Paris Match Belgique

Sur les traces du « Roi lion »

roi lion

Le Roi Lion en live action. | © Disney

Cinéma et Docu

En avril dernier, Disney a emmené un groupe de journalistes étrangers sur les lieux qui ont inspiré le film de Jon Favreau. Nous faisions partie de l’aventure.

Prière de ne pas communiquer. Du moins pour l’instant. Disney est une multinationale copiée, enviée et jalousée. Alors, quand elle trimballe journalistes et influenceurs du monde entier au Kenya, pas question que cela se sache. « Vous pourriez être pris pour cible par des groupuscules terroristes, qui enlèvent notamment des touristes », dit sans sourire James Butler-Wright, le responsable de la sécurité de Disney, lors de notre arrivée dans un hôtel de Nairobi. « Et si vous avez une folle envie de sortir ce soir, merci de me prévenir. » Mais le « tourism board of Kenya » a aussi pris les choses en main. Pas moins d’une vingtaine d’accompagnateurs-guides-chauffeurs ont été prévus pour escorter la troupe, qui, dès le lendemain matin, s’envole pour le Masai Mara.

L’avion prévu ne comporte qu’une seule hélice ? Le boss de la sécurité met son veto et demande expressément qu’un aéronef à deux hélices soit affrété. Après toutes ces circonvolutions, nous voilà donc dans la brousse. Là, dans cette immense réserve frontalière avec la Tanzanie – ce dont se fichent évidemment les animaux – se trouvent des milliers d’espèces rares et encore protégées. Éléphants, lions, panthères, girafes, gazelles, rhinocéros ou encore hippopotames (on apprendra qu’il est l’animal le plus méchant car le plus meurtrier de la réserve) vivent en totale liberté, encadrés par des clôtures ridicules d’un côté, protégés du braconnage par un détachement militaire spécialisé.

Lire aussi > Beyoncé fait appel à sa fille Blue Ivy, son sosie, pour son nouveau clip

Un long-métrage filmé avec des caméras réelles

C’est là que Jon Favreau, James Chinlund et onze autres membres de la team Disney sont venus début 2017 avec leurs appareils photo et leurs calepins pour découvrir un monde qu’ils ne connaissaient pas. « À l’époque du premier dessin animé, note James Chinlund, les animateurs ne s’étaient pas déplacés. Tout s’était fait à partir de livres, de photos – rappelez-vous qu’Internet n’existait pas. Cette fois, dans un souci de vérité, il fallait qu’on soit le plus proche possible de la réalité. » Car, oui, ce Roi lion version 2019 est un « live action movie ». Un long-métrage filmé avec des caméras réelles, dans lequel on fait appel aux effets spéciaux. « Tous nos décors, tous nos personnages sont dessinés dans un ordinateur à partir de nos crayonnés. Ensuite on installe digitalement de vraies caméras dans nos scènes et on dirige nos personnages comme on le ferait avec des acteurs. Le tout doit rester crédible aux yeux des spectateurs.

 

roi lion
© Disney

N’oubliez pas que vous êtes dans un film où les animaux ont la parole ! » Les Land Rover aménagés en version safari filent sur les pistes de la réserve. « Ici, les touristes sont autorisés uniquement entre le lever du jour et la tombée de la nuit, explique Julius, notre guide du jour. Ce serait trop dangereux pour le public de tomber nez à nez avec un lion en pleine nuit. » Julius a un regard aiguisé. Il aperçoit un guépard caché dans les hautes herbes. « Il observe les zèbres. Si jamais il juge qu’il a la capacité d’en attraper un, il foncera. » Mais les zèbres s’éloignent et le macabre spectacle n’aura pas lieu. La nuit tombée, la petite assemblée ne peut donc pas quitter les abords du lodge construit dans les années 1970 au milieu de la réserve. On imagine combien les braconniers ont pu s’en donner à cœur joie à une époque où la chasse n’était ni encadrée ni surveillée. Et restait un plaisir de Blancs… « Depuis 2001, les choses ont changé et les animaux sont protégés. La seule espèce menacée est le rhinocéros. Au dernier pointage, ils n’étaient plus que six dans toute la réserve. Mais ils ne se montrent jamais. On ne sait pas quelle est la réalité de leur situation », raconte Davis Aruasa, l’un des responsables touristiques du parc.

Lire aussi > Au Pakistan, des lions comme animaux de compagnie

Le Roi Lion ne comporte aucune performance humaine

Après un survol du Masai Mara en montgolfière, le Disney Tour prend la route pour le centre du pays et, plus précisément, le Parc national d’Aberdare. C’est là, au milieu des montagnes et des cascades, que les animateurs ont trouvé les plus beaux paysages d’Afrique. Le téléphone ne passe pas – au plus grand dam des Instagrammeurs qui n’hésitent pas à profiter d’un court trek pour faire des photos en maillot de bain… Là, gazelles, zèbres viennent s’abreuver au pied du Ark Lodge. On comprend la difficulté de l’équipe technique : pourquoi choisir telle forêt plutôt qu’une autre ? Pourquoi cette cascade ? « Ce qui compte le plus reste l’histoire, sourit James Chinlund. Pour les besoins du film nous avons dû adapter certains éléments à partir de ce que nous avons vu sur place. »

roi lion
© Disney

Car, contrairement au Livre de la jungle sorti en 2016, Le Roi lion ne comporte aucune performance humaine. Néanmoins, 86 espèces animales évoluent autour du lion Simba, de ses copains Timon le suricate et Pumbaa le phacochère. Ce remake se veut totalement fidèle au film originel « mais ne le remplace pas », souligne James Chinlund. L’enjeu pour Disney est de faire vivre un patrimoine cinématographique, afin que la partie du public réfractaire aux dessins animés classiques le découvre. Peter Pan, Les 101 dalmatiens ou Pinocchio devraient ainsi trouver une nouvelle jeunesse sur les écrans d’ici à trois ans. « Quand Jon Favreau m’a appelé pour faire partie de son équipe, sourit James Chinlund, je n’ai pas hésité une seconde. Les progrès de la technologie sont tels que, pour nous, les hommes de l’ombre du cinéma, c’est un autre monde qui s’ouvre. Nous avons fait quasiment tout ce film en réalité virtuelle, nous étions immergés dans ce que nous avions observé au Kenya. On va vers des possibilités infinies en termes de technologie. C’est vraiment une forme de renouveau. » Car l’adage « c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes » se vérifie aussi à Hollywood. Ce Roi lion qui rugit fièrement sur les écrans en est la preuve éclatante.

Mots-clés:
Disney tournage Roi Lion
CIM Internet