Catherine Deneuve : « Je suis une petite anarchiste »

Catherine Deneuve : « Je suis une petite anarchiste »

Catherine Deneuve

Elle "refuse l’hypocrisie de la règle sociale". | © EPA

Cinéma et Docu

En attendant la sortie de Fête de famille de Cédric Kahn, et de La vérité, du Japonais Hirokazu Kore-eda, lauréat de la dernière Palme d’or à Cannes, Catherine Deneuve retrouve André Téchiné pour L’adieu à la nuit, leur huitième film ensemble. Extraits du grand entretien.

 

Paris Match. François Truffaut disait que, pour être totalement réussi, un film doit exprimer simultanément une idée du monde et une idée du cinéma. L’adieu à la nuit est une vraie réussite…
Catherine Deneuve. Il y a des metteurs en scène qui sont plus ou moins cinéastes. Mais quand on a la chance de travailler avec des réalisateurs, comme François Truffaut ou André Téchiné, qui sont aussi de grands cinéastes – ce qui n’est malheureusement pas toujours le cas –, c’est formidable.

Lire aussi > Catherine Deneuve : Ses somptueux vêtements Saint Laurent vendus à prix d’or [PHOTOS]

Quelle différence faites-vous entre un metteur en scène et un cinéaste ?
Un metteur en scène est quelqu’un qui va découper un film de façon assez conventionnelle, un plan serré, un plan large… Alors qu’un cinéaste a une vision exacte de ce qu’il veut faire et prend en compte ce que les acteurs peuvent lui apporter dans une scène, au-delà de ce qui est écrit dans le scénario.

(…)

Vous êtes une actrice et une femme exigeante, audacieuse mais aussi lucide et très moderne…
Vous trouvez ? Quand on m’appelle Mme Deneuve, qu’on parle de moi comme d’une institution ou comme de la grande dame du cinéma français, ça me fait frémir. Je réagis toujours de façon assez brusque. Je refuse de vivre sur mes acquis, ce serait trop facile. Il y a un moment où il faut savoir changer sa vitesse de croisière. Ce qui est figé me fait peur. J’ai parfois envie de donner un coup de pied dans tout ça, car c’est contraire à mon caractère.

Catherine Deneuve
Catherine Deneuve et le réalisateur André Téchiné. ©Belgaworld

« La façon dont a été traité Roman Polanski est inadmissible ».

Au fond, vous êtes une anarchiste !
Une “petite anarchiste” ! [Elle rit.] Je comprends très bien qu’il faut des règles pour faire marcher la société, mais parfois je refuse l’hypocrisie de la règle sociale.

(…)

Vous en avez d’ailleurs fait les frais via vos déclarations sur le mouvement #MeToo ou votre soutien inconditionnel à Roman Polanski…
Que des gens soient en colère après moi ou qu’ils soient déçus, ce n’est pas mon problème. Quant à l’affaire de Roman Polanski, c’est un cas d’école. La façon dont il a été traité est inadmissible. Il a plus que payé. Je pense que dans cette histoire beaucoup de femmes sont aveuglées par leur féminisme et ne connaissent même pas en détail les faits juridiquement parlant.

Lire aussi > Catherine Deneuve commente (de nouveau) le mouvement #MeToo

Si Woody Allen, vous proposait de tourner avec lui, accepteriez-vous ?
Tout de suite ! J’adorerais tourner avec lui, c’est un homme d’un immense talent. Je ne vois pas pourquoi je n’accepterais pas. Qui m’en empêcherait ?

Retrouvez l’intégralité de cette interview dans le prochain numéro de Paris Match Belgique disponible en librairie dès ce jeudi.

CIM Internet