Paris Match Belgique

Les Proies, plongée glaçante dans l’adolescence par Sofia Coppola

Casting d'exception et thriller historique pour le nouveau Sofia Coppola. | © Capture d'écran

Cinéma et Docu

La controverse autour des retouches de l’affiche de Claudia Cardinale  ont fait tant de bruit qu’on en aurait presque oublié la sélection du 70e Festival de Cannes. Et pourtant : 4 ans après The Bling Ring, Sofia Coppola y fait un retour remarqué sur les écrans avec Les Proies

 

Silhouette menue, air mutin, timidité maladive. Tant à la ville que dans ses films, Sofia Coppola semble ne pas parvenir à sortir de l’adolescence, qu’elle porte avec délicatesse à l’écran. Les soeurs lascives aux longs cheveux blonds de The Virgin Suicides, la gamine paumée de Somewhere, la bande de lycéens hors-de-contrôle du Bling Ring. Et aujourd’hui, pour son 6e long-métrage, les élèves d’un pensionnat américain en pleine guerre de Sécession.

Lire aussi > Sofia Coppola : « Je ne veux pas faire un cinéma politique »

Casting d’exception

Fidèle à ses actrices fétiches, la fille de Francis Ford Coppola a casté dans le rôle de celles-ci Elle Fanning, l’héroïne diaphane de Somewhere, et Kirsten Dunst, la révélation troublante des Virgin Suicides. Pour leur donner la réplique, deux superstars hollywoodiennes, Nicole Kidman et Colin Farrell, qui signent ici leur première collaboration avec Sofia Coppola.

Nicole Kidman collabore pour la première fois avec Sofia Coppola – Capture d’écran

Thriller historique

Le pitch de ce thriller historique à l’affiche mirobolante : malgré les combats qui ragent au dehors, la vie se déroule de manière paisible dans le pensionnat dirigé par Martha Farnsworth (Nicole Kidman). Jusqu’à l’arrivée d’un soldat nordiste blessé, incarné par Colin Farrell, qui va succomber aux charmes de Kirsten Dunst et Elle Fanning.

Lire aussi > [INTERVIEW] Kirsten Dunst, la revanche d’une blonde

Remake de 1971

Adapté du livre éponyme de Thomas Cullinan, Les Proies avait déjà été porté à l’écran en 1971 avec Clint Eastwood dans le rôle tenu par Colin Farrell. Décrit à l’époque comme un fantastique thriller sensuel et psychologique, le film avait été bien reçu par la critique. Dans une interview avec EW, Sofia Coppola a avoué qu’elle avait « choisi de prendre le point de vue des femmes du pensionnat plutôt que celui du soldat blessé, contrairement à l’adaptation de 1971. J’ai voulu me concentrer sur les dynamiques entre ces femmes qui vivent ensemble, et comment l’arrivée d’un homme change les rapports de pouvoir. C’est un thème universel, avec le cadre exotique du Sud des États-Unis pendant la guerre de Sécession ».

« Les proies », de Sofia Coppola, en salles dès le 20 septembre. Toutes les infos sur Cinebel.

CIM Internet