Paris Match Belgique

Jugé « hautement pornographique », Mektoub My Love – Intermezzo interdit aux mineurs ?

mektoub my love intermezzo

Image du film Mektoub, My Love - Intermezzo. | © DR

Cinéma et Docu

Après avoir choqué la Croisette, le film d’Abdellatif Kechiche est dans le viseur d’une association qui veut l’interdire aux moins de 18 ans en raison de ses nombreuses scènes de sexe.

Il avait provoqué le malaise à Cannes. Deux semaines après la cérémonie de clôture du 72e festival de cinéma international, la suite de Mektoub, My Love d’Abdellatif Kechiche continue de faire couler de l’encre et de diviser la critique.

Scandaleux pour les uns, magistral pour d’autres, le septième long-métrage de réalisateur franco-tunisien nous replonge six ans en arrière, quand Adèle Exarchopoulos et Léa Seydoux s’aimaient d’un amour passionnément érotique dans La Vie d’Adèle : Chapitres 1 et 2. Malgré sa Palme d’Or, le film interdit au moins de 12 ans avait dû faire face à la censure, en perdant notamment son visa d’exploitation deux mois après sa sortie en octobre 2013. En cause, les nombreuses scènes de sexe susceptibles de choquer un jeune public.

Interdit aux moins de 18 ans

Sans surprise, le deuxième volet Mektoub, My Love soulève désormais le même débat. Pointé du doigt pour ses interminables « scènes de cul » – dont une non simulée de sexe oral qui s’étend pendant 13 gênantes minutes – le film est actuellement dans le viseur d’une association française anti-pornographie. Comme le rapporte Le Parisien ce mardi, le collectif Stop au porno vient de réclamer l’interdiction du film aux mineurs. « Ce long-métrage d’une durée de 3 heures 30, est un film hautement pornographique », déplore-t-elle, précisant « avoir pris des dispositions pour lancer une attaque en justice afin d’empêcher la diffusion du film auprès d’un public non averti ». 

mektoub my love porno
Capture d’écran © Stop au porno.

Lire aussi > Un film de Bollywood choque pour sa scène de masturbation féminine

« On justifie un certain nombre d’images pornographiques par leur qualité artistique. Mais ces scènes de sexe non simulées ont écœuré à Cannes des spectateurs alors qu’ils sont plutôt aguerris », explique une membre de l’association au quotidien parisien. En effet, lors de la projection officielle sur la Croisette, certains – dont l’actrice principale du film, Ophélie Bau, qui n’avait pas vu le film – sont sortis de la salle du Palais du Festival, choqués par le caractère très (trop) sexuel du scénario. Controversé, le film n’a pas encore reçu de visa d’exploitation de la part du CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée) qui attend toujours de voir le montage final du film, qui n’était pas définitif au moment d’être projeté à Cannes. Comme précise le Huffington Post, on peut s’attendre à ce que le réalisateur de L’Esquive et La Graine et le Mulet modifie la version dédiée aux salles obscures, en coupant quelques minutes des plans les plus sulfureux. Aucune date de sortie n’a été dévoilée jusqu’à présent.

CIM Internet