Ces monstres du cinéma français qui boycottent la cérémonie des César

Ces monstres du cinéma français qui boycottent la cérémonie des César

jean paul belmondo

Après avoir boudé les César durant toute sa carrière, Bébel accepte de recevoir un vibrant hommage rendu par la grande famille du cinéma français, lors de la 42e cérémonie, en février 2017. | © Bertrand GUAY / AFP

Cinéma et Docu

À l’occasion de la 44e cérémonie des César, certains acteurs et actrices bouderont une nouvelle fois le tapis rouge.

Très peu pour eux. Ce vendredi 22 février a beau sonner la 44e édition de la grande fête du cinéma français, certains sont bien décidés à ne pas y assister.

Qu’ils soient lauréats ou simplement nommés dans l’une ou l’autre catégorie, ces acteurs/rices phares du 7e art français ont fait le choix de boycotter l’une des cérémonie les plus prestigieuse de l’année afin d’esquiver une tradition pédante et sans grand intérêt.

Gérard Lanvin, l’anti-César

C’est bien simple, l’acteur de 96 Heures et des Lyonnais n’a jamais mis un pied sur le tapis rouge des César. Sacré meilleur acteur en 1995 pour Le Fils Préféré, récompensé en 2001 pour son rôle secondaire dans Le goût des autres, Gérard Lanvin s’est bien gardé de venir récupérer ses statuettes dorées et saluer le gratin du cinéma français. « J’ai toujours refusé de m’y rendre à cause de cette notion du meilleur de l’année. Être acteur, c’est l’inverse d’un concours », a-t-il expliqué à Gala dans une récente interview. Et d’ajouter : « Les César, j’aimerais que ce soit une récompense partagée. Un acteur ne peut briller que grâce à la générosité de son partenaire ou d’un réalisateur ».

Lire aussi > César 2019 : Le Grand bain et Jusqu’à la garde en tête des nominations

gérard lanvin
Gérard Lanvin en 2015. © PHOTOPQR/LE PARISIEN/FREDERIC DUGIT

Catherine Deneuve, le sourire forcé

Cette année, ni Catherine Deneuve ni les acteurs Albert Dupontel et Mathieu Kassovitz feront l’honneur de leur présence lors de la cérémonie parisienne présentée par Kad Merad. L’actrice multi-récompensée, notamment pour ses performances dans Le Dernier Métro et Indochine, s’est pourtant affichée sur le tapis rouge pendant des années. Mais ça ne lui a pas empêché de critiquer l’événement, avant de le bouder définitivement. Dans une interview accordée au magazine Technikart en 2017, la demoiselle de Rochefort racontait : « Je n’y vais plus depuis longtemps, c’est définitif. Quand j’étais nommée pour Potiche, on m’avait dit ‘il faut vraiment que tu y ailles’. Je ne voulais pas, ça faisait des années que je n’y allais plus, et j’ai cédé. Je me suis dit après ‘Bien fait pour moi !' ». Pour l’icône de 75 ans, les César présentent plusieurs défauts : « les règles de vote ne sont pas assez claires », « la soirée n’est pas festive » et « toute la profession n’y est pas représentée ».

Lire aussi > Magritte & César: Avant son interdiction de parler, une soirée chez la juge Gruwez

catherine deneuve gerard depardieu
Deux fois couronné pour Le dernier métro avec Catherine Deneuve en 1981 et pour Cyrano de Bergerac en 1991, Gérard Depardieu n’était pas non plus friand des Césars. « Qu’est-ce que ça peut faire un César ? Un César, on l’a quand on fait le film. Les récompenses, ça bêtifie un peu, il n’y a qu’à voir comment tout le monde se comporte », lâchait-il lors d’une interview télévisée en 2016. © GEORGES GOBET and JEAN-CLAUDE DELMAS / AFP

Albert Dupontel, des César au Louvre

Personnalité des plus nommées aux César 2018, Albert Dupontel risque d’être à nouveau l’un des grands absents de la cérémonie de ce soir. À moins qu’il ait changé d’avis ? En 2014, le réalisateur de 9 mois ferme et Au revoir là-haut n’avait pas mâché ses mots contre la prestigieuse institution. « Pour les César, il faut s’inscrire et ça coûte 5 000 euros. Je ne veux pas dépenser 5 000 euros. Je n’ai jamais voulu ça (…) », avait-il déclaré dans une interview au journal La Voix du Nord. « Si vous n’êtes pas inscrits, vous n’êtes pas élus. C’est complètement con ! », avait-t-il ajouté. Comme son ami Gérard Lanvin, rapporte Le Figaro, l’acteur de 55 ans estime que ce type de récompense a peu de sens car comme il dirait : « Maintenant les César, c’est aller au Louvre est dire que tel peintre est meilleur qu’un autre peintre. »

albert dupontel
Albert Dupontel, le 22 mai 2012 au Festival de Cannes, aux côtés de Benoît Poelvoorde et Benoit Delepine. © AFP PHOTO / ALBERTO PIZZOLI

Jean-Louis Trintignant, la folie des prix

À 88 ans, Jean-Louis Trintignant ne sait plus quoi faire de ses statuettes. À nos confrères du Soir, il avait expliqué la raison de son absence à la 38e cérémonie des César en 2013 où il avait été sacré meilleur acteur pour son rôle de Georges dans Amour. « Je ne suis pas une bête à récompenses. Je trouve qu’il y a trop de prix en général. Cela dit, personnellement, qu’est-ce que je m’en fiche César ou pas », confiait-il à l’époque. « J’ai 82 ans et je n’ai pas du tout d’ambition personnelle. Je n’ai jamais fait ce métier avec une idée de plan de carrière ou de réussite. »

jean louis trintignant matthieu kassovitz
Matthieu Kassovitz et Jean-Louis Trintignant, au Festival de Cannes en mai 2017. © PHOTOPQR/LE PARISIEN/ Frédéric Dugit

Mathieu Kassovitz, la haine

Comment parler des anti-César sans évoquer le coup de gueule foudroyant de Mathieu Kassovitz en 2012. Tandis que son film L’ordre et la morale n’est nommé que dans une seule catégorie (meilleure adaptation), le scénariste s’est enflammé sans filtre sur les réseaux sociaux. « J’encu** le cinéma français. Allez bien vous faire baiser avec vos films de merde », avait-il posté sur Twitter, ajoutant dans d’autres messages : « Vous ne m’aimez pas, je ne vous aime pas non plus (…) Narcissique et prétentieux. Je le suis. Je l’affirme. Je vous emmerde. Bonne journée ». Sacré meilleur espoir masculin en 1995 pour son rôle dans Regarde les hommes tomber de Jacques Audiard, puis récompensé par le César du meilleur film et du meilleur montage pour son premier long-métrage La Haine avec Vincent Cassel, l’acteur et réalisateur n’a pas pris la peine de se présenter sur la scène clinquante des César.

Lire aussi > Un César d’honneur décerné à Robert Redford pour « son empreinte » dans le cinéma

Jean-Paul Belmondo, quatre décennies de boycott

La 42e cérémonie des César qui s’est déroulée à la salle Pleyel les 24 et 25 février 2017 avait marqué les esprits avec la fabuleuse standing ovation faite à Bébel. C’était la toute première fois que l’acteur de 85 ans se rendait à la cérémonie pour finalement accepter de recevoir – après quatre décennies d’absence – un vibrant hommage rendu par la grande famille du cinéma français. « Ce n’est pas un hommage mais une ovation. Jean-Paul Belmondo est le cinéma français à lui tout seul », avait déclaré sur scène Jean Dujardin avant d’évoquer les grands films qui ont jalonné la carrière du « magnifique », du cinéma d’auteur au cinéma grand public. Malgré avoir boudé l’événement pendant si longtemps, l’acteur était apparu très ému pendant les deux longues minutes d’applaudissements tonitruants. « Je n’ai jamais manqué de courage, ce qui fait que je suis là ce soir », avait-il déclaré avant de remercier chaleureusement l’Académie des César. Sans rancune !

CIM Internet