Mais d’où vient la Carioca, la cultissime danse de La Cité de la Peur ?

Mais d’où vient la Carioca, la cultissime danse de La Cité de la Peur ?

Alain Chabat et Gérard Darmon dansant pour la postérité. | © Studio Canal.

Cinéma et Docu

Alors qu’une Carioca géante sera organisée ce jeudi lors du Festival de Cannes, et ce pour fêter les 25 ans de La Cité de la Peur [qui s’offre également une version restaurée en 4K], retour sur les origines d’une chorégraphie et d’une chanson que beaucoup croient inventées pour le long-métrage. À tort, la Carioca existe depuis bien plus longtemps.

« Sais tu danser la Carioca? / C’n’est pas un fox trot Ou une polka / C’n’est vraiment pas Très compliqué / Pour la comprendre Suis bien mes pas ». Devant un ballet de palmiers factices et sous des lumières tamisées, dans un numéro de danse de salon face au public du Palais des congrès de Cannes, Gérard Darmon (le commissaire Bialès) et Alain Chabat (Serge Karamazov) ont produit, on peut le dire, une des scènes les plus cultes de la comédie à la française. Ce moment de cinéma devenu quasi mythique est tiré de La Cité de la Peur (1994), film réalisé par Alain Berberian et fruit de l’écriture du trio le plus poilant de l’époque, Les Nuls.

Lire aussi > Alain Chabat accepte de danser la Carioca à Cannes (à une seule condition)

Alors que le long-métrage fête cette année ses 25 ans et qu’une version restaurée en 4K sera diffusée à Cannes en présence des stars du film, le Festival a également annoncé qu’une Carioca géante sera organisée ce jeudi en pleine ville pour célébrer cet anniversaire, à défaut de voir le duo Chabat-Darmon rejouer la scène [une pétition avait été créée pour qu’Alain Chabat et Gérard Darmon viennent danser la Carioca lors du Festival]. L’occasion de revenir sur l’histoire d’une chorégraphie et d’une chanson, qui dépasse largement le cadre du film et nous ramène bien plus loin en arrière, comme nous le rappelle très justement Première.

Une histoire riche

La Carioca est en effet née soixante ans auparavant, en 1933 pour être tout à fait exact. La danse tire son nom des habitants de Rio de Janeiro et sort tout droit du film américain Flying down to Rio. Son air enchanteur a été inventé par Vincent Youmans, qui n’est autre que le compositeur de Broadway aussi à l’origine de « Tea for two », l’air sifflé par Louis de Funès et Bourvil dans La Grande vadrouille, à l’origine issu d’une comédie musicale de 1925.

Dans Flying down to Rio, la carioca est dansée par le légendaire Fred Astaire, front contre front avec l’actrice Ginger Rogers. Le morceau apparaît une première fois dans le film, sans paroles.

L’air est mis en paroles dans une autre scène du film par Edward Eliscu and Gus Kahn. Le morceau est chanté par Etta Moten Barnett, Alice Gentle et Movita Castaneda. Il sera nommé aux Oscars de la meilleure chanson originale en 1934.

La carioca est traduite pour la première fois deux ans plus tard. En 1935, le jeune Tino Rossi la chante en français, traduisant les paroles ainsi : « Avec un balancement canaille, qui vous affole et vous tenaille, c’est épatant de la danser en s’enlaçant sans se lasser. Carioca, ensorcelante et belle, carioca, charmant refrain d’amour, carioca, tu me donnes des ailes. »

Les années 1950 voient naître un engouement sans précédent pour la Carioca, reprise par nombre d’artistes de jazz. Plusieurs pianistes s’emparent de l’air, notamment le Canadien Oscar Peterson en 1954 et l’Américain Hampton Hawes en 1955. Suivront le chanteur de jazz Mel Tormé, le compositeur de jazz Dizzy Gillespie et le crooner américain Jack Jones en 1961. Tous deux restent fidèles aux paroles. Même l’illustre Chet Baker, le trompettiste star américain, y va de sa version.

Une filiation qui n’en est pas une

La carioca est parodiée en 1977 dans le générique d’un autre film américain, The Kentucky Fried Movie, film à sketches où s’enchaînent des spots publicitaires parodiques et de fausses bandes-annonces. En ouverture du film, la carioca est interprétée par Jonathan and Darlene Edwards, un duo comique incarné par Paul Weston et sa femme, Jo Stafford. The Kentucky Fried Movie parodie pêle-mêle des films de dragons et des films catastrophes et fait office de petit bijou de comédie. La filiation comique, justement, qui a sans doute inspiré Les Nuls. En témoignent les traductions de certaines phrases presque mots pour mots : « It’s not a foxtrot or a polka » a par exemple donné « Ce n’est pas un foxtrot ou une polka ».

Lire aussi > Une pétition lancée pour qu’A­lain Chabat et Gérard Darmon dansent la Carioca à Cannes 2019

Une filiation toutefois démentie par Dominique Farrugia lui-même sur Twitter, qui explique qu’à l’époque de l’écriture du film, il écoutait une version chantée de la Carioca par Fred Astaire. La Carioca détient une histoire riche, dont une page beaucoup plus moderne va s’écrire ce jeudi avec ce flashmob exceptionnel. Espérons que l’hommage soit à la hauteur de la légende et, qui sait, verra en surprise Chabat et Darmon céder à la pression populaire pour une représentation surprise ?

CIM Internet