiche. Avec leur physique patibulaire et leur réputation sanguinaire, ils font la joie des médias, et suscitent la peur chez les baigneurs. Entre clichés et vérité, plongée en eaux troubles. 

Mardi 21 février, un bodyboardeur a été tué à La Réunion par un requin. Une information qui s’est répandue aussi rapidement qu’une traînée de sang dans l’océan, attirant dans son sillon les ailerons d’ne certaine presse, soucieuse d’entretenir la peur chez ses lecteurs. Car ses dents aiguisées et son palmarès de chasse, le requin est le méchant rêvé et la star de bon nombre de cauchemars. Pas forcément à tort, mais certainement plus que de raison. Pour nager l’esprit en paix cet été, retour sur 5 clichés.

Lire aussi : Les lacs et les mers en voie d’évaporation

© Belga

1) Les requins sont dangereux pour l’homme

Certes, la plupart des espèces de requin sont carnivores, ce qui n’équivaut pas à dire qu’ils sont « homnivores » pour autant. Sur les 480 espèces actuellement recensées, seules 5 sont considérées comme dangereuses. Le requin blanc, le requin-tigre et le requin-bouledogue sont considérés comme les plus dangereux, ces espèces étant généralement à l’origine des attaques. La probabilité de mourir à cause d’un requin est très faible: moins de 10 morts par an sont recensées dans le monde. Si cinq hommes décèdent en moyenne chaque année à la suite d’un attaque de requin, 100 millions d’entre eux sont tués, principalement pour le commerce de leurs ailerons. Soit environ trois requins par seconde.

2) Les requins sont des monstres sanguinaires

Que du contraire. Ainsi que l’a expliqué à Arte Erich Ritter, biologiste spécialisé dans le comportement des requins, « les requins ne mangent que tous les quatre à sept jours. Le reste du temps, ils digèrent. Ils peuvent même tenir des mois sans nourriture car leurs aliments parviennent dans l’estomac sans être mâchés. Les squales sont des êtres vivants curieux et sensibles à leur environnement : ils n’attaquent donc les humains que si ces derniers les provoquent. Certains spécialistes pensent que les surfeurs et les nageurs se font mordre parce que, vus de dessous, ils ressemblent à des phoques, la proie habituelle des requins. Selon d’autres, les planches de surf produiraient à la surface de l’eau un clapotis semblable à celui des poissons blessés« .

Lire aussi : Le photographe de National geographic alerte sur la situation critique des océans

© Belga

3) Les requins n’ont pas de prédateurs

Outre l’homme, donc, qui les tue entre autre pour leurs précieux ailerons, les requins sont également menacés par les orques.Et oui, comme dans « Sauvez Willy ». Si ces derniers bénéficient d’un important capital de sympathie, ils sont pourtant des prédateurs sans pitié pour les « seigneurs des mers », même les plus imposants. Au large de la baie de Monterey, en Californie, on a ainsi vu une orque s’attaquer à un grand requin blanc.

4) Les requins ne craignent pas le cancer

Popularisée dans les années 90 par le livre de I.William Lane, Sharks Don’t Get Cancer, cette croyance a été dramatique pour les requins. Suite à la parution du livre, leur chasse et le marché noir autour de leurs cartilages se sont amplifiés. Pourtant, ainsi que l’explique l’équipe de Thalassa,  « les requins développent bel et bien des cancers, et la consommation de leur cartilage n’est en rien un traitement préventif. Le discours se base principalement sur des expériences semblant démontrer que des molécules, contenues dans le cartilage des requins, empêchaient la formation de tumeurs. S’il n’a pas été prouvé que la consommation de cartilage de requin guérit le cancer, une molécule du foie du requin, la squalamine, est néanmoinse porteuse de beaucoup d’espoir dans le domaine médical » .

© Belga

5) Les requins peuvent sentir une goutte de sang à distance

C’est vrai. ainsi que l’explique le champion de plongée Guillaume Nery dans son livre, Profondeurs, les requins ont un odorat extrêmement développé qui leur permet de sentir aussi bien la peur que le sang dans des mètres cube d’eau, afin de repérer leurs proies. Ceci étant dit, selon une expérience réalisée aux Bahamas, les requins seraient plutôt insensibles au sang humain, auquel ils préfèrent le sang de poisson. Des préférences alimentaires qui s’appliquent aussi à la chair. Selon Robert Colcagno, directeur de l’Institut Océanographique de Monaco, « généralement, le requin s’en prend aux surfeurs car vu du dessous, ils ressemblent à des tortues ou des otaries. Il les mord, mais en se rendant compte de son erreur, ne cherche pas à les manger. La chair humaine n’est pas suffisamment grasse pour les requins » .

L’info qui pique

Ce qui ne veut pas dire qu’elle n’est pas au goût d’autres animaux. Ainsi, si les requins sont responsables d’environ 10 morts d’hommes par an, les abeilles, elles, en ont 400 en moyenne à leur palmarès, et 600 morts d’hommes par an sur la conscience des éléphants. En tête du classement des animaux les plus dangereux pour l’homme : les scorpions (environ 5 000 morts par an), les serpents (environ 100 000) et… les moustiques : environ 2 millions de morts par an. Une bonne raison de ne pas fermer l’oeil quand leurs ailes se font entendre dans le silence de votre chambre.

Mots-clés:
requins La Réunion
CIM Internet