Paris Match Belgique

Le responsable de la publicité (mensongère) du Fyre Festival nommé aux Emmy Awards

fyre festival

Coup de génie ou nouvelle arnaque ? | © Netflix

Cinéma et Docu

Jerry Media, l’agence chargée de la publicité du Fyre Festival et productrice du documentaire Netflix, pourrait être récompensée aux Emmy Awards pour le désastre qu’elle a, en partie, produit.

Avec les mannequins les plus en vogue de la planète, une île paradisiaque et de prestigieuses têtes d’affiche, le Fyre Festival promettait une expérience extraordinaire, dans le luxe le plus total. Mais le rêve annoncé s’est progressivement transformé en cauchemar, comme l’a montré le documentaire Fyre : La plus grande fête qui ne se soit jamais produite sur Netflix, nommé à quatre reprises aux prochains Emmy Awards.

Derrière ce fiasco, des organisateurs trop gourmands et têtus, dont l’entrepreneur Billy McFarland, désormais en prison, ainsi qu’une publicité mensongère sur les réseaux sociaux. Pour cette dernière, l’équipe du désastreux Fyre Festival avait fait appel notamment à Jerry Media, créé par Elliot Tebele. Celui qui détient le célèbre compte Instagram Fuck Jerry avait embauché de célèbres influenceuses et mannequins telles que Bella Hadid, Hailey Baldwin et Kendall Jenner pour apparaître dans la vidéo promotionnelle et en parler sur leurs comptes Instagram et Twitter. Résultat : la campagne, relayée par cette armée d’influenceuses grassement payées, était d’une efficacité redoutable. 95% des places, vendues entre 2 000 et 12 000 dollars, s’écoulent en quelques jours.

Lire aussi > Fyre Festival : les tops complices de l’arnaque du siècle ?

Jerry Media avait également facilité l’escroquerie de Billy McFarland en supprimant chaque commentaire critique à l’égard du festival ou en bloquant les comptes qui essayaient d’informer les intéressés que cet événement était une arnaque.

Deux ans plus tard, les mannequins ont été citées à comparaître pour leur implication et soupçonnées d’avoir enfreint les directives de la Federal Trade Commission en « oubliant » de signaler qu’elles avaient été payées pour promouvoir le festival. Ce qui, selon la FTC, est considéré comme de la publicité illégale. Selon Quartzy, « Fuck Jerry » pourrait être le suivant.

De responsable à producteur

Après son implication dans l’arnaque du siècle, Jerry Media a décidé d’en faire un documentaire, moins de trois mois après les faits, selon Los Angeles Magazine. L’agence est même productrice de celui diffusé sur Netflix et nommé récemment aux Emmys. Un titre pas seulement honorifique puisque, selon The New Republic, Mick Purzycki, le CEO de Jerry Media et producteur du documentaire, a prétendu disposer du droit de regard « final » sur le montage de ce dernier.

Sans l’implication de Jerry Media dans Fyre Fraud, le malheureux documentaire concurrent diffusé sur Hulu était nettement plus critique à l’égard du rôle joué par l’agence dans cet événement catastrophique.

Lire aussi > Vous pouvez désormais vous offrir Saddleback Cay, l’île du désastreux Fyre Festival [VIDÉO]

Ces éléments n’ont pas empêché la société qui joue sur tous les tableaux d’être nommée à quatre reprises aux prestigieux Emmy Awards, pour Meilleur documentaire ou programme spécial de non-fiction, Meilleure réalisation pour un documentaire ou programme spécial de non-fiction, Meilleur montage sonore et Meilleure mixage sonore.

Un empire suspect

Les félicitations sont donc de rigueur pour Jerry Media que Rolling Stone décrit comme une agence de publicité « se faisant passer pour une ‘page de meme’ sur un compte Instagram appelé @fuckjerry, qui facture plus de 75 000 $ pour un seul post sponsorisé et 25 000 $ pour une story ‘swipe-up' ». Lancé en 2011, ce compte Instagram rassemblant plus de 14 millions de followers est devenu, selon Quartzy, un véritable empire médiatique de plusieurs millions de dollars.

Son créateur Elliot Tebele avait suscité de vives critiques lorsque les internautes ont appris que son compte avait été construit sur des blagues non créditées et volées, avant de présenter des excuses. Ces dernières années, l’entrepreneur et son réseau de sociétés ont même été impliqués dans plusieurs actions en justice pour violation du droit d’auteur et de la marque.

CIM Internet