Paris Match Belgique

Cannes 2021 : Pio Marmaï pris dans une polémique inutile

Cannes 2021 : Pio Marmaï pris dans une polémique inutile

Pio Marmaï. | © Aurore Marechal / Abacapress

Cinéma et Docu

Il a fallu d’une phrase mal interprétée de Pio Marmaï lors de la conférence de presse de La Fracture de Catherine Corsini pour que la politique s’invite sur la Croisette .

 

D’après un article Paris Match France de Yannick Vely

« Macron, j’aimerais bien aller chez lui en passant par les chiottes et par les tuyaux et lui péter la gueule, ça évidemment c’est un peu comme tout le monde, dans l’absolu. » La phrase prononcée par l’acteur français Pio Marmaï lors de la conférence de presse de La Fracture de Catherine Corsini a fait samedi le tour des réseaux sociaux avant de prendre une tournure plus politique ce dimanche. Président du groupe La République en Marche à l’Assemblée nationale et ancien ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner lui a même décerné sur Twitter la palme du propos le plus vulgaire. « L’appel à la violence n’a sa place nulle part, et votre statut « d’artiste » ne le rend ni plus intelligent ni plus acceptable. » Ce que Christophe Castaner ignore – on peut penser qu’il n’a pas vu le film coup de poing de Catherine Corsini sur les urgences hospitalières – c’est que Pio Marmaï reprenait une réplique forte du film prononcé par son personnage en colère, chauffeur routier gilet jaune qui veut absolument rencontrer le président de la République et s’imagine passer par les « égouts » pour arriver à l’Elysée.

Lire aussi > Spike Lee en fushia et Angèle en petite robe noire : Les plus belles images de la cérémonie d’ouverture du festival de Cannes

Si on écoute la conférence de presse en entier, Pio Marmaï précise d’ailleurs bien « qu’il n’a pas de leçon à donner à personne » et que ce qu’il intéressait c’est « comment on raconte la révolte » d’un homme poussé à bout. Et de répéter la répliquer forte du personnage qu’il incarne, pour ensuite justement passer outre sa colère et exprimer la fragilité de cet homme. C’est d’autant plus ironique que le propos du film est justement dans la nécessité de s’écouter et de se prendre par la main. Dans un premier temps, dans La Fracture, « bobos » et « prolos » se crient dessus mais, au fur et à mesure de cette nuit passée aux urgences, vont finir par se comprendre et s’entraider…

La réponse de Pio Marmaï est à partir de 29min23.

CIM Internet