Paris Match Belgique

Olivia Wilde critique la censure de son film Booksmart par certaines compagnies aériennes

olivia wilde

Olivia Wilde. | © Chris Delmas / AFP

Cinéma et Docu

Après avoir été interpellée sur Twitter, Olivia Wilde a voulu vérifier si les scènes de sexe lesbien avaient bel et bien été censurées de son film Booksmart. Verdict : effectivement, et bien pire encore.

Olivia Wilde est furieuse. Certaines compagnies aériennes ont censuré des scènes de son film Booksmart. Le 27 octobre, une passagère sur un vol d’Etihad Airways avait raconté sur Twitter qu’une scène de sexe lesbien avait complètement disparu. Le lendemain, une autre de Delta indiquait la censure du mot « lesbienne ». Pour la cinéaste américaine, c’est une « terrible déception ». « Il n’y a aucune scène de nudité ici. Qu’est-ce qui rend cela obscène pour les passagers ? » demandait-elle, partageant le tweet de la première, avant de critiquer la « connerie » de censurer le mot « lesbienne ».

Interpellée à ce sujet sur le tapis rouge des Annual Governors Awards, l’actrice également connue pour son rôle dans Dr House a exprimé son incompréhension. « Il existe de la violence insensée qui montre des corps écrasés et pourtant une scène d’amour entre deux femmes est censurée dans mon film. C’est une partie intégrante du parcours de ce personnage. Je ne comprends pas. Ça me brise le cœur », a-t-elle déclaré au micro de Variety.

No vagina

Pour savoir exactement ce qui avait été censuré de son film, Olivia Wilde l’a visionné durant un vol. « Il s’avère que certaines compagnies aériennes travaillent avec une société tierce qui édite le film en fonction de ce qu’elles jugent inapproprié. Dans notre cas, ce serait… la sexualité féminine ? » s’étonne-t-elle sur Twitter, avant de faire la liste des élements retirés ou modifiés. Les mots « vagin » et « organes génitaux » ont également été supprimés, tout comme, entre autres, l’histoire d’infection urinaire, la scène de masturbation et même la scène avec la poupée « parce que les corps nus de poupées – fabriquées pour les enfants – sont trop choquants, même sans organes génitaux », ironise l’actrice.

En guise de comparaison, l’Américaine de 35 ans souligne que les jurons sont bien audibles et que la scène de George prouvant la profondeur de sa gorge avec un micro est toujours présente. « Quel message cela envoie-t-il aux téléspectateurs et plus particulièrement aux femmes ? Que leurs corps sont obscènes ? Que leur sexualité est honteuse ? » s’insurge Olivia Wilde sur Twitter. « J’exhorte toutes les compagnies aériennes, en particulier celles qui vantent leur inclusivité, à cesser de travailler avec cette société tierce et à faire confiance à la mise en garde parentale afin de permettre aux téléspectateurs de se retirer s’ils le souhaitent. » Booksmart est effectivement déjà un film « r-rated », soit interdit aux moins de 17 ans non-accompagnés selon la classification en vigueur aux États-Unis. L’avertissement devrait suffire.

Contrairemnt à Etihad Airways et Emirates, la compagnie aérienne Delta, interrogée par Metro UK, a réagi à la polémique. « Le contrôle de contenus de Delta ne demande en aucune manière la suppression de contenu homosexuel. Nous attachons de l’importance à la diversité et à l’inclusion, qui constitue le cœur de notre culture et de notre mission. Nous allons revoir nos procédures afin de nous assurer que le contenu vidéo édité ne soit pas en conflit avec ces valeurs. » 

CIM Internet