Paris Match Belgique

Retour dans les salles ce 1er juillet avec une comédie de Grégory Montel

Reportée pour cause de confinement, cette comédie fine et douce sort enfin. | © DR

Cinéma et Docu

Le réalisateur Grégory Magne a créé le rôle en pensant à lui, Grégory Montel, comédien à l’allure de nounours, révélation de la série Dix pour cent, et qui est en train de se faire une jolie place au cinéma et en TV. Les Parfums sort ce 1er juillet, jour de la réouverture de nos salles de cinéma et on y court !

 

 

C’était juste avant, début mars.  La « chose » commençait à changer la face du monde. Dernière interview, dernière accolade. Grégory Montel nous parle de son personnage Guillaume, un homme pas trop à sa place qui se bat pour obtenir la garde alternée de sa fille. Mais quand il devient le chauffeur d’Anne Walberg (Emmanuelle Devos), nez réputé, femme froide et exigeante, il sera le premier à lui tenir tête. Ces deux solitudes vont révéler le meilleur de l’autre sur fond de fragrances subtiles. Reporté pour cause de confinement, cette comédie fine et douce sort enfin.

Paris Match. Comment aborder ce milieu fascinant des parfums ?

Grégory Montel : Dans l’univers du luxe, dont je me moque éperdument, il y a deux choses que j’aime : les montres et les parfums. Je considère mon parfum comme un bijou, une signature qui me permet de me distinguer. Dans ce film, on s’aperçoit très vite que mon personnage a du caractère, il n’a rien du larbin. Ce mec n’a pas spécialement d’ambition mais il réclame juste d’avoir la vie qu’il mérite. Ce film traite surtout de la faculté à faire naître chez l’autre des émotions et la possibilité de se réparer.

« Je tiens à ériger l’’humanité et la gentillesse comme des valeurs fondamentales. »

 Il y a-t-il une recherche d’humanité en chacun de vos personnages ?

Je ne viens pas du milieu du cinéma, je suis juriste de formation et comptais devenir avocat pénaliste. J’ai donc été amené à étudier les grands humanistes. Disons que je suis tellement heureux de ma vie de comédien, auprès de ma femme et mes enfants, que je tiens à ériger l’’humanité et la gentillesse comme des valeurs fondamentales. D’autant plus que le cynisme est partout. Le droit m’a appris que même les pires ordures sont défendables. Du coup, même si je joue un salaud, j’estime que c’est mon boulot de le comprendre. Il faudrait peut-être que j’arrête de trouver des excuses à tout le monde.

Lire aussi > Netflix : Voici toutes les nouveautés qui débarquent au mois de juillet en Belgique

Vous êtes devenu un vrai acteur populaire. Comment le vivez-vous ?

Fils de commerçants, je n’arrive toujours pas à me définir en tant qu’artiste. Mais acteur populaire ça me va. « Dix pour cent » a un tel succès que les gens commencent à me reconnaître dans la rue et j’en suis ravi. Mon métier induit d’avoir un public, je suis donc très fier de cet élan de sympathie à mon égard.

 

©DR

D’autant que vous accédez à la célébrité avec une série irrésistible.

Je dis souvent à mon ami Dominique Besnehard, mon frère de cinéma, qu’il m’a offert un cadeau incroyable. Il a été mon premier agent, il m’a fait rentrer dans le métier, je n’aurais jamais imaginé tourner dans une série aussi brillante qui a changé ma vie. Camille Cottin, je l’aime comme un fou et elle est en train d’exploser les compteurs. Mais c’est aussi le cas de tous les autres acteurs qui sont prodigieux. La saison 4 (prévue à la rentrée sur France 2) sera la dernière et tout le monde en est très triste. Mais je vous promets une saison encore plus drôle, on avait envie de se faire plaisir et de faire plaisir au public.

Lire aussi > Movie Drive : Le plus grand cinéma en plein air d’Europe débarque cet été à Bruxelles

Quels sont vos projets ?

La sortie du film de Jérôme Bonnell « Par-dessus l’épaule de Jonas » avec Anaïs Demoustier et Grégory Gadebois. J’y tiens le rôle principal, un type qui écrit une lettre de rupture dans un bar. Et j’ai plusieurs tournages cet été, dont une série pour TF1 avec Benjamin Biolay et Anne Marivin dans laquelle je jouerai un homme très très méchant !

 

Film Les Parfums de Grégory Magne avec Grégory Montel, Emmanuelle Devos, Gustave Kervern, Zélie Rixhon, Sergi Lopez… ©DR

 

CIM Internet