Paris Match Belgique

Jimmy Kimmel, l’hôte attendu d’une cérémonie des Oscars politique

D'ordinaire, l'humoriste américain officie au "Jimmy Kimmel Live !" Ce soir, il sera l'hôte des Oscars. | © ABC

Cinéma et Docu

Depuis l’élection de Donald Trump, les artistes américains protestent régulièrement et en public contre leur nouveau président. Un contexte que devra gérer cette nuit Jimmy Kimmel, l’hôte de la cérémonie des Oscars, qui endosse le costume de présentateur pour la toute première fois.

Aux Oscars, il y a le tapis rouge, les robes longues, les acteurs tout sourire et ceux, déçus, qui sourient quand même, les projecteurs, les applaudissements et souvent, les rires. Ce dimanche à Los Angeles, c’est Jimmy Kimmel qui sera responable de ces derniers. Le producteur, comédien et animateur du bien nommé « Jimmy Kimmel Live ! » se devra d’être la véritable étoile de cette 89ème édition des Academy Awards, guidant les célébrités à travers les annonces, surprises et discours de la soirée dédiée au cinéma.

Après des années à animer le late show de l’évènement, il succède ainsi sur scène à Chris Rock, un autre rigolo bien connu des Américains pour ses multiples rôles dans l’émission cultissime « Saturday Night Live », l’acteur Neil Patrick Harris, ou encore Ellen Degeneres. Un choix qui n’avait que trop tardé, semble-t-il, quand on sait comme le show du comique sur la chaine ABC cartonne, mais aussi que c’est cette dernière qui diffuse les Oscars.

©ABC

Une à deux heures chaque jour pour préparer le spectacle

Si c’est la toute première fois que l’humoriste qui demande aux parents de cacher les bonbons d’Halloween officiera aux Oscars, Kimmel a une longue expérience des cérémonies de tout poil, avec les Emmys, les ESPYs – les prix du sport américains – et les Americain Music Awards, cinq fois. Des « entrainements » qui lui ont permis d’apprendre à lire la foule, pour mieux la faire hurler de rire. Ce qui n’empêche Jimmy Kimmel d’angoisser face à ce qui pourrait bien être le rôle de sa vie : « C’est une chose que j’espérais qu’on me demande de faire, mais ce n’est pas pour autant que j’ai jamais voulu le faire », a-t-il confié, plein de paradoxes, à CNN, avant d’ajouter : « Je sais tout le baggage et le travail qui vient avec, mais aussi les critiques qui l’accompagne inévitablement ».

Lire aussi : Jean Dujardin remet le César d’honneur à George Clooney et en profite pour tacler Trump

L’humoriste passe ainsi une à deux heures, chaque jour, après son émission, à préparer la cérémonie qui aura lieu ce dimanche soir aux États-Unis – et qui débutera à minuit chez nous. « On le fait qu’importe le temps libre qu’on a […] Les vendredis sont dédiés à l’écriture des sketchs, l’organisation, les interviews, les rendez-vous et les scéance de photo promotionnelles », détaille le maître de cérémonie au New York Times.

Il fait également profiter ses followers de tous les petits préparatifs du grand show à l’américaine, en partageant une photo de son panier de fruits spécial « Oscars », du « discours d’encouragement » de Morgan Freeman ou encore du velvet cake envoyés par Bono et sur lequel on peut lire, en glaçage, une bonne claque dans le dos.

Des Oscars politiques

Si les encouragements sont de mise, c’est que l’évènement intervient dans un contexte très tendu aux États-Unis, depuis l’arrivée au pouvoir de Donald Trump. Depuis son élection, chaque cérémonie a été l’occasion pour des artistes de tous bords d’élever la voix contre le président. Mais peut-être est-ce également pour cela que Jimmy Kimmel a été choisi pour animer les Oscars.

Lire aussi : La déclaration de résistance du créateur de House of Cards contre Trump

Car le grand maître de l’humour politique, ce n’est pas Kimmel. À ce poste, les Américains préfèrent Colbert, Seth Meyers ou Samantha Bee. À l’accusation, le présentateur oppose : « Mon monologue est au moins à 50% Donald Trump, et ce n’est pas du commentaire léger. Mon focus est de commenter ce dont les gens parlent ». Pour le New York Times, il ajoute : « Il y a définitivement un point où [on en parle] trop. Il y a aussi un point où ça devient trop. Et trouver cet équilibre est, pour moi, l’obstacle le plus difficile de cette émission. On ne sait pas de quel humeur sera ce pays dimanche. […] On a des sautes d’humeur importantes en tant que nation en ce moment. J’espère que tout le monde sera de bonne humeur ce soir-là ».

« Je t’aime, moi non plus » avec Matt Damon

Si le palmarès des Oscars laisse peu de place à la surprise cette année – on ne pourra passer à côté du triomphe La La Land – la forme que prendra le spectacle est encore bien mystérieuse. On sait néanmoins déjà que certains nominés auront à lire de désagréables tweets écrits sur eux, devant une foule de célébrités et des millions de spectateurs – le péché mignon du clown en costume, qui a déjà éprouvé le concept au Super Bowl, notamment.

Best Picture Vominee Matt Damon #Oscars

A post shared by Jimmy Kimmel (@jimmykimmel) on

Sa fausse rivalité avec Matt Damon, un vrai grand ami, alimentée durant des années sur les plateaux de télévision, sera également à nouveau sous le feu des projecteurs, puisque Kimmel a déclaré : « Écoutez, certaines personnes sont des gagnants, d’autres pas. Je mets Matt dans cette dernière catégorie. Je ne le vois pas poser sa sale petite main trop hydratée sur un Oscar dimanche soir. Et s’il le fait, je me fais hara-kiri ».

CIM Internet