Paris Match Belgique

Aperçue dans le dernier Clint Eastwood, une scène de sexe avec Olivia Wilde affole les États-Unis

olivia wilde

La comédienne Olivia Wilde début novembre. | © Lionel Hahn / ABACAPRESS.

Cinéma et Docu

Le nouveau film du réalisateur, consacré à l’attentat des JO d’Atlanta en 1996 (et donc tirés de faits réels), suscite la polémique. En cause : une scène de romance dont l’authenticité est remise en question.

Richard Jewell, le nouveau film de Clint Eastwood, crée un vent de panique aux États-Unis. Consacré à l’attentat des JO d’Atlanta en 1996, il met en scène l’histoire d’un agent de sécurité soupçonné à tort d’avoir posé une bombe et pris dans une traque médiatique qui a brisé sa vie.

Lire aussi > Olivia Wilde critique la censure de son film Booksmart par certaines compagnies aériennes

L’actrice Olivia Wilde incarne la journaliste Kathy Scruggs, qui a réellement existé et a révélé dans les colonnes de son quotidien The Atlanta Journal-Constitution le nom de Richard Jewell. Dans le film, Kathy Scruggs propose à un agent du FBI de coucher avec lui pour obtenir cette information.

Menacé de poursuites judiciaires

Un élément de l’intrigue qui fait couler beaucoup d’encre chez nos confrères américains. Kevin Riley, l’actuel rédacteur en chef du Atlanta Journal-Constitution, a indiqué qu’il n’existait aucune preuve permettant d’attester de la véracité de cette scène. L’actrice Olivia Wilde a elle-même défendu le personnage:

« Je pense que les gens ont dû mal à accepter la sexualité des personnages féminins », a-t-elle déclaré à Variety. « On ne fait jamais cela aux hommes. On ne dit pas que James Bond n’est pas un véritable agent secret parce qu’il couche parfois avec des femmes pour obtenir des informations. »

Lire aussi > Rocketman censuré en Russie : La lettre d’Elton John à Vladimir Poutine

Sauf qu’ici il s’agit de faits supposés réels. The Atlanta Journal-Constitution menace donc d’attaquer en justice Clint Eastwood, comme l’explique le New York Times, pour que le réalisateur précise à l’écran que Richard Jewell prend des libertés avec la réalité. Le studio Warner Bros, qui travaille avec Clint Eastwood depuis les années 1970, a apporté son soutien au célèbre cinéaste.

 

CIM Internet