L’ordre des médecins : Jérémie Renier illumine dans un rôle plein de justesse

L’ordre des médecins : Jérémie Renier illumine dans un rôle plein de justesse

l'ordre des médecins jérémie renier

Simon, pneumologue en milieu hospitalier, voit ses quelques certitudes s'envoler lorsque sa mère est admise dans une unité voisine. | © Pyramide Films.

Cinéma et Docu

Le premier film de David Roux frappe par son réalisme clinique et la prestation cinq étoiles de l’acteur belge.

Les fictions en milieu hospitalier ont le vent en poupe et on en viendrait presque à parler de phénomène à la mode tant le décor inspire les cinéastes. Thomas Lilti (Médecin de campagne, Première année, Hippocrate) en est le fer de lance mais le nouveau-venu David Roux, dont L’ordre des médecins est le premier long-métrage, arrive sans complexe à tirer son épingle du jeu en livrant un film tout en retenue et précis sur la vie qui se trame dans les couloirs de nos hôpitaux. Cet ancien journaliste de théâtre s’offre un très joli casting pour dépeindre un monde parfois glacial parfois touchant. L’impeccable Jérémie Renier donne la réplique à Marthe Keller et Zita Hanrot notamment, dans un récit qui se rapproche du documentaire dés son commencement, frôlant la précision clinique avant de plonger vers l’intime, et ce sans dégouliner de pathos.

Lire aussi > Magritte du cinéma : « Tueurs » et « Girl » en tête des nominations

Un Jérémie Renier lumineux

Le récit suit Simon, 37 ans, médecin aguerri et pneumolgue dont la vie se résume à l’hôpital où il officie. À force de côtoyer la maladie et la mort tous les jours, Simon a appris à s’en protéger. Mais lorsque sa mère est hospitalisée dans une unité voisine, ses émotions vont peu à peu se brouiller. Incarné par notre petit Belge plus si petit Jérémie Renier, Simon vit dans la retenue et s’efforce de ne pas se laisser envahir par ses sentiments. L’interprète de Cloclo étonne dans un personnage cérébral qui peu à peu accepte de « vivre » ses maux, et fait preuve d’un talent qui n’est plus à confirmer.

Lire aussi > Pourquoi Bruxelles attire autant les réalisateurs

Inspiré par l’histoire vraie du réalisateur [son frère est médecin et ils ont vécu la même histoire], ce premier long-métrage lumineux est marqué par sa justesse. Il n’en fait pas trop et parvient à donner ce qu’il faut pour être très justement pétri d’humanité.

CIM Internet