Paris Match Belgique

« Yalda, La nuit du pardon » : Ce film sur l’histoire d’une jeune femme dont la mort est décidée par votes dans une téléréalité iranienne fait sensation

yalda la nuit du pardon

Extrait du film « Yalda, La nuit du pardon ». | © Little Dream Entertainment.

Cinéma et Docu

En salle ce mercredi, le film Yalda, La nuit du pardon s’inspire d’une émission de téléréalité iranienne.

 

Dans une bande-annonce puissante, le réalisateur Massoud Bakhshi dévoile son nouveau drame iranien inspiré d’une histoire vraie. Celle d’une téléréalité qui existe bel et bien dans son pays, en Iran : Mah-e Asal. Pour obtenir le pardon, les repentants doivent l’obtenir en direct directement des proches des victimes tandis que les téléspectateurs sont amenés à réagir en direct. Un procureur enregistre la sentence finale. Dans ce duel, le public est souverain et les sponsors rois.

Lire aussi > « Derrière nos écrans de fumée » : Le flippant docu Netflix enseigne 3 habitudes à prendre dès aujourd’hui vis-à-vis des écrans

Dans le film, presque façon Hunger Games, les téléspectateurs assistent à la mise à mort d’une jeune iranienne, Maryam, accusée d’avoir tué son mari plus âgé qu’elle, et sont invités à voter. Détenue depuis 15 mois, elle implore le pardon et clame son innocence pour son meurtre accidentel. Dans d’ostensibles fauteuils en velours s’opposent Mona (Behnaz Jafari), la fille du disparu, et Maryam, dans un débat public qui pourrait faire basculer le destin de celle que l’on accuse d’assassinat. Car si Mona décide d’accorder son pardon en public, la vie de Maryam est sauve. Jusqu’où est capable d’aller la course à l’audimat, aux sponsors et à la publicité ? 

« En Iran, une émission de téléréalité peut se substituer à la justice des hommes. Ce film est une fiction inspirée d’histoires vraies »

Au-delà du secret dissimulé, c’est un puissant questionnement sur la lutte des classes, les religions et le pardon que pose le réalisateur qui durcit le trait et exagère le principe initial de l’émission réelle pour montrer les dérives du totalitarisme et du patriarcat dans son pays. Le film a d’ailleurs été primé lors du festival du film de Sundance 2020. On vous dévoile la bande-annonce forte et captivante.

Yalda, La nuit du pardon : Drame iranien, par Massoud Bakhshi, avec Sadaf Asgari, Behnaz Jafari, Babak Karimi (1h29).

CIM Internet