Paris Match Belgique

Le palmarès des 91e Oscars et le sacre de Green Book, Olivia Colman et Rami Malek

oscars 2019

(De g. à d.) Rami Malek, Olivia Colman, Regina King, Mahershala Ali. | © FREDERIC J. BROWN / AFP)

Cinéma et Docu

La 91e cérémonie des Oscars a vu le succès surprise de Green Book : sur les routes du Sud de Peter Farelly.

D’après un article Paris Match France de Yannick Vely

 

Quelle surprise. Pas aussi forte que la victoire après le gong de Moonlight sur La La Land mais tout de même. Les bookmakers misaient en masse sur Roma d’Alfonso Cuaron, qui repartira tout de même avec trois statuettes – meilleur réalisateur, meilleure photographie et meilleur film en langue étrangère – avec une incertitude sur deux outsiders, Black Panther et BlackKklansman. Mais c’est Green Book : sur les routes du Sud de Peter Farelly, road movie à l’ancienne avec un sujet fort, le racisme en Amérique, et un formidable duo d’acteurs Viggo Mortensen et Mahershala Ali, également récompensé de l’Oscar du meilleur second rôle, qui a décroché la timbale. Le film obtiendra aussi l’Oscar du meilleur scénario original.

La cérémonie était placée sous le signe de la diversité – et ça fait du bien -, plutôt rythmé malgré l’absence de présentateur et avec un vrai beau moment suspendu – le duo Lady Gaga-Bradley Cooper. Presque tous les films nommés ont reçu une récompense : quatre pour Bohemian Rhapsody dont le meilleur acteur pour Rami Malek, trois pour Black Panther, Roma et donc Green Book. Une pour BlackKklansman de Spike Lee, qui est tombé dans les bras de son ami Samuel L. Jackson, une pour Vice et une pour La Favorite de Yorgos Lanthimos – la meilleure actrice pour la géniale Olivia Colman.

green book oscars
Avec son film Green Book, le réalisateur Peter Farrelly décroche l’Oscar du meilleur film et celui du meilleur scénario original. © Matt Sayles / A.M.P.A.S / AFP

Lire aussi > Wolfgang Puck, chef star des cuisines des Oscars

Il y a eu de nombreux messages politiques sur le mur que veut ériger le président des États-Unis Donald Trump, mais si on devait retenir une émotion, ce serait certainement celle de la réalisatrice indienne Rayka Zehtabchi et cette phrase si innocente et si lourde de sens, « j’ai remporté un Oscar avec un film sur les règles ». Le film s’appelle Period. End of Sentence, il parle de révolution sexuelle silencieuse, d’éducation des filles et des changements profonds qu’il faut apporter à une société archaïque. Pas sûr que le court métrage aurait remporté un Oscar sous le règne lobbyiste de Harvey Weinstein…

rami malek
Rami Malek, sacré meilleur acteur dans Bohemian Rhapsody. © Matt Sayles / A.M.P.A.S / AFP
olivia colman
L’émotion d’Olivia Colman, sacrée meilleure actrice pour son rôle dans La Favorite. © FREDERIC J. BROWN / AFP)

Le palmarès complet

Meilleur film : Green Book : sur les routes du Sud de Peter Farelly

Meilleur réalisateur : Alfonso Cuaron (Roma)

Meilleure actrice : Olivia Colman (La Favorite)

Meilleur acteur : Rami Malek (Bohemian Rhapsody)

Meilleure chanson originale : « Shallow », A Star is born

Meilleure bande originale : Black Panther

Meilleur film étranger : Roma (Mexique)

Meilleur scénario original : Green Book : sur la route du Sud

Meilleur scénario adapté : BlacKkKlansman

Meilleur court métrage : Skin

Meilleurs effets visuels : First Man

Meilleur court métrage animé : Bao

Meilleur court métrage documentaire : Period. End of sentence.

Meilleur Film d’animation : Spider-Man: New Generation

Meilleur second rôle masculin : Mahershala Ali (Green Book : sur les routes du Sud). L’acteur a eu une pensée pour son partenaire de jeu, Viggo Mortensen et a rappelé combien sa grande-mère avait eu une influence positive sur lui.

Meilleurs décors : Black Panther

Meilleur montage : Bohemian Rhapsody

Meilleur mixage son : Bohemian Rhapsody

Meilleur montage son : Bohemian Rhapsody

Meilleure photographie : Roma

Meilleurs costumes : Black Panther

Meilleur maquillage et coiffure : Vice

Meilleur film documentaire : Free Solo

Meilleur second rôle féminin : Regina King (Si Beale Street pouvait parler), qui a rendu hommage à l’écrivain James Baldwin, à sa mère et à l’équipe du film. « Dieu est bon tout le temps », a-t-elle ajouté, en larmes.

CIM Internet