6 documentaires féministes à regarder de toute urgence sur Netflix

6 documentaires féministes à regarder de toute urgence sur Netflix

féminisme

Parce que nous devrions tous être féministes. | © Netflix

Cinéma et Docu

Ce dimanche 24 février, lors de la 91e cérémonie des Oscars, un court-métrage sur le tabou des règles en Inde est reparti avec une statuette. L’occasion de conseiller six documentaires féministes, disponibles sur Netflix, que tout le monde devrait regarder. 

Le droit à l’avortement, la deuxième vague féministe, la masculinité toxique… Les sujets féministes ne manquent pas sur Netflix, et chaque personne y trouve son compte. Engagés, informatifs, surprenants, accessibles à toutes et à tous, ces documentaires nous ouvrent les yeux et inspireront certainement quelques-un.e.s à lutter pour le changement et l’égalité. En voici six à voir absolument, quelques jours avant la journée internationale des droits des femmes.

Les règles de notre liberté

« Je ne pleure pas parce que j’ai mes règles… Je ne peux pas croire qu’un film sur les règles ait un Oscar ! », lâche la réalisatrice irano-américaine Rayka Zehtabchi après avoir reçu ce dimanche 24 février l’Oscar du meilleur court-métrage documentaire pour Period. End of sentence. Sujet tabou en Inde, les règles sont également un frein à l’éducation. Faute de protections hygiéniques ou de toilettes séparées des établissements scolaires, de nombreuses filles, considérées parfois comme impures, abandonnent l’école à la puberté. Dans un village situé à 60 kilomètres de New Delhi, les femmes se sont lancées dans la fabrication de leurs propres protections hygiéniques, souvent inaccessibles, ignorées ou hors de prix. Si ce documentaire traite le tabou des menstruations en Inde, il s’applique au monde entier, où de nombreuses personnes, surtout des hommes, trouvent encore que les règles – quelque chose de tout à fait naturel, rappelons-le – sont « dégoûtantes ». « Nous pouvons mettre en place un accès à l’hygiène féminine, mais nous devons d’abord briser le tabou », lançait la réalisatrice

Lire aussi > Le palmarès des 91e Oscars et le sacre de Green Book, Olivia Colman et Rami Malek

Roe V. Wade : la véritable histoire de l’avortement

« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis », disait Simone de Beauvoir. Et ce documentaire américain en est bien la preuve. Depuis sa signature en 1973, l’arrêt historique sur le droit à l’avortement aux États-Unis est remis régulièrement en question par les politiciens. Avec les témoignages de chaque côté du débat, Roe v. Wade retrace la période ayant conduit au procès de 1973, les multiples oppositions jusqu’en 2018, illustrant comment le droit à l’avortement est devenu si politique aux États-Unis et comment certains Républicains d’abord pro-choix, tels que Ronald Reagan et Donald Trump, ont pu basculer de l’autre côté du débat en devenant anti-choix lorsqu’ils étaient présidents. Avec ce documentaire, on comprend notamment encore plus l’enjeu (et la détresse des féministes) face à la nomination de Brett Kavanaugh à la Cour suprême…

Lire aussi > L’avortement pourrait bientôt être puni de peine de mort dans l’Ohio

She’s Beautiful When She’s Angry

Sorti en 2014, She’s Beautiful When She’s Angry – jouant volontairement sur le stéréotype de la féministe hystérique – retrace l’histoire méconnue des femmes engagées, brillantes, scandaleuses et parfois hilarantes, à l’origine du mouvement féministe dans les années 1960. Pour lutter contre le sexisme, ces féministes débordaient de créativité et de motivation, mettant par exemple fin à une audition devant le Congrès sur les effets secondaires de la contraception féminine, composé d’un panel exclusivement masculin, ou encore en brûlant leurs diplômes pour protester contre l’absence totale des femmes dans la plupart des cours d’histoire. En regardant ce documentaire, Netflix fait office de professeur et donne cours de rattrapage. Il était temps !

Les féministes : À quoi pensaient-elles ?

Même mouvement, mais une approche différente. Si Les féministes : À quoi pensaient-elles ? revient également sur le féminisme des années 60-70, c’est à travers les photographies prises par Cynthia MacAdams et les témoignages des femmes qui ont posé pour elle que le réalisatrice Johanna Demetrakas aborde le sujet. Pour raconter ce pan oublié de l’histoire, plusieurs personnalités telles que les actrices Jane Fonda et Lily Tomlin, que l’on retrouve dans la série Grace and Frankie, racontent leur féminisme. Des cours d’économie domestique obligatoires pour les filles à l’invisibilisation des femmes (encore d’actualité plus de cinquante ans plus tard), le documentaire évoque également les divisions au sein même du mouvement féministe, qui ont mené notamment à l’émergence de l’afro-féminisme et aujourd’hui à l’intersectionnalité.

Miss Representation

« Sois belle et tais-toi ». Sorti en 2011, le documentaire de Jennifer Siebel Newsom s’attaque à la représentation limitée et souvent décriante des femmes dans les médias et dans la publicité, et pointe du doigt sa contribution quant à leur sous-représentation aux postes de pouvoir et d’influence. L’incapacité des médias à prendre les femmes au sérieux – en les réduisant à leur apparence ou en les hypersexualisant – a des conséquences désastreuses pour les jeunes filles. « Vous ne pouvez pas être ce que vous ne pouvez pas voir », lance Marie Wilson, fondatrice du White House Project qui lutte pour accroître la représentation des femmes dans les institutions, les entreprises et le gouvernement américains. Les jeunes femmes ont besoin et veulent des modèles positifs, et les médias ont un rôle important à jouer.

The Mask You Live In

Dans la même veine que Miss Representation, The Mask You Live In s’attaque aux stéréotypes sexistes masculins. « Arrête de pleurer, sois un homme. » Avec cette injonction nocive, les garçons se cachent derrière un masque qui est censé représenter la virilité, sans peur et sans tristesse. Incapable d’exprimer leurs émotions, ils sont nombreux à être plongés dans la solitutude et se diriger vers la violence, parfois contre eux-mêmes. Lorsque l’on compare les taux de suicide chez les jeunes aux États-Unis, on remarque qu’il est trois à sept fois plus élevé chez les garçons que chez les filles. Mais au-delà d’une analyse de la masculinité toxique, le documentaire sorti en 2015 évoque aussi des solutions pour changer la situation.

CIM Internet