Paris Match Belgique

Appel au boycott : Le film Mulan ne passe toujours pas

Film mulan, boycott

L'actrice principale fait de l'ombre à la promotion du film. | © Disney

Cinéma et Docu

Depuis ce 4 septembre, le hashtag #BoycottMulan est devenu l’un des plus partagés sur Twitter.

 

Il devait être l’un des films les plus rentables de cette année, mais avec la pandémie de coronavirus sa sortie a été reportée plusieurs fois. Finalement, Mulan a sauté la case grand écran et sera directement proposé en VOD sur Disney+ dès le 4 décembre en Belgique. Néanmoins, aux États-Unis, le film est déjà disponible sur la plateforme de streaming pour 29,9 dollars. Malheureusement, il semblerait que ce n’est pas encore maintenant que les producteurs pourront récolter les bénéfices de leur travail, puisque depuis ce week-end le hashtag #BoycottMulan s’est répandu comme une trainée de poudre sur Twitter.

Lire aussi > Disney+ rend le nouveau film « Mulan » disponible à un prix exorbitant, et s’attire les foudres de la toile

En cause, un ancien message de Liu Yifei, l’actrice sino-américaine qui incarne Mulan. L’année dernière, elle avait montré son soutien au régime autoritaire de Pékin et avait dénoncé les manifestations pour la défense de la démocratie qui avaient eu lieu à Hong Kong. « Je soutiens la police de Hong Kong. Vous pouvez tous m’attaquer maintenant. Quelle honte pour Hong Kong » , avait-elle écrit. Un message que le leader du mouvement pro-démocratie à Hong Kong, Joshua Wong, a repartagé récemment. « Parce que Disney s’incline devant Pékin et que Liu Yifei approuve ouvertement et fièrement la brutalité policière à Hong Kong, j’exhorte tous ceux qui croient aux Droits de l’homme à #BoycottMulan » , a-t-il écrit sur twitter.

Lire aussi > La sortie de Mulan de nouveau reportée

Un message qui a eu un réel impact sur la twittosphère. Le film avait déjà été pointé du doigt pour son adaptation du dessin animé. En effet, certains accusent la production d’avoir trop voulu entrer dans les bonnes grâces de Pékin, alors que les tensions entre la Chine et les Etats-Unis sont toujours présentes. Le personnage de Mushu, le petit dragon, a par exemple été remplacé par un phoenix. Un choix qui doit certainement plaire aux Chinois, puisque ces dernier considéraient que le personnage pervertissaient leur culture. Pour justifier son choix, la réalisatrice du film avait déclaré qu’elle l’avait fait dans l’optique d’ajouter du réalisme à l’histoire. Une décision artistique qui plait peut-être à la Chine, mais qui va certainement décevoir les fans du dessin animé.

Mots-clés:
films pékin boycott mulan
CIM Internet