Paris Match Belgique

« Star Wars Celebration » : Les fans entre doute et optimisme

star wars

Des fans de Star Wars à Chicago, le 11 avril. | © Kamil KRZACZYNSKI / AFP

Cinéma et Docu

Après l’échec commercial de Solo. A Star Wars Story et les critiques sur Les derniers Jedi, les fans doutent-ils ? Enquête à Chicago, lors de la Star Wars Celebration.

Il est parfois difficile pour le commun des mortels de comprendre l’influence de Star Wars sur ses trois générations de fans. On touche au mythe et, pour s’en convaincre, il fallait être à Chicago mi-avril. Venues de la planète entière, 80 000 personnes ont communié ensemble (souvent en costume), parlé Jedi et Force du matin au soir et sont reparties les bras chargés d’effigies de leurs héros, grenouillères Chewbacca ou autres gaufriers en forme de Faucon Millenium.

Organisée par Lucasfilm, cette nouvelle édition de la Star Wars Celebration revêtait un caractère particulier, après deux années difficiles pour la saga créée en 1977 par George Lucas et aujourd’hui sous ombrelle du géant Disney. En 2018, Solo : A Star Wars Story, réalisé par Ron Howard, fut un échec commercial. Fin 2017, Star Wars, épisode VIII : les derniers Jedi avait déjà clivé la légion d’admirateurs de Star Wars. Le metteur en scène Rian Johnson se permettait d’écorner le mythe des Jedi : un renouveau salvateur ou un film quasi blasphématoire pour les purs et durs. Y aurait-il un doute dans la Force ? À parcourir les allées du gigantesque centre des conventions de Chicago, oui et non. Dans son costume de stormtrooper, Billy, tout droit venu de San Diego – grâce à son budget vacances de l’année (2 000 dollars) –, fait partie des déçus. « Les derniers Jedi m’ont énervé, explique-t-il. Rian Johnson et Disney se sont permis de remettre en cause les fondements de la saga. C’est la première fois qu’un film me reste en travers de la gorge. » Fan mais réaliste (et non dénué d’humour), un couple s’est même déguisé en George Lucas tenu en laisse par un Mickey version Dark Vador. Le message est clair.

Lire aussi > Quand les fans de Star Wars fabriquent leurs propres sabres laser

Pourtant, une bonne majorité des aficionados est toujours en admiration, et les costumes de Han Solo restent très tendance. Sébastien, groupie québécois, résume le moral des troupes : « Il n’y a pas de divorce entre les créateurs et les fans. Les derniers Jedi est un bon film, même s’il peut être déstabilisant. Je pense que l’échec de Solo vient aussi d’un boycott de certains spectateurs après cet Episode VIII. Mais Star Wars doit vivre avec son temps et mesurer l’importance des réseaux sociaux aujourd’hui. » Kathleen Kennedy, présidente de Lucasfilm, s’est donc employée à une vaste entreprise de câlinothérapie. La présentation du prochain épisode, The Rise of Skywalker, attendu en décembre, a fait l’unanimité. Les premières images du film de J.J. Abrams (déjà réalisateur du Réveil de la Force) fleurent bon les fondamentaux, avec des retours emblématiques (Lando Calrissian ou l’empereur Palpatine) et de nouvelles questions (qui est donc ce Skywalker du titre ?) « Ce sera une aventure de groupe », a expliqué le metteur en scène, qui a présenté plusieurs personnages inédits, des créatures extraterrestres et même un robot appelé D.O., sorte de petit mégaphone monté sur roulettes qui risque de voler la vedette à BB8 et aux antiques R2-D2 et C-3P0.

Deux parcs à thème Star Wars ouvriront aux États-Unis dans les prochains mois, le temps d’occuper les aficionados durant une pause de quelques années, confirmée par le PDG de Disney, Bob Iger. Pourtant, deux nouvelles trilogies cinéma sont déjà en chantier, l’une sous la houlette de Rian Johnson et l’autre développée par David Benioff et D.B. Weiss, créateurs de la série Game of Thrones. Bref, malgré les petites guerres intestines et les passions parfois démesurées après quarante-deux ans de règne incontesté, la galaxie « très, très lointaine » n’a jamais été aussi proche.

Mots-clés:
Star Wars
CIM Internet