Marina Foïs n’en peut plus des clichés homophobes au cinéma

Marina Foïs n’en peut plus des clichés homophobes au cinéma

marina fois homophobie

L'actrice en mai 2018 au Festival de Cannes. | © LE PARISIEN / Frédéric Dugit.

Cinéma et Docu

Et elle tire ouvertement sur le film de Philippe Lacheau Épouse-moi mon pote.

 

Marina Foïs est connue pour ses prises de position marquées en faveur de la communauté LGBT+ et l’actrice n’hésite pas à monter au créneau quand il le faut. Celle qui est à l’affiche du Grand Bain de Gilles Lellouche a piqué une grosse colère contre une partie du cinéma français et les nombreux clichés sur les homosexuels véhiculés par plusieurs films ces dernières années.

Lire aussi > Au théâtre, Laurent Ruquier signe un manifeste anti-homophobie

Un combat qui lui tient à cœur

Dans le nouveau numéro du magazine Têtu paru ce mercredi 21 novembre, l’actrice exprime effectivement son agacement concernant plusieurs films français et les clichés qu’ils diffusent. Un combat du quotidien pour celle qui jouera un homme homosexuel dès le début d’année 2019 au théâtre. Elle a ainsi été choisie par Christophe Honoré pour incarner le rôle de l’écrivain homosexuel Hervé Guibert dans la pièce Les idoles.

De la responsabilité du cinéma français

Dans une interview avec le trimestriel, elle revient d’abord sur le film Papa ou Maman de Martin Bourboulon dans lequel elle jouait en 2015. Elle raconte s’être « battue comme un chien pour faire virer toutes les vannes sexistes » du long-métrage.

Lors de cet entretien, l’actrice de 48 ans s’indigne également du laisser-faire régnant dans l’industrie du cinéma français au sujet de l’homosexualité : « Notre parole est publique. On a une responsabilité. »

Et elle prend notamment l’exemple du duo Philippe Lacheau et Tarek Boudali. Marina Foïs reproche aux deux hommes leur manque de responsabilité en raison de leur notoriété : « Ça m’énerve quand Lacheau et Boudali, qui ont triomphé avec ‘Babysitting’, une comédie que j’adore et qui a fait des millions d’entrées, font ensuite ‘Épouse-moi mon pote’, un film qui véhicule des clichés éculés sur des homos et un Marais qui n’existent plus, s’emporte-t-elle. Ça me fait chier parce que je les estime, qu’ils ont du pouvoir et un public. »


Cet été, Marina Foïs s’était d’ailleurs retrouvée au cœur d’une polémique liée à l’homosexualité. Après avoir publié une photo de Tom Bianchi, spécialiste du nu masculin, sur son compte Instagram, elle s’était retrouvée engloutie sous un torrent de messages haineux et homophobes lui ordonnant même de retirer sa photo du réseau social.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

JE n’ai pas supprimé ma photo précédente, la « communauté Instagram «  A supprimé cette photo de @tombianchi … « Réunies sous le nom de FIRE ISLAND PINES:POLAROÏD, les photos de Bianchi constituent un témoignage inestimable sur une mutation majeure de l’histoire QUEER, le début d’une conscience, à une époque (1975-1983) où l’homosexualité était encore illégale aux USA. Peu de temps après, l’épidémie du Sida balayera le pays »… i-D.vice.com Tom Bianchi est photographe, spécialiste du nu masculin (oui oui) il est aussi le co-fondateur d’une compagnie de bio-technologie qui lutte contre le sida. À part ça, j’aime ses photos. #bisous

Une publication partagée par Marina Foïs (@marinafois) le


Lire aussi > Marc-Olivier Fogiel : « J’ai toujours voulu être père »

Les internautes ayant eu gain de cause, elle avait de nouveau insisté en publiant un autre cliché de Tom Bianchi, rendant hommage au passage aux messages transmis par cet artiste qu’elle semble beaucoup apprécier : « Les photos de Bianchi constituent un témoignage inestimable sur une mutation majeure de l’histoire Queer, le début d’une conscience, à une époque (1975-1983) où l’homosexualité était encore illégale aux USA. Peu de temps après, l’épidémie du Sida balayera le pays… »

CIM Internet