Notre top 10 des meilleurs films de 2018

Notre top 10 des meilleurs films de 2018

call me by your name

Call Me By Your Name, la claque de 2018. | © Sony Pictures Classics

Cinéma et Docu

Avant l’arrivée de 2019, et l’avalanche de récompenses aux Golden Globes et aux Oscars, il est temps de jeter un regard sur l’année écoulée et de regarder ce qu’elle a nous a réservé au niveau cinématographique.

Call Me By Your Name

La claque de l’année, celle qui donne envie de prendre un billet pour l’Italie et y passer tout l’été à pédaler dans les ruelles étroites dépaysantes et à lire un vieux bouquin sous les rayons du soleil. Réalisé par Luca Guadagnino, Call Me By Your Name raconte avec tendresse, pudeur et sensualité l’histoire d’amour entre Elio et Oliver. Un film d’une douceur extrême qui laisse un souvenir presque impérissable – surtout la dernière scène face à la cheminée sous les notes déchirantes de Sufjan Stevens.

Lire aussi > Quand les toiles de Claude Monet s’invitent dans le film Call Me By Your Name

Three Billboards Outside Ebbing, Missouri

Avec des personnages – principaux comme secondaires – passionnants et un humour décalé, Three Billboards est sans conteste le meilleur film du début de l’année 2018. Ce n’est pas pour rien qu’il a reçu quatre récompenses aux Oscars, dont le meilleur scénario et le meilleur film dramatique. À l’entrée de la petite ville d’Ebbing, Mildred Hayes, une mère en colère interprétée par l’excellente Frances McDormand, aperçoit trois panneaux publicitaires à l’abandon et décide de les louer pour un usage bien précis : y écrire un message agressif visant le très respecté chef de la police de leur ville qui ne fait pas grand chose, selon elle, pour enquêter sur le meurtre de sa fille survenu sept mois plus tôt. Un message controversé qui divise la population, alors que le shérif sa bat contre un cancer…

Lire aussi > Quand « Three Billboards » inspire des Belges écolos

Burning

Adapté d’une nouvelle de Haruki Murakami intitulée Les granges brûlées, le film du Sud-Coréen Lee Chang-dong dresse le triangle amoureux classique : Jong-Soo, un jeune coursier, tombe amoureux de Hae-Mi, une jeune fille qui habitait auparavant son quartier, qui, elle-même, tombe amoureuse de Ben, un jeune homme très riche et mystérieux. Jusqu’au jour où Ben révèle à Jong-Soo son étrange secret.

Capharnaüm

Avec Capharnaüm, la réalisatrice Nadine Labaki nous plonge dans la quête d’identité de Zain, un enfant libanais sans-papiers qui finit par traîner ses parents en justice pour l’avoir mis au monde. Son histoire, croisée à d’autres destins d’enfants, montre une réalité où des innocents sont obligés de survivre à l’eau et au sucre, et se retrouvent à la merci des passeurs. Une œuvre d’une extrême justesse, rendue authentique par des acteurs jouant leur propre rôle.

Lire aussi > Nadine Labaki, réalisatrice de Capharnaüm : « Il faut que ce système change »

Roma

Après Gravity, qui avait récolté sept Oscars en 2014, Alfonso Cuaron souhaitait réaliser un projet bien plus personnel : Roma, le récit en noir et blanc de deux femmes qui ont marqué son enfance. Cleo, domestique indienne qui tombe enceinte dès sa première relation sexuelle et la mère du réalisateur que son mari va quitter pour une autre, vont devoir trouver leur voie dans les temps troublés du Mexique au début des années 1970.

Lire aussi > Comment Yalitza Aparicio s’est retrouvée par hasard à l’affiche de Roma

Girl

Le film belge qui a raflé tous les prix (mais qui ne remportera aucun Oscar). Si Girl a été vivement critiqué par les associations de défense des droits des personnes trans, le film de Lukas Dhont – son premier ! – est tout de même un franc succès. Inspiré par la véritable histoire de Nora Monsecour, Girl raconte le conflit intérieur de Lara, une jeune fille trans qui rêve de devenir danseuse étoile. Malgré le soutien de sa famille, l’adolescente, merveilleusement interprétée par le jeune Victor Polster, peine à atteindre son objectif, trop obnubilée par son apparence encore trop masculine à son goût.

Phantom Thread

Probablement le film le plus maitrisé de Paul Thomas Anderson. Avec une cinématographie sophistiquée et l’intrigue étouffante, Phantom Thread nous plonge dans le Londres glamour des années 50, où le célèbre et méticuleux couturier Reynold Woodcock se voit être bouleversé par l’amour lorsqu’il rencontre Alma, sa future muse qui compte bien s’imposer définitivement.

BlacKkKlansman

Ou quand le premier officier Noir américain du Colorado Springs Police Department infiltre le Ku Klux Klan pour en dénoncer les exactions. Une aventure rocambolesque qui permet ainsi au réalisateur Spike Lee de développer ses thématiques favorites : la condition des Afro Américains dans une Amérique qui n’a pas vraiment tourné le dos au racisme.

Isle of Dogs

Après avoir exploré les arcanes d‪’‬une vieille Europe dans Grand Budapest Hotel‪,‬ Wes Anderson‪,‬ voyageur fantaisiste‪,‬ a décidé cette fois de poser ses couleurs pastels sous les cerisiers japonais. Ou plutôt sous les amas de détritus d’une île hostile où des chiens abandonnés tentent tant bien que mal de survivre. Toujours aussi raffiné, décalé et facétieux, le réalisateur réitère l’exploit de son premier film d’animation Fantastic Mr Fox, en nous plongeant dans une aventure rocambolesque et un univers atypique entièrement réalisé en stop motion. Le pitch ? Dans un japon emprunt au sectarisme, un enfant part à la recherche de son chien égaré sur une île. Un canevas simple avec lequel le réalisateur va tisser un conte riche et intime, mais aussi politique. Toujours aussi maître de l’art du contrepied, il nous ravit autant les yeux (l’animation est une merveille) que le cœur, avec ses chiens dotés de vraies gueules et personnalités, tout en mettant à profit les outils propres à la fable pour nous faire réfléchir sur la société actuelle et notre individualisme.

Lire aussi > L’année 2018 au cinéma résumée dans un mashup qui donne des frissons [VIDÉO]

Moi, Tonya

Un biopic virtuose sur la vie acrobatique et violente de Tonya Harding, championne de patinage artistique dans les années 80-90, connue surtout aujourd’hui pour sa rivalité avec Nancy Kerrigan. Lorsque cette dernière est sauvagement attaquée à l’aube des Jeux Olympiques de 1994, Tonya et son mari sont soupçonnés d’avoir planifié et mis à exécution l’agression.

Mais aussi : First Man, le premier homme sur la Lune vu par Damien Chazelle, Cold War, une histoire d’amour en pleine Guerre froide, Une affaire de famille, Palme d’or à Cannes, A Star is Born, le premier film de Bradley Cooper avec Lady Gaga, The Shape of Water, le monstre aquatique de Guillermo del Toro, ou encore le deuxième volet des Indestructibles.

Mots-clés:
films
CIM Internet