Paris Match Belgique

Le réalisateur Roman Polanski renonce à présider les César 2017

Roman Polanski en octobre 2016 | © Belga/Nicolas Liponne/Wostok Press/Maxppp

Cinéma et Docu

Six jours après l’annonce de sa nomination et à la veille de l’annonce des nommés, le cinéaste franco-polonais a finalement renoncé à présider la 42e cérémonie des récompenses françaises du cinéma, a-t-on appris par la voix de son avocat à l’Agence France-Presse.

 

Sa nomination, le 18 janvier, en tant que président des César 2017, avait suscité colère et incompréhension. En effet, Roman Polanski a un lourd passé judiciaire et les accusations de viol qui pèsent contre lui ne datent pas d’hier. Il est d’ailleurs toujours poursuivi par la justice américaine pour le viol présumé en 1977 en Californie d’une adolescente de 13 ans, Samantha Gailey (aujourd’hui Geimer) quand lui en avait 43. Un appel au boycott avait été organisé sur Twitter via le hashtag #BoycottCesar, et une pétition « la destitution de Roman Polanski comme président des César » avait été lancée sur Change.org. Elle compte actuellement plus de 61 000 signatures. L’association Osez le féminisme ! avait également appelé à un rassemblement de protestation devant la Salle Pleyel, où se tiendra la cérémonie des César le 24 février prochain. « Indépendamment de la qualité de la filmographie de M. Polanski, on ne peut pas passer sous silence le fait que depuis 40 ans il échappe à la justice américaine », avait déclaré à l’AFP, Claire Serre Combe, porte-parole de l’association.

En raison de cette polémique qui a « profondément attristé Roman Polanski et atteint sa famille » et que le réalisateur âgé de 83 ans trouve « injustifiée », il a donc « décidé de ne pas donner suite à l’invitation » des organisateurs, peut-on lire dans un communiqué de son avocat publié ce mardi 24 janvier.

Pour le moment, on ne sait toujours pas qui succèdera à Claude Lelouch, président de la cérémonie l’an passé.

CIM Internet