Paris Match Belgique

#BAFTAsSoWhite : Twitter s’insurge contre les BAFTA pour des nominations sexistes et bien trop blanches

margot robbie scandale

Margot Robbie est nommée deux fois dans la catégorie Meilleur second rôle féminin, pour "Scandale" (photo) et "Once Upon a Time... in Hollywood". | © Annapurna Pictures / Lionsgate.

Cinéma et Docu

Pas une seule personne de couleur n’a été nommée dans les catégories d’interprétation, tandis que les femmes sont (encore) snobées dans la shortlist de la meilleure réalisation. Tristesse.

L’histoire se répète. Les British Academy Film Awards (BAFTA) ont dévoilé ce mardi matin la liste des nommés pour leur édition 2020, dont la cérémonie se tiendra le 2 février prochain au Royal Albert Hall de Londres. Joker, Once Upon a Time… in Hollywood et The Irishman mènent la danse mais c’est surtout la controverse qui règne outre-Manche. Car à l’image des Golden Globes dernièrement, des Oscars ces dernières années et plus généralement des cérémonies de remise de prix du cinéma, les femmes et les minorités ont encore été largement snobées.

Lire aussi > Golden Globes : Ces réalisatrices qui auraient pu être nommées

Un embarras total

Le malaise est d’autant plus grand que, si aucune personne de couleur n’a été nommée dans les catégories d’interprétation, Margot Robbie (Scandale, Once Upon a TIme… in Hollywood) et Scarlett Johansson (Marriage Story, Jojo Rabbit), toutes les deux blanches, en ont pour leur part reçu deux chacune. La première fait même encore plus fort en voyant son nom s’afficher à deux reprises dans la même catégorie, celle de Meilleur second rôle féminin. Une absurdité quand on regarde dans le rétro, nombreuses étant les femmes noires, latinos ou d’origine asiatique à pouvoir prétendre à une nomination : Lupita Nyong’o pour son incroyable performance dans Us, Jennifer Lopez (Queens) ou encore Awkwafina, la talentueuse rappeuse-actrice qui vient d’ailleurs de gagner le Golden Globe pour son premier rôle dans L’Adieu. 

Une académie « obstinément limitée »

Nombreux sont les internautes, mais aussi les spécialistes les plus avisés, à avoir souligné le malaise sur les réseaux sociaux. Guy Lodge, critique pour Variety et The Guardian, s’est fendu d’une attaque en règle, qualifiant l’académie britannique d’ « obstinément limitée ». Car le problème n’est pas nouveau et, comme le rappelle le Hollywood Reporter, les BAFTA ont comme une longue tradition de nominations polémiques réservées aux blancs.

En 2015, les votants de BAFTA avaient également exclu toute personne issue des minorités pour les prix d’interprétation. Même constat en 2017, et malheureusement en 2020. En 2018, une enquête avait révélé que 94% des nommés, dans toute l’histoire de la cérémonie, étaient blancs. Affligeant.

Lire aussi > Les Golden Globes ou le triomphe de l’impertinence (et pourquoi les autres cérémonies devraient en prendre de la graine)

Meilleur réalisateur, catégorie qui porte bien son nom

Mais les BAFTA ne s’arrêtent pas au seul privilège blanc. Au rayon Meilleur réalisateur, catégorie qui porte malheureusement bien son nom, aucune femme n’a été retenue. Des réalisatrices de renoms comme Greta Gerwig, Joanna Hogg, Lulu Wang ou Celine Sciamma ont été oubliées, et ce malgré les très bonnes critiques qui ont entouré leurs longs-métrages.

Un internaute s’est d’ailleurs amusé à troller la shortlist des BAFTA (Sam Mendes, Martin Scorcese, Quentin Tarantino, Bong Joon-ho, Todd Phillips) en la remplaçant par une sélection 100% féminine : Olivia Wilde pour Booksmart, Lulu Wang pour The Farewell, Lorene Scafaria pour The Hustlers, Greta Gerwig pour Little Women et Johanna Hogg pour The Souvenir s’affronteraient dans une bataille qui, il est vrai, aurait fière allure.

CIM Internet