Paris Match Belgique

Ana de Armas, celle que tout le monde s’arrache à Hollywood

ana de armas

L'actrice lors de la l'avant-première mondiale de "Knives Out", le 14 novembre dernier à Los Angeles. | © Lionel Hahn / ABACAPRESS.

Cinéma et Docu

Le biopic très attendu sur Marilyn Monroe, une série Netflix prévue pour avril, à l’affiche du très bon Knives Out et au casting du prochain James Bond, No Time to Die : Ana de Armas est partout. Portrait d’une jeune actrice qui a conquis les étoiles. 

Tou.te.s les acteur.rice.s espèrent un jour tomber sur le rôle de leur vie. Celui qui va transformer leur carrière, les rendre identifiables par le grand public. Ana de Armas a peut-être bien trouvé le sien en la figure mythique de Marilyn Monroe, qu’elle va interpréter dans le biopic qui lui est consacré. La jeune comédienne a coiffé sur le poteau des pointures comme Naomi Watts ou Jessica Chastain pour décrocher la timbale. Et donnera la réplique à Bobby Cannavale – qui incarnera le second mari de Marilyn – et Adrien Brody – quant à lui dans la peau d’Arthur Miller, célèbre dramaturge et troisième époux de l’actrice. Blonde, produit par Brad Pitt et réalisé par Andrew Dominik (L’Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford), n’est encore qu’au stade du tournage et sera normalement dispo en 2021 sur Netflix. Mais il pourrait bien changer la vie de l’actrice cubaine.

Lire aussi > Charlize Theron : Celle par qui le scandale arrive

ana de armas
© Netflix / EON / Black Label Media / Media Rights Capital.

Ana ne s’arrête plus

Ana de Armas n’en est pas à son coup d’essai. Depuis 2015, elle a joué le rôle d’une intelligence artificielle polymorphe dans le Blade Runner 2049 de Denis Villeneuve, une voleuse psychopathe dans Knock, Knock aux côtés de Keanu Reeves et crève actuellement l’écran dans le réjouissant Knives Out, qui lui a valu une nomination aux Golden Globes 2020. Ajoutez à cela une série Netflix à paraître en avril, un rôle dans le dernier Olivier Assayas et, surtout, son nom au casting de No Time to Die, le dernier James Bond. Elle y incarnera Paloma, espionne pour la CIA et Bond Girl pas comme les autres qui donnera du fil à retordre à Daniel Craig. Vous l’aurez compris, Ana de Armas est la hit girl du septième art en ce moment.

 

View this post on Instagram

 

Pinewood Studios turned into Cuba, and Paloma met James Bond. #notimetodie

A post shared by A N A D E A R M A S (@ana_d_armas) on

Défendre des rôles de femmes fortes

Belle, talentueuse, hispanique et beaucoup moins lisse qu’il n’y paraît, Ana naît en 1988 à Cuba. Elle grandit à La Havane, où elle s’est très rapidement prise de passion pour le théâtre et le cinéma. Un amour intense dont elle a souhaité faire son métier. Dès ses 14 ans, elle prend alors des cours de comédie, puis étudie au Théâtre national de Cuba, dont elle ressort diplômée quatre ans plus tard. Dés 2006, et à l’âge de 18 ans seulement, la jeune femme traverse l’Atlantique pour aller tenter sa chance en Espagne. Là bas, elle décroche un premier rôle dans un film de Manuel Gutiérrez Aragón, Una rosa de Francia, puis parvient à se faire connaître du public ibérique grâce à la série El internado, de 2007 à 2010.

ana de armas
Ana de Armas lors des derniers Golden Globes. © VALERIE MACON / AFP.

Lire aussi > Pas assez pulpeuse, la Marilyn Monroe du prochain biopic de Netflix est massacrée par la Toile [PHOTOS]

En plus d’avoir du caractère et de savoir ce qu’elle veut, la comédienne explique régulièrement courir derrière des personnages féminins forts, fatiguée des clichés de l’actrice sexy qui joue des rôles creux. Dans une interview pour Harper’s Bazaar, elle regrettait d’ailleurs que les femmes aient si peu de rôles « actifs » dans le cinéma : « C’est mon combat et j’essaie toujours de les défendre quand ils se présentent. En tant que femme et latina, c’est assez difficile. Je sais que je dois rester intransigeante et croire en ce que je fais. C’est très important de ne pas compromettre votre travail et vos idées juste parce que l’industrie du cinéma vous veut comme ceci ou comme cela ». Depuis les côtes cubaines du petit village de Santa Cruz del Norte jusqu’à la Californie, Ana de Armas s’est tracée une voie royale pour poursuivre ce combat.

CIM Internet