Paris Match Belgique

10 documentaires qui repoussent les limites, à voir absolument au Festival Millenium

10 documentaires à voir absolument au Festival Millenium

Le Festival Millenium se tient du 16 au 25 octobre 2020. | © Unsplash / Jeremy Yap

Cinéma et Docu

Une petite centaine de films documentaires ont été choisi pour cette 12e édition, avec pour thème : Repousser les frontières.

 

Le Festival International du Documentaire Millenium débute ce vendredi à Bruxelles. Pendant plus d’une semaine, les spectateurs pourront découvrir pas moins de 93 films ! Qu’ils soient inédits ou primés, belges ou venant de l’autre bout du monde, la programmation est très diverse mais réunie cependant tous ces documentaires suivant le même fil conducteur : « Repousser les frontières ». Que ce soit des barrières sociales, des barrières terrestres ou des barrières médicales, il y a autant de films qu’il y a de combats.

Face à une programmation aussi riche, le choix n’a pas été facile. Nous avons tout de même sélectionné 10 documentaires à ne pas rater durant le festival.

Sea of Shadows, de Richard Ladkani

Dans le golfe de Californie, le braconnage menace d’extinction la vaquita, le plus petit marsouin commun du monde. « Ils étaient une centaine, et aujourd’hui ils sont moins de trente », peut-on entendre dans la bande d’annonce. Afin de sauver cette espèce et de traduire en justice les coupables de ce désastre, une équipe d’éminents scientifiques, de défenseurs de l’environnement, de journalistes d’investigation et d’agents de la marine mexicaine sont prêts à risquer leur vie.

En plus de mettre en lumière cette lutte écologique, Sea of Shadows montre également les liens qui unissent les pouvoir locaux, les cartels de la drogue mexicains, ainsi que les trafiquants chinois.

Le dimanche 18 octobre à 19h30, au BOZAR.

Sing Me a Song, de Thomas Balmès

Le jeune Peyangki – de 17 ans – vit et étudie dans un monastère traditionnel au Bhoutan. Sa vie semble plutôt paisible jusqu’à l’arrivée d’Internet dans son pays qui va bouleverser sa vie. Les rituels quotidiens des moines entrent en concurrence frontale avec la nouvelle addiction aux smartphones. Peyangki se passionne pour les chansons d’amour et tombe amoureux sur WeChat d’une jeune chanteuse.

Cette histoire singulière n’est pas sans nous rappeler notre propre lien avec les réseaux sociaux et nous invite à réévaluer l’importance que l’on accorde aux nouvelles technologies dans nos vies.

Plusieurs séances au Cinéma Vendôme.

Mother, de Kristof Bilsen

Dans un village de Thaïlande, Pomm s’occupe d’Européens atteints de la maladie d’Alzheimer. Séparée de ses enfants pour mieux gagner sa vie, elle aide Elisabeth au cours des dernières étapes de sa vie, alors qu’une nouvelle patiente arrive de Suisse. La famille de cette patiente, âgée seulement d’une cinquantaine d’années, se prépare à lui faire ses adieux.

Dans Mother, Kristof Bilsen porte un regard doux et touchant sur ces personnes qui luttent au quotidien contre la maladie, aussi bien du côté des soignants que des familles. Il aborde également la frustration de ne pas pouvoir prendre soin de nos proches.

Le samedi 17 octobre à 19h30, au Cinéma Aventure.

Sunless Shadows, de Mehrdad Oskouei

Dans un centre de détention juvénile iranien, un groupe d’adolescentes purge une peine pour avoir tué leur père, leur mari ou un autre membre masculin de leur famille. Mais ce milieu carcéral n’est pas seulement un environnement fermé et réservé aux femmes, c’est aussi pour elles un refuge qui les éloigne d’une société agressivement dominée par l’homme.

Le réalisateur iranien nous fait rentrer dans un monde ou entre les scènes de la vie quotidienne et les jeux, ces jeunes femmes racontent aussi leur douleur, seule face à la caméra. Elles s’adressent directement à leurs victimes, mais également à leurs complices qui sont bien souvent leurs mères.

Le mercredi 21 octobre à 21h, au Cinéma Vendôme.

Victor, de Christophe Hermans

Victor, 17 ans, est atteint d’un trouble dégénératif de la vision qui lui fait perdre la vue de manière irrévocable. Malgré ce handicap, il se bat pour rester un adolescent ordinaire et devenir un adulte comme les autres. Loin de s’apitoyer sur son sort, il refuse de se positionner comme une victime et veut à tout prix s’émanciper d’un cadre familial qu’il trouve parfois étouffant, trop sérieux et contrôlé. Il décide de s’inscrire à l’Université pour y suivre des études de droit.

Le réalisateur belge Christophe Hermans a suivi pendant quatre années Victor, de la fin du secondaire à sa troisième année d’université. Un combat qu’il montre à l’écran, interrogeant la position d’une famille face au handicap, mais également de la personne touchée par le handicap face à la société. Ce documentaire sera présenté en audiodescription.

Le mardi 20 octobre à 19h, au Cinéma Vendôme.

The Cave, de Feras Fayyad

En Syrie, dans la ville assiégée de Ghouta, les habitant.e.s ont construit un hôpital de fortune, qui ressemble à une gigantesque caverne. Alors que le conflit fait rage, la pédiatre Amani Ballour tente de faire son travail, face à des malades qui refusent parfois d’être soignés par une femme. Avant tout, il faut sauver des vies, réconforter, trouver des médicaments, nourrir le personnel et les malades.

Nominé aux Oscars, ce documentaire suit au plus près une femme médecin hors du commun devant faire face d’une part aux atrocités de la guerre et d’autre part à un patriarcat toujours bien ancré dans les mentalités du Moyen Orient. The Cave est non seulement une plongée dans les entrailles d’une guerre terrifiante mais aussi une ode bouleversante au courage et à l’humanité d’une femme exceptionnelle.

Le vendredi 23 octobre à 19h, au Kinograph.

La musique de Soline, d’Aurélie Maestre Vicario

Ce court métrage de 26 minutes nous fait découvrir le lien entre une mère et sa fille qui perd progressivement l’usage de son corps. Entre dépendance, épuisement et envie d’évasion, nous découvrons le quotidien de leur relation parsemée de colère, de frustration mais avant tout dominée par l’amour.

La réalisatrice belge Aurélie Maestre Vicario filme en réalité la relation tumultueuse, mais remplie d’amour, entre sa propre mère et sa sœur. Elle n’hésite pas à prendre la parole durant le film pour échanger avec sa soeur, la rassurant parfois. La musique de Soline aborde la difficulté de prendre soin d’un proche malade, et des conséquences que cela peut avoir sur sa propre vie.

Le dimanche 18 octobre à 17h, au Kinograph.

I am Greta, de Nathan Grossman

Août 2018. Nathan Grossman décide de suivre le combat écologique d’une jeune Suédoise de 15 ans qui entame une « grève scolaire pour le climat ». Il est loin de s’imaginer à l’époque que cette jeune fille deviendra une véritable icône mondiale contre le changement climatique. De ses premières manifestations, seule devant le parlement suédois, aux marches organisées aux quatre coins du monde, le réalisateur suédois relate l’ascension de Greta Thunberg et de son impact mondial.

Le lundi 19 octobre à 19h30, au BOZAR, ainsi qu’au Cinéma Aventure et Cinéma Vendôme.

Silence Radio, de Juliana Fanjul

Dans la société mexicaine contemporaine où les affaires politiques scandaleuses ne manquent pas, la journaliste activiste Carmen Aristegui combat la corruption et défend corps et âme la liberté d’expression. Elle perdra même son emploi en radio pour avoir révélé l’affaire de corruption du président Peña. Mais pour elle, pas question de baisser les bras. Silence Radio suit le parcours d’une femme impressionnante par sa détermination et sa témérité, en constante quête de vérité. Une véritable icône de la liberté de la presse.

Le jeudi 22 octobre à 19h, au Cinéma Vendôme.

California on Fire, de Jeff Frost

Flammes, fumées, voie lactée, autant d’éléments qui s’accélèrent et se dilatent, au rythme des timelapses et ralentis qui ponctuent ce film porté par les notes grinçantes d’une guitare endiablée. Cette vidéo à la beauté brutale se sert des catastrophes provoquées par le changement climatique pour interroger notre expérience de la perte et les 5 phases du deuil.

Ce court métrage – à la beauté dramatique – est plus que jamais d’actualité aujourd’hui, alors que la Californie fait toujours face aux incendies. Des feux sauvages qui ne sont pas sans lien avec le changement climatique, qui provoque de grandes sécheresses, entraînant ainsi la déshydratation du sol et favorisant les incendies.

Le dimanche 18 octobre à 19h15, au Kinograph.

CIM Internet