Paris Match Belgique

Maimouna Hélène Diarra : la vieille dame du cinéma africain récompensée pour sa carrière

Récompensée pour sa carrière lors du 25ème festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), l'actrice Maimouna Hélène Diarra revient sur son parcours.

Cinéma et Docu

À 62 ans, lors du 25ème festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), l’actrice Maimouna Hélène Diarra a été récompensée pour l’ensemble de sa carrière.

Douce ou mégère, gentille, méchante, malheureuse, heureuse, travailleuse, au foyer… mais toujours vieille. L’actrice malienne Maimouna Hélène Diarra, 62 ans joue depuis qu’elle est jeune des rôles de dames âgées !

Un don pour jouer les vieilles

« Ce n’est pas que je n’aurais pas eu envie de jouer des jeunes premières ! Mais, simplement, on ne m’a jamais proposé de rôles. Je joue les vieilles depuis que je suis jeune », dit en riant cette grande dame du cinéma africain qui a tourné avec les plus grands réalisateurs du continent, du Sénégalais Ousmane Sembène (Mooladé) au malien Cheikh Oumar Cissoko (Genèse) ou au Mauritanien Abderrhamane Cissako (Bamako) tout en menant de front une carrière brillante dans le théâtre classique et des productions télévisées maliennes.

J’ai un don pour les vieilles ! Jeune, quand je sortais en ville avec mes talons, en pantalon, certains disaient : Non ! On ne comprend pas. C’est pas possible, tu te métamorphoses.

Née à Segou, fille de magistrat et orpheline de mère en bas âge, Hélène a été élevée par un oncle maternel instituteur. Elle a exercé ses talents très tôt : « En famille, on riait, on se chamaillait et moi je jouais la comédie ! ». « J’étais nulle en sciences, alors j’ai demandé un jour : ça existe une école où il n’y pas de maths ? On m’a répondu : Il y a l’INA (Institut national des Arts) de Bamako ». Une tournée théâtrale du Groupe dramatique du Mali qui joue « Les tribulations de Frere Jero » (du prix Nobel nigérian Wolé Soyinka) change sa vie. « Quand j’ai vu la pièce, je me suis dit : c’est ça que je veux faire. C’était le coup de foudre ! ».

Incarner la mère âgée

Elle intègre donc l’INA vers 1975 dans la section théâtre. « Il y avait notamment des cours de l’acteur français Armand Dreyfus. Il m’a appris à travailler mon corps. Une vieille femme doit avoir les pas lourds, le dos cassé, une attitude. Ce n’est pas que du maquillage ». Elle se souvient avec nostalgie de son premier grand rôle dans la pièce haïtienne politique « Gouverneurs de la Rosée » de Jacques Roumain, où elle incarnait une mère âgée qui accepte de taire la mort de son fils (le héros) pour le bien général. Hélène commence dans le cinéma avec de la figuration, avec Souleymane Cissé « mais c’est avec Cheikh Oumar Cissoko que j’ai vraiment débuté. Il m’avait vu au théâtre et cela lui avait plu ».

Elle a ensuite joué dans des films comme Nyamanton (1986), Finzan (1989) et Génèse (1999). « Au début on gagnait peu, mais ca nous plaisait », se souvient l’actrice qui enchaîne alors films, téléfilms et séries dont un rôle de « mégère » dans le célèbre « Les Concessions ». Pour joindre les deux bouts, elle travaille comme assistante de presse et de réalisation à la radio-télévision malienne (ORTM), qui lui donne des congés dès qu’elle a des tournages. Elle a ainsi pu vivre de son art « mais toujours la maman, la femme africaine ».

Nyamanto (1986), réalisé par Cheick Oumar Sissoko.

La fin de l’âge d’or du cinéma africain

L’actrice regrette aujourd’hui le déclin du cinéma africain. « Il n’y a plus de financement. Avant, la coopération européenne et l’État donnaient de l’argent. L’État ne trouve plus ça important et l’Europe a baissé les bras. Le cinéma perd de sa qualité. L’âge d’or est terminé ». « Aujourd’hui, les acteurs qui acceptent les miettes on les prend. On prend beaucoup d’amateurs. On va prendre une fille, une vieille pour 75 euros alors que le rôle vaut 750 euros », assure-t-elle.

Tout n’est pas médiocre: il y a des jeunes réalisateurs de talent mais il n’y a plus d’argent.

(Avec Belga)

CIM Internet