Paris Match Belgique

Once a Upon a Time in Hollywood est « la déclaration d’amour de Quentin Tarantino pour l’industrie du cinéma »

tarantino

Quentin Tarantino, à Cannes le 22 mai. | © Valery HACHE / AFP

Cinéma et Docu

Film-somme, déclaration d’amour à l’industrie du cinéma, Once Upon a Time in Hollywood a été acclamé à Cannes. Le casting de stars – Brad Pitt, Leonardo DiCaprio, Margot Robbie – était aux côtés du réalisateur Quentin Tarantino pour la conférence de presse. 

C’était bien sûr l’effervescence à la conférence de presse de Once Upon a Time in Hollywood, le film le plus attendu du 72e Festival de Cannes. Quentin Tarantino était au centre, avec Leonardo DiCaprio et Margot Robbie qui l’entouraient. Brad Pitt, béret vissé sur la tête, se tenait lui aux côtés de Leo. Neuvième film du réalisateur palmé d’or il y a vingt-cinq ans jour pour jour pour Pulp Fiction, il a été formidablement reçu par la presse américaine – certaines critiques évoquent déjà de possibles citations aux prochains Oscars, si bien que l’ambiance était très décontractée, Quentin Tarantino faisant rire à plusieurs reprises l’assistance et ses acteurs. Le réalisateur de Kill Bill a même pris le temps de flatter son épouse, « la fille parfaite », l’actrice Daniella Pick qui tient un petit mais important rôle dans le film.

Lire aussi > Dans une lettre, Tarantino demande de ne pas spoiler son film Once upon a time in Hollywood

Leonardo DiCaprio a expliqué combien le rôle de Rick Dalton, star sur le retour, lui était familier. « J’ai grandi au sein de l’industrie et ce personnage représente le côté fluctuant du métier. J’ai beaucoup d’amis à Hollywood et je sais combien j’ai de la chance d’être là où je suis aujourd’hui. Je ressens une immense gratitude ». « Pour moi, Rick et Cliff (son personnage de cascadeur, Ndlr) est comme une seule personne, sauf que Cliff a accepté sa place dans l’industrie », a ajouté Brad Pitt. Margot Robbie, sensationnelle dans le rôle de Sharon Tate, s’est elle imprégnée de l’actrice sans vouloir la singer. « Quentin Tarantino m’a tout de suite dit qu’elle était le coeur battant de cette histoire et j’ai vu en elle un rayon de soleil. Je voulais être lumineuse à l’écran aussi pour lui rendre hommage, car tout le monde sait qu’elle illuminait la vie des gens ».

N’importe quelle époque avant les téléphones portables.

Quentin Tarantino a bien sûr été interrogé sur les références cinématographiques du film et l’oeuvre du « deuxième meilleur réalisateur de western spaghetti » Sergio Corbucci. « C’est l’un de mes réalisateurs préférés et Django Unchained lui doit beaucoup », a-t-il rappelé. « Rick (le personnage interprété par Leonardo DiCaprio) n’est pas content d’aller à Rome pour tourner avec lui car il pense que c’est de la m… italienne mais on sait que quarante ans après il aurait été très fier d’avoir fait ce film ». Le réalisateur est revenu sur la secte de Charlie Manson et ses adeptes. « Ils étaient terrifiants bien sûr, mais je voulais aussi montrer leur quotidien en février 1969, avant les meurtres », a-t-il expliqué.

Lire aussi > Loin des blockbusters, Brad Pitt et Leonardo DiCaprio ont évité la facilité

« Quand les meurtres de la secte de Charlie Manson se sont produits, il y avait alors beaucoup d’espoirs de changements dans la société et ce drame tragique a montré le côté obscur de l’être humain et cela a été comme une perte de l’innocence », a surenchéri Brad Pitt. Evidemment, et c’est le jeu des conférences de presse, chaque acteur a souligné combien cela avait été facile de jouer la partition écrite par le cinéaste. Ce dernier n’a pas caché que, oui, le film était un peu la somme de ses précédents en racontant une anecdote. Le premier à lire le scénario a été son collaborateur de longue date Bill Clark. « Il a fait, ok, numéro 9 donc. Puis quelques instants plus tard, il s’est exclamé ‘oh, mais ce sont les huit premiers ensemble en fait’ ». Leonardo DiCaprio a ensuite expliqué que, pour lui, Once Upon a Time in Hollywood « était la déclaration d’amour de Quentin Tarantino pour l’industrie du cinéma ». Et à la question sur l’époque à laquelle il aurait aimé vivre, Quentin Tarantino a eu ce bon mot : « n’importe quelle époque avant les téléphones portables. »

CIM Internet