Paris Match Belgique

Gérard Jugnot se livre sur sa relation avec son père

gerard jugnot sept à huit pere

L'acteur en 2019. | © ABACAPRESS.

Cinéma et Docu

Gérard Jugnot est revenu sur sa relation avec son père, pessimiste à l’idée qu’il devienne acteur, dans une interview accordée à « Sept à Huit ».

D’après un article Paris Match France de La Rédaction

Gérard Jugnot se définit lui-même comme un « pessimiste, un brin dépressif ». Il a hérité ce trait de personnalité de son père, André Jugnot, dont il a évoqué ses rapports parfois difficiles dans le numéro de « Sept à Huit » diffusé dimanche. « Mon père était un peu inquiet, il voyait les choses un petit peu en noir et je crois qu’il n’avait malheureusement pas ce que moi j’ai trouvé, c’est-à-dire un sens de la dérision et de transformer cette noirceur en plaisir », a confié le comédien du Splendid.

Lire aussi > Thibault de Montalembert : « Jouer une femme a été extrêmement libérateur »

« À sa mort j’ai découvert qu’il avait des dossiers avec toutes les coupures de presse »

« Quand j’étais petit, mon père c’était un Dieu, c’était un type que je trouvais formidable, après je me suis aperçu qu’on ne se comprenait pas sur certaines choses », a-t-il ajouté sur cet homme, à la tête d’une entreprise de plomberie, qui a eu du mal à accepter la vocation de son fils pour la comédie. Lorsque Gérard Jugnot lui avait révélé ce rêve, il lui avait répondu « T’emballe pas, tu finiras clochard ». « Alors j’ai décidé de m’emballer. C’est ça qui a sans doute joué dans mon côté ‘pessimisme de protection’ », a complété l’acteur de 69 ans aux 110 films.

Lire aussi > Jérémie Renier : 26 ans de métier et des rêves bien présents

Même après avoir rencontré le succès, son père ne lui a « jamais formulé » qu’il était fier de lui. « Je pense qu’il était content. À sa mort j’ai découvert qu’il avait des dossiers avec toutes les coupures de presse, les critiques. Il enregistrait même des passages chez Drucker. C’est touchant, c’est émouvant », a-t-il complété, reconnaissant qu’ils étaient « sans doute » passés l’un à côté de l’autre. « Je ne pense pas qu’on aurait pu faire plus. Il est parti il avait 82 ans, il voyait que je n’étais pas à la rue, que son inquiétude de me voir clochard avait disparu. »

CIM Internet