Paris Match Belgique

Comment Joaquin Phoenix a frôlé la folie en incarnant le Joker

joachim phoenix joker

Joaquin Phoenix, prochain Oscar du meilleur acteur ? | © DR

Cinéma et Docu

L’acteur admet être devenu « complètement fou » sur le tournage du film de Todd Phillips.

Encensé par la critique lors de sa projection à la Mostra de Venise, le Joker de Todd Phillips s’annonce décidément comme le film le plus attendu de cet automne 2019. Après avoir hérissé les poils des spectateurs dans une toute première bande annonce officielle et époustouflante, la performance de Joaquin Phoenix promet du (très) lourd, quoi qu’en disent les puristes.

Il aura suffi d’un rire – dérangé et terriblement malaisant – pour convaincre le public et propulser l’acteur au rang des prétendants au prix d’interprétation vénitien, voire des Oscars. Mais incarner le rôle de l’ennemi de Batman n’a pas été aussi simple qu’on pourrait le croire.

Le rire de Joaquin Phoenix en Joker… Inutile d’en dire plus.

Plongée dans la folie

Comme le révélait le Hollywood Reporter fin août, Joaquin Phoenix a dû perdre près de 25 kilos afin de prendre les traits tirés du clown de Gotham. Comment ? En mangeant « un peu plus qu’une pomme par jour » pendant une courte période, confie l’acteur transformé pour le rôle. La peau sur les os, celui qui succède à Heath Ledger et Jared Leto pour incarner le Jocker à l’écran raconte comment ce régime drastique est parvenu à affecter sa santé mentale. « À force, on finit par devenir complètement fou ! »

Lire aussi > Interdit aux moins de 17 ans, le « Joker » avec Joaquin Phoenix s’annonce comme l’antidote parfait aux films de super-héros

« La première chose c’était la perte de poids. C’est par ça que j’ai commencé. Parce qu’en fait, ça affecte ta psychologie. Tu commences à devenir fou quand tu perds autant de poids en si peu de temps », a déclaré l’acteur lors d’une conférence de presse au festival cinématographique vénitien. Outre la privation de nourriture, le comédien américain a également dû travailler dur sur le rire atypique de son personnage. Pendant des semaines, il s’est entraîné pour en faire quelque chose de « presque douloureux », au point de le qualifier aujourd’hui de carrément « inconfortable ». « Je ne pensais pas que j’arriverais à le faire. Je me suis entraîné seul mais j’ai demandé à Todd de venir auditionner mon rire », a-t-il ajouté à Venise. « J’estimais que je devais être capable de le faire sur commande, devant quelqu’un d’autre. C’était très inconfortable. Ça m’a pris très longtemps. »

La performance de Joaquin Phoenix dans le Joker est digne d’un Oscar. Il s’est donné pleinement dans ce rôle, mentalement et physiquement. Todd Phillips présente un film qui change la donne, et je suis déjà impatient de le revoir.

Hommage à Heath Ledger

Enfin, précise Konbini, la star récompensée par le Golden Globe du meilleur acteur dans le film Walk The Line a refusé de s’inspirer des performances de ceux qui ont précédemment incarné le rôle d’un des plus grands vilains de l’histoire du cinéma. Ce qui n’a pas empêché à l’acteur de rendre un bel hommage à Heath Ledger, regretté Joker du film The Dark Knight de Christopher Nolan : « Le Joker de Heath ? Sans égal. Je vais honorer sa mémoire. Sur le tournage, c’était comme s’il était à mes côtés. Je t’aime Heath, mon ami et mon frère. Tu me manques », a-t-il déclaré.

CIM Internet