Les Schtroumpfs réussissent un retour vers l’enfance

Les Schtroumpfs réussissent un retour vers l’enfance

Vidéo Cinéma et Docu

Avec Les Schtroumpfs et le village perdu, Sony (et Véronique Culliford, la fille de Peyo) renoue avec un divertissement fidèle aux origines des petits bonshommes bleus. Finis les films mêlant acteurs réels et personnages virtuels, place à un vrai et réussi dessin animé.

Bien sûr, le cinéma hollywoodien et la technique actuelle sont passés par là. Le Schtroumpf en 3D a du fil au bonnet et du poil à la barbe, les scènes d’action sont plus animées que les cases des BD originelles, mais l’esprit est là et bien là avec le respect de tous les éléments qui ont fait rêver des générations d’enfants et de désormais parents. La forêt interdite et ses marécages infestés de bestioles sont bien présents, le Cracoucas signe un retour dans un rôle de « Rantanplan du sorcier » assez cocasse et Gargamel n’a jamais été aussi bête et laid que dans cet épisode des Schtroumpfs.

Lire aussi > La Belle et la Bête : Un remake nostalgique des plus modernes

Et l’histoire suit également la logique des albums des Schtroumpfs : tout commence dans la douceur du joli village des petits êtres bleus pour ensuite partir à l’aventure et, attention spoiler, finir dans la bonne humeur et l’amour. Au cœur de l’intrigue : la Schtroumpfette créée en terre glaise par Gargamel pour pouvoir découvrir le village des Schtroumpfs. Cet élément historique, un album de Peyo était consacré à la petite blondinette, est parfaitement respecté et sert de fil rouge tout au long de l’aventure durant laquelle apparaissent de nouvelles créatures bleues, au féminisme affirmé.

Et si plusieurs nouveaux Schtroumpfs font leur apparition, ce sont des figures très classiques qui ont les premiers rôles : les Schtroumpf grognons, maladroits et costauds accompagnent la Schtroumpfette tout au long de sa quête d’identité et du nouveau village. Avec ce nouvel épisode des Schtroumpfs, la production s’assure aussi un succès quasi-assuré en terme de merchandising : nouveaux personnages, retour aux traits historiques pour les schtroumpfs et déclinaisons qui vont de la chaussure de sport au jambon. Bref, de quoi donner envie aux enfants tout en convaincant les parents qui n’ont rien perdu de leur âme d’enfant.

 

Les Schtroumpfs et le village perdu, en salles à partir du mercredi 29 mars. Horaires et infos sur Cinebel.

CIM Internet