Paris Match Belgique

Après Carrie et Scarface, Brian De Palma veut croquer Harvey Weinstein

Après Tony Montana, Harvey Weinstein ? | © DR

Cinéma

Après l’émotion, c’est le cinéma qui reprend le dessus à Hollywood : à la suite du scandale #MeToo, Brian de Palma confie travailler sur un film inspiré des agressions de Harvey Weinstein.

La violence de Scarface, l’horreur de Carrie, et la cruelle réalité de l’affaire Harvey Weinstein : voilà, très probablement, l’inspiration du nouveau projet cinématographique du réalisateur et scénariste Brian de Palma. Il y a quelques jours, il confiait en effet au Parisien écrire actuellement un film d’horreur qui s’inspire du scandale autour du producteur désormais poursuivi en justice.

Lire aussi > Saga judiciaire : Nouvelle plainte contre Harvey Weinstein

« Mon personnage ne s’appellera pas Harvey Weinstein. Mais ce sera un film d’horreur, avec un agresseur sexuel, et cela se passera dans l’industrie du cinéma« , expliquait ainsi le réalisateur au journal, assurant qu’il était en discussion avec un producteur français. Mais alors que Brian de Palma publie surtout actuellement un premier roman avec sa femme Susan Lehman, rien de plus n’a fuité quant à ce scénario qui exploite le trauma encore tout frais du cinéma international, et de ses actrices féminines.

Par les femmes, pour le cinéma

C’est que Brian de Palma a bien conscience que les hommes ont tout intérêt à ne pas s’accaparer le sujet, au risque de passer pour d’insensibles profiteurs et de faux alliés qui n’hésiteraient pas à confisquer une fois de plus la parole aux femmes. Il le prouve en ne manquant pas de citer le fameux « man gaze », le regard des hommes sur le monde et les femmes, bien présent dans une industrie encore trop peu témoin de la diversité. Brian de Palma semble ainsi surtout impatient de découvrir le résultat esthétique d’un regard de femme posé sur la société, à travers une caméra.

Lire aussi > Au théâtre, John Malkovich dans la peau d’Harvey Weinstein

Le site Daze ne manque également pas de rappeler la présence discrète de femmes réalisatrices dans le genre du « film d’horreur de revanche », comme Coralie Fargeat et son récent Revenge, un récit sursaturé dans lequel une jeune femme se retourne violemment contre ses violeurs.

CIM Internet